AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'ours n'hibernera plus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oblivius
Oblivius



MessageSujet: L'ours n'hibernera plus   Sam 18 Déc 2010 - 19:46


Tant de calme et de silence ! La blancheur immaculée de la neige a endormi les jardins dans un cocon apaisant. De ses ailes douces qu’elle étire à l’infini sur la beauté des lieux, au moindre son étouffé par cette couverture épaisse, elle domine, imposante et tranquille. Des flocons tombent doucement sur la scène, à un rythme régulier.

Délicieuse pureté que celle de ce parc enneigé.

Morgause de Castelnaud retint un juron avant d’enjamber, de manière très peu élégante, un buisson qui lui barrait la route. Notez tout de même la présence d’esprit du maître jardinier qui, sur une idée lumineuse, avait planté ses broussailles au beau milieu du passage – et qu’on ne vienne pas lui dire qu’il suffisait de suivre l’allée ! elle allait au chemin le plus court.

Ses pieds étaient trempés. Il lui semblait que le sang avait gelé dans ses veines et qu’au moindre heurt, ses orteils se briseraient et se détacheraient du reste de son corps. Elle aurait par ailleurs été bien en peine de remarquer une telle chose, tant soit peu que celle-ci vienne à se produire : voilà longtemps qu’elle ne sentait plus le bout de ses organes. Fichu temps.

Certes, oui. Elle devait certes reconnaître qu’elle n’était pas étrangère au désagréable de la situation dans laquelle elle se trouvait. Sa tenue n’était
certes pas des plus adaptés à une expédition dans la neige, alors que les températures frôlaient témérairement le dérisoire. Elle ne pouvait s’en prendre qu’à elle-même, blablabla.

« Certes » grinça-t-elle entre ses dents.

Elle arrêta un instant son avancée rageuse, lissa sa robe, réajusta son manteau, frappa ses souliers contre le tronc d’un arbre pour en faire tomber la neige. Elle avait abandonné le confort au profit de l’élégance, ce n’était pas pour se présenter devant la Meneuse aussi débraillée que si elle avait traversé à pieds la moitié du pays. Tant bien que mal, elle se mira dans une stalactite, s’assura que sa coiffure n’avait rien perdu de sa perfection et reprit son chemin.

Excepté sa démarche de canard due au terrain irrégulier, elle était digne en tous points des hautes classes de l’aristocratie et faisait honneur à son nom. Parfait. Si elle souhaitait maîtriser la situation, la première impression devait impérativement lui être favorable.

Une silhouette effilée se profila à quelques mètres, noire sur la blancheur parfaite de la neige. Morgause ne se serait pas hasardée à déclarer que son calvaire prenait fin : qui savait combien de temps elle allait stagner, transie, dans le froid des jardins ? Qui savait si ce qu’elle allait entendre lui serait agréable ? Dire que sans ce message impromptu qui l’avait convoquée au château de Frauenberg, elle aurait pu être étendue oisive quelque part dans sa demeure, loin du froid empoisonné de l’extérieur ! Tout de même, elle pouvait certifier une chose : elle était arrivée.

« Madame » salua-t-elle d’un ton poli, agrémenté d’un sourire aimable.

Intérieurement, elle bouillonnait d’agacement. Elle espérait qu’au moins le déplacement en vaudrait la peine.

« Vous m’avez fait demander ? » 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/sorcieres-du-lys-noir-f49/morgau
Meneuse
Meneuse
avatar


MessageSujet: Re: L'ours n'hibernera plus   Dim 19 Déc 2010 - 18:59

S’il était bien une unique chose que la Comtesse pensait certaine et limpide, c’était son fils. Ne l’ayant jamais lâché d’une semelle, Alicia avait intérieurement développé la naïve théorie qu’elle pouvait sonder son esprit. Elle était bien loin de se douter de l’amour passionnel qu’il entretenait secrètement en son cœur. Elle était encore plus loin de se douter des sacrifices et des combats qu’il était prêt à livrer pour se l’avoir rien qu’à lui. Cependant la Meneuse n’était pas stupide. Elle avait naturellement pu apercevoir l’anormalité du comportement de son fils depuis quelques semaines. Mais elle ne comprenait pas et aucun bruit n’avait filtré à son sujet. Chose habituelle. Alicia s’inquiétait et le mutisme de son fils n’était pas rassurant.

Les Somptueux Jardins étaient d’une uniforme pâleur en parfaite harmonie avec un ciel blanc qui brisait l’horizon. Nulle ligne ne délimitait le regard. C’était un paysage irréel, infini. Ce qu’Alicia appréciait pardessus tout était la vérité absolue que conservait le froid. La glace soudaine emprisonnait souvent les fleurs persistantes et même de petits animaux dans la marre gelée. Mieux encore, la neige révélait les moindres traces de pas, pattes d’oiseaux, empreintes de sabots tout était imprimé. Et enfin, dans cette uniformité blafarde, impossible de se faire surprendre. La Comtesse était immobile, patiente. Comme un rapace elle guettait la vie.

Ses pieds étaient confortablement chaussés de hautes bootes de cuir. Elle portait un lourd manteau de fourrure prune avec un col de plumes sombres. De longs gants noirs lui remontaient jusqu’aux bras et un grand chapeau à l’amazone piqué de plumes violettes couvrait ses cheveux nattés. Lorsqu’elle vit apparaître Morgause, Alicia se demanda si son idée première était la plus intelligente. Une femme ne sachant s’habiller selon les conditions météorologiques saurait-elle mener à bien une mission, si modeste soit-elle… Alicia se rassura en rappelant à sa mémoire les qualités qui avaient pu lui mettre en tête de convoquer Morgause plutôt qu’une autre.


« Oui Morgause, je vous ai faite demander. »

Alicia lui adressa en sourire en retour de politesse. Et l’invita d’un geste de la main à avancer sur le sentier déneigé avec elle.

« Marchons, vous aurez moins froid… »

D’un coup d’œil elle avait vu les chausses trempées de la jeune sorcière. Ca promettait…

« Je vous remercie de vous être ainsi déplacée de chez vous au château. Je vous ai convoquée pour vous parler d’un certain sujet qui me préoccupe actuellement. Je ne sais si cette nouvelle va vous transporter – ça devrait normalement être le cas – mais grâce à l’étude poussée que je mène depuis quinze années sur le Livre de Lumière de la tribu d’Olrun et en le recoupant avec notre livre des Ombres, j’ai découvert des arcanes de l’ésotérisme absolument formidables. Des secrets inavouables que je ne pourrai transmettre qu’au plus puissant et au plus sage de tous, mon fils, Amaël. »

Alicia était inconsciente de l’aberration de ses propos. Amaël était probablement le moins sage et très certainement le moins puissant de tous.

« Aujourd’hui j’ai fini mon œuvre. Ma descendance va devoir prendre la suite et diriger le Lys Noir. Il est donc primordial de préserver Amaël jusqu’à ce jour. Veiller à ce qu’aucun aléa de la vie et aucune humeur négative ne vienne le détourner de cette voie. Or depuis quelques temps déjà, je le trouve changé. Il communique moins, semble renfermé. Je suis presque certaine qu’il a un secret qui le tracasse. Un danger qui guette. C’est pour ça que j’ai besoin de vous. Morgause, j’apprécierais profondément que vous parveniez après enquête à découvrir ce qui ne va pas. Je dois savoir ce qui se trame. Acceptez-vous de m’aider ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/viewtopic.forum?t=9
Oblivius
Oblivius



MessageSujet: Re: L'ours n'hibernera plus   Dim 23 Jan 2011 - 19:22

Spoiler:
 


Brusquement, Morgause se souvint de l’épais manteau en fourrure noire qu’elle avait eu l’intention de revêtir avant de sortir de chez elle. Pourquoi se retrouvait-elle à grelotter, entourée d’un châle léger, dans le froid de l’hiver ? Elle avait dû le poser quelque part et l’oublier. Quelle tête de linotte ! Elle s’adressa mentalement un nombre copieux d’injures. Heureusement que son mari n’avait pas été témoin de cette maladresse, elle l’aurait entendu en rire pendant toute la semaine… Confrontée à son étourderie chronique, elle laissa un sourire absent se promener sur ses lèvres.

L’invitation à la promenade de la Comtesse lui sembla piquée d’ironie. Elle médita un instant sur ce qu’elle pourrait lui répondre ; un remerciement poli, ignorant le sous-entendu ? une phrase mordante mais habile ? Non, certainement pas, elle n’allait tout de même pas ouvrir les hostilités avec son interlocutrice ! Et puis, elle n’était encore qu’apprentie dans l’art du sarcasme déguisé. Sagement, elle préféra garder le silence, consciente qu’elle en avait assez fait. Mais quelle idiote ! songea-t-elle pour la millième fois. Un rire amer lui monta dans sa gorge face à sa propre gaucherie.

La Comtesse reprit la parole, réduisant à néant les pensées frivoles qui agitaient l’esprit de Morgause. Les affaires sérieuses commençaient.

Elle accueillit la banale formule de politesse d’un signe de tête aimable et, dans un silence révérencieux, se prépara à écouter attentivement le discours de son interlocutrice. L’introduction traîna en longueur, mais elle fut essentielle à Morgause pour situer le contexte, elle qui ne prêtait qu’une oreille distraite à l’actualité de son clan. L’annonce de la découverte d’Alicia la laissa de marbre – elle voyait difficilement ce qui lui était profitable dans cette histoire – mais elle s’appliqua à écarquiller ses grands yeux de glace, agréablement stupéfaite par cette nouvelle.

L’annonce de la passation du pouvoir de la Meneuse la toucha plus vivement, même si elle soigna son expression impassible, seulement teintée d’approbation. Alicia laissait la main ? Morgause vouait une certaine estime et une admiration rares chez elle à la Comtesse. Elle avait, tout comme sa tante et sa mère, été séduite par ses idéaux et ses beaux discours ; que se passerait-il si un autre qu’elle reprenait la direction du Lys Noir ?

Elle tenta de rassembler ses maigres souvenirs concernant Amaël. Elle avait dû l’apercevoir deux ou trois fois, peut-être lui avait-elle déjà parlé, elle ne s’en souvenait plus. Hm. Bien peu pour se faire une opinion sur la personnalité de quelqu’un. Y avait-il un trait particulier qui l’avait marquée chez ce jeune homme ? Quelque chose qui pourrait l’aider pour accéder à la requête d’Alicia ? « Un secret qui le tracasse. Un danger qui le guette. » Et elle était censée découvrir ce dont il s’agissait alors qu’elle ne connaissait absolument rien de ce garçon ? Alors que sa mère elle-même n’y parvenait pas ? Eh bien. La Comtesse devait lui attribuer un panel de qualités qu’elle ne possédait certainement pas. Elle songea à nouveau à son manteau délaissé sur un fauteuil. Des qualités…

Mais, une fois de plus, elle n’exprima rien d’autres que son approbation et hocha légèrement la tête.


« Je suis honorée que vous ayez pensé à moi pour cette tâche. Il est évident que je ferais mon possible pour vous aider. Puis-je vous poser quelques questions, cependant ? Auriez-vous une idée, même minime, de ce qui peut ennuyer votre fils ? »

Alicia avait obligatoirement une hypothèse, voire plusieurs. Obligatoirement. Et, au point où elle en était, Morgause avait besoin de chaque information.


« Je suppose qu’il est inutile que j’essaie de me faire de votre fils mon ami, pour qu’il se confie plus volontiers à moi, puisque vous-même, qui êtes sa mère, n’y êtes pas parvenue. Vous souhaitez donc que je l’espionne ? »

La jeune sorcière tenta difficilement d’échafauder plusieurs moyens d’actions, même s’il ne s’agissait que d’une ébauche, d’un fil conducteur. Mais elle pressentait que la partie serait loin d’être facile.

Il y avait plusieurs points positifs, cependant – sans quoi elle aurait été plus hésitante à accepter la requête. Si elle réussissait, elle avancerait d’un cran dans l’estime de la Meneuse, ce qui était toujours bon à prendre. Peut-être arriverait-elle aussi à briser la glace avec celui qui semblait être le futur chef du Lys Noir, bien qu’elle ne nourrisse que peu d’espoir à ce sujet… Et,
surtout, cette tâche s’annonçait riche en action et en divertissement ! De quoi l’extraire peut-être de sa somnolence larvaire, que l’hiver et le froid alimentaient depuis déjà trop longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/sorcieres-du-lys-noir-f49/morgau
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'ours n'hibernera plus   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'ours n'hibernera plus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Witch Slay :: Entre les Pierres - Château de Frauenberg :: Les Sompteux Jardins-