AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Première rencontre au petit matin... [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Soldat de l'Inquisition
Soldat de l'Inquisition
avatar


MessageSujet: Première rencontre au petit matin... [Terminé]   Ven 1 Avr 2011 - 15:17

La première nuit de Béatrice au manoir Mirova avait été assez paisible, mis à part un réveil en sursaut au petit matin sans raison aucune. En réalité, elle avait fait un cauchemar. Dans celui-ci, elle revoyait Louisa Zimmerman - pour l'occasion enlaidie et terrifiante - en train de l'insulter tout en lui broyant la trachée. La confrontation des deux femmes avait été si violente, quelques jours plus tôt, qu'elle en faisait encore des mauvais rêves.
Ouvrant les yeux pour sortir de ce mauvais rêve, Béatrice s'étira et regarda l'heure sur l'horloge de la chambre. Il était cinq heure et demie. Elle aurait pu dormir encore, mais dès qu'elle fermait les yeux elle revoyait cette terrible image. Aussi, elle décida d'occuper son temps de façon plus constructive.

Après avoir repoussé les couvertures, elle se leva et passa une robe de chambre par dessus sa chemise de nuit. Elena avait vraiment veillé à ce qu'elle ait tout le confort possible pendant son séjour. Puis elle retira son bonnet de nuit, laissant sa longue chevelure blonde cascader librement sur ses épaules. Elle aurait le temps, avant l'heure du petit déjeuner, de venir s'habiller pour être présentable. De toute façon, à cette heure-ci, qui serait debout, mis à part les domestiques ?
En farfouillant dans le tiroir de la table de nuit, elle trouva de quoi allumer la bougie à son chevet. Une fois la chandelle allumée, elle la saisit par la anse du bougeoir et se dirigea vers la porte de sa chambre. Puisqu'elle n'arrivait plus à dormir, et qu'elle avait la permission d'Elena pour aller, quand bon lui semblait, lire un peu, elle se dirigea vers la bibliothèque.

Elle ne croisa personne durant le trajet. Le manoir semblait encore tout endormi. Une fois devant la double porte de la bibliothèque, elle entra et s'émerveilla encore une fois devant la quantité d'ouvrages présents. Elle prit le premier qu'elle trouva sur une étagère à sa hauteur et regarda le titre. Le Banquet, de Platon. Soit, elle n'avait jamais lu cet ouvrage, et s'installa donc avec plaisir dans l'un des grands fauteuils face à la porte. La bougie fut posée sur une petite table à côté d'elle, et elle s'installa en croisant les jambes en tailleur dans le fauteuil.

Sa lecture l'absorba rapidement, si bien qu'elle n'entendit pas que quelqu'un arrivait...


Dernière édition par Soeur Béatrice le Mar 5 Avr 2011 - 15:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1084-presentation-d-une-apprent
Apprenti(e)
Apprenti(e)
avatar


MessageSujet: Re: Première rencontre au petit matin... [Terminé]   Ven 1 Avr 2011 - 15:59

Absent au diner de la veille, auquel Soeur Béatrice avait été l'invitée d'Elena Mirova, Luc était en réalité parti dans la Forêt Noire pour rejoindre la demeure d'un autre ami de la famille tout en savourant le voyage dans une contrée assez sauvage et surement pleine de surprise. Le diner, de son côté, avait duré une bonne partie de la nuit et il n'avait quitté la demeure de son ami bien après la mi-nuit. Sobre, car il ne buvait que très rarement et très peu d'alcool, il était fièrement dressé en selle sur son cheval, la lune éclairant d'une lumière très pâle un chemin au milieu des grands arbres. Avançant au pas, il prenait le temps de découvrir, peut-être plus encore qu'à l'aller, avec presque l'envie de tomber sur une créature de la nuit : un loup ou peut-être même une créature légendaire. Certes, il savait que cela n'arriverait probablement pas, néanmoins son imaginaire nourrissait ce fol espoir pour son plus grand plaisir, car Luc n'était pas homme à avoir peur du noir, loin de là, et tout ce qui avait, ne serait-ce qu'une lueur de danger, l'intéressait.

* C'est à se demander pourquoi tant de gens craignent le noir... *

Enfin, lui aussi en avait eu peur lorsqu'il était petit, mais il avait bien vite appris à ne plus craindre ce qui n'était qu'une absence de couleurs. Poussé par son esprit aventureux et courageux, il avait très vite accompli une exploration du dessous de son lit, sa fausse épée à la main, pour chasser les éventuels monstres qui pensaient se terrer là impunément. Il se rappelait d'ailleurs, dans un sourire, avoir raconté à son père comment il s'y était prit pour combattre ces monstres difformes, aux multiples bras et yeux, à grands renforts de gestes explicatifs, devant démontrer l'âpreté, la dureté et l'extraordinaire du combat. Avec du recul, Luc lui même souriait du même sourire avec lequel l'avait écouté son père plusieurs années plus tôt. Avait-il était fier de lui ? Surement. Après tout, chaque détail était une raison supplémentaire d'être fier de son fils, non ? Peut-être faudrait-il que Luc le lui demande, même s'il doutait du bien fondé de la question et de la manière dont son père pourrait l'interpréter.

La fraicheur de la nuit commença à se faire sentir après plus d'une heure de trajet. Les deux demeures n'étaient pas trop éloignées, mais, de nuit, le trajet était bien plus long au pas, qu'au galop. Mais cela ne dérangeait pas Luc, même si le climat était légèrement différent de sa contrée natale, il était habitué aux temps difficiles, aux caprices des éléments. On lui avait appris jeune à faire face sans broncher et il s'en sortait très bien. Qui plus est, il ne devait plus être très loin de la maison. Il l'aperçut d'ailleurs alors que la nuit semblait s'éclaircir quelque peu, sans doute les premières lueurs du soleil qui s'affirmaient et faisaient en sorte que la nuit perde petit à petit du terrain. Quelques dizaines de minutes plus tard, il entrait dans la cour, toujours au pas, et se dirigea vers les écuries où il prit soin de son cheval pendant un long moment. On avait appris au jeune Duc à desseller et seller sa monture correctement, à brosser de la plus douce et la plus efficace des manières, à traiter royalement un étalon pour en faire davantage un ami qu'une simple monture. Il acheva son « travail » par quelques pommes qu'il donna affectueusement à Flèche.

Après avoir laissé son cheval se reposer dans sa stalle, il prit le chemin de la demeure elle-même. On approchait de l'aube, il devait être cinq ou six heures de la matinée environ. Les Mirova avait vite appris que Luc était un être de jour autant que de nuit. Cela ne dérangeait pas Eléna, tant qu'il respectait la tranquillité de la maison à l'heure de ses entrées/sorties et qu'il était à l'heure lors des séances d'enseignement particulier. Qui plus est, Luc avait la chance de ne pas avoir besoin de beaucoup de sommeil, ce qui le poussait davantage à sortir explorer dès qu'il en avait l'occasion. Comme cela avait été convenu avec les Mirova, Luc récupérera la clef d'une porte secondaire dans une cache choisie à cet effet et ouvrit doucement la porte avant de la refermer derrière lui. La maison était calme, enfin cela restait difficile d'en juger dans cette pièce : un bureau qui donnait sur le jardin et dont on entrait normalement par la bibliothèque. C'était une pièce où Luc aimait passer son temps à lire tout en observant la vue qui s'offrait à lui les jours de beau et mauvais temps. Presque à pas de loup, il se dirigea vers la porte de la bibliothèque, habitué à la traverser pour rejoindre le couloir et ainsi regagner sa chambre. Néanmoins, lorsqu'il pénétra dans la pièce, une faible lueur semblait briller dans un coin de la pièce.

* Eléna aurait-elle veillée toute la nuit ? *

Luc décida de s'approcher et s'aperçut, alors qu'il rentrait dans le halo de lumière, qu'il ne s'agissait aucunement d'Eléna. Enfin, il s'agissait d'une jeune femme certes, mais celle-ci possédait des cheveux plus clairs que ceux d'Eléna et n'avait pas le même visage, même s'il fallait avouer qu'elle était fort jolie également. Installée en tailleur dans le fauteuil, elle ressemblait davantage à une enfant qu'à la jeune femme qu'elle était assurément. Se rendant compte qu'il la dévisageait quelque peu et qu'elle avait le regard posé sur lui, il prit la parole dans une révérence parfaite:


« - Veuillez pardonner mon impolitesse, mais je ne m'attendais pas à trouver quelqu'un en ces lieux en cette heure, surtout une personne que je n'ai pas le plaisir de connaître. »

Il se releva, ses yeux émeraudes brillaient d'un éclat particulier à la lumière de la bougie.

« - Mais je manque à tous mes devoirs. Je me présente, Luc de Rohan, fils du Duc de Rohan. A qui ais-je donc l'honneur, mademoiselle ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1118-luc-de-rohan
Soldat de l'Inquisition
Soldat de l'Inquisition
avatar


MessageSujet: Re: Première rencontre au petit matin... [Terminé]   Ven 1 Avr 2011 - 19:29

Béatrice était complètement absorbée par sa lecture. Elle avait entendu parler de Platon, mais les religieuses du couvent, tout comme sa mère lorsqu'elle était plus jeune, avait toujours refusé qu'elle lise ses oeuvres. Maintenant qu'elle avait l'un de ses ouvrages entre ses mains, elle comprenait pourquoi. Un extrait en particulier avait retenu son attention. Celui-ci disait :

Citation :
Oui, et premièrement, il y avait trois catégories d'êtres humains et non pas deux comme maintenant, à savoir le mâle et la femelle. Mais il en existait encore une troisième qui participait des deux autres, dont le nom subsiste aujourd'hui, mais qui, elle, a disparu. En ce temps-là en effet il y avait l'androgyne, un genre distinct qui, pour le nom comme pour la forme, faisait la synthèse des deux autres, le mâle et la femelle. Aujourd'hui, cette catégorie n'existe plus, et il n'en reste qu'un nom tenu pour infamant.
Deuxièmement, la forme de chaque être humain était celle d'une boule, avec un dos et des flancs arrondis. Chacun avait quatre mains, un nombre de jambes égal à celui des mains, deux visages sur un cou rond avec, au-dessus de ces deux visages en tout point pareils et situés à l'opposé l'un de l'autre, une tête unique pourvue de quatre oreilles. En outre, chacun avait deux sexes et tout le reste à l'avenant, comme on peut se le représenter à partir de ce qui vient d'être dit. Ils se déplaçaient, en adoptant une station droite comme maintenant, dans la direction qu'ils désiraient; et, quand ils se mettaient à courir vite, ils faisaient comme les acrobates qui font la culbute en soulevant leurs jambes du sol pour opérer une révolution avant de les ramener à la verticale; comme à ce moment-là ils prenaient appui sur huit membres, ils avançaient vite en faisant la roue.
La raison qui explique pourquoi il y avait ces trois catégories et pourquoi elles étaient telles que je viens de le dire, c'est que, au point de départ, le mâle était un rejeton du soleil, la femelle un rejeton de la terre, et le genre qui participait de l'un et de l'autre un rejeton de la lune, car la lune participe des deux. Et si justement eux-mêmes et leur démarche avaient à voir avec le cercle, c'est qu'ils ressemblaient à leur parent.

Ce livre était une hérésie. Pourtant, elle prenait plaisir à le lire, comme on lisait un conte de fée. Il était en effet totalement absurde d'imaginer qu'il ait pu un jour exister un être humain doté des deux sexes ! Sans compter le nombre de bras et de jambes, qui tenait carrément de la chimère...
Alors qu'elle était absorbée par le récit, un bruit non loin lui fit lever la tête. Elle chercha d'où il provenait, et finit par voir un jeune homme debout face à elle, qui semblait la dévisager. Se rendant compte qu'elle n'était pas très présentable, en robe de chambre, elle se recroquevilla un peu plus, serrant contre elle le livre qu'elle avait dans les mains. L'homme s'excusa et se présenta à elle comme Luc de Rohan, fils du Duc de Rohan. Un noble ? Elle sourit poliment.


"Béatrice... Soeur Béatrice, pour être exacte..."

Il semblait tout à fait charmant, mais qui était-il ? Et que faisait-il ici ? Ni Elena ni Vincent ne l'avait prévenue qu'ils avaient un autre invité... Elle finit par se mettre debout, posa le livre et garda les mains sur sa robe de chambre, au niveau de la poitrine.

"Pardonnez-moi, je ne m'attendais pas à voir quelqu'un ici à cette heure... Je vous prie d'excuser l'indécence de ma tenue..."

La jeune femme était devenue rouge pivoine, mais fort heureusement la pâle lumière de la bougie empêcherait certainement le dit Luc de le remarquer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1084-presentation-d-une-apprent
Apprenti(e)
Apprenti(e)
avatar


MessageSujet: Re: Première rencontre au petit matin... [Terminé]   Ven 1 Avr 2011 - 21:07

Qui n’aurait pas remarqué que la jeune femme qui était assise dans le fauteuil était en robe de chambre ? Personne surement, après tout, c’était plus ou moins la chose qui sautait aux yeux, surtout si l’on faisait la comparaison avec le fils du Duc qui portait ses habits de très bonne facture, provenant surement des meilleurs couturiers de son Duché, mais qui n’étaient toutefois pas très tape-à-l’œil. Mais à bien y regarder – et Luc devait admettre qu’il portait un regard nouveau sur les jeunes filles depuis quelque temps, mais après tout c’était de son âge –, elle était loin d’être à son désavantage dans cette tenue simple, ses cheveux relâchés sur ses épaules épousant une liberté probablement peu souvent accordée. La façon dont elle s’était recroquevillée sur elle-même, se « protégeant » à l’aide du livre qu’elle lisait surprit un peu le jeune homme, même si il était certain que beaucoup de filles étaient de naissance très pudique, aussi se faire surprendre en une telle tenue pouvait être fort désagréable pour elle. Pourtant elle n’avait pas à rougir d’une telle chose, sa beauté aurait éclipsé celle de nombreuses femmes attifées des plus beaux atours. Son léger sourire trouva un écho dans celui de Luc qui ne put s’empêcher d’être surpris en apprenant que la jeune femme, Béatrice, était une sœur.

* Une aussi belle fille laissée à l’abandon dans un couvent ? Quel bien triste sort pour les hommes. *

Il comprit néanmoins davantage pourquoi cette jeune femme avait fait preuve de beaucoup de pudeur, notamment en protégeant sa poitrine de son regard avec ses bras. C’était une précaution inutile, Luc n’était pas ce genre d’homme, même s’il portait un autre regard sur les femmes que celui qu’il portait sur elles dans son enfance. Toutefois c’était compréhensible, aussi se contenta-t-il de fixer les prunelles bleu marine qui, assurément, étaient le reflet presque identique de ceux de sa mère. La ressemblance était frappante mais il parvint à en faire abstraction.


« - Ne vous excusez point, je ne suis pas homme à m’offusquer de si peu. Vous ne pensiez pas rencontrer quelqu’un à cette heure-ci aussi était-il évident que vous n’alliez pas vous encombrer de vêtements superflus. Il n’est point péché que de s’épargner un inconfort lorsque l’on ne pense pas à mal. »

Luc afficha un petit sourire et observa encore un peu la jeune Béatrice, non en la détaillant comme un malpoli, mais simplement en admirant les traits fins de son visage, encore une fois le bleu profond de ses yeux, le reflet de ses cheveux à la lumière vacillante de la bougie… Il s’adossa contre la bibliothèque qui se trouvait à côté de lui, et reprit :

« - Serait-ce vous déranger si nous prenions un peu le temps de discuter ? J’admet ne pas avoir sommeil et trouver une âme éveillée en cette maisonnée en cette heure a éveillé ma curiosité. »

Il se souvint rapidement qu’elle était gênée par sa tenue actuelle, aussi rajouta-t-il :

« - Si vous êtes gênée par votre tenue, je peux vous prêter mon manteau, il vous couvrira bien assez pour ne plus être inquiétée par l’éventuelle indécence de votre robe de chambre qui, je me permet de le préciser, vous va à ravir et n’est en rien choquante, je vous vous l’assure. »


Dernière édition par Luc de Rohan le Ven 1 Avr 2011 - 21:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1118-luc-de-rohan
Soldat de l'Inquisition
Soldat de l'Inquisition
avatar


MessageSujet: Re: Première rencontre au petit matin... [Terminé]   Ven 1 Avr 2011 - 21:38

Ce jeune homme était vraiment très charmant, à tout point de vue. Après avoir rassuré Béatrice sur le fait que sa tenue n'avait rien de choquant, il lui proposa de discuter un peu. Après tout, elle n'avait rien d'autre à faire, en attendant l'heure du petit déjeuner. Aussi, elle accepta avec grand plaisir.

"Et bien, je trouve que discuter un peu est une excellente idée. Rencontrer de nouvelles têtes est toujours agréable."

Elle se rassit, de manière plus convenable pour une dame, cette fois. Il lui proposa galamment son manteau pour la couvrir, mais elle refusa d'un signe de tête, sans manquer de remarquer le compliment qu'il lui faisait.

"Je vous remercie, mais ça ira. La première surprise est passée, et puis... Vous venez de m'assurer que ma tenue n'était pas choquante, donc me voilà rassurée."

Elle partit d'un rire léger avant de reposer son regard sur son interlocuteur.

"Alors, dites-moi, qu'est-ce qui vous a amené ici ? Vous êtes bien loin de votre Bretagne natale..."

Oui, elle avait entendu parler de la famille de Rohan. Après tout, il ne fallait pas oublier qu'elle venait elle aussi d'une famille aisée, bien que de moindre noblesse...

[HRP : Désolée mon chou c'est un peu court... Je me rattraperai. ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1084-presentation-d-une-apprent
Apprenti(e)
Apprenti(e)
avatar


MessageSujet: Re: Première rencontre au petit matin... [Terminé]   Ven 1 Avr 2011 - 22:58

[HRP : Ne t'excuse pas, ce n'est rien de grave Smile ]

Luc fut enchanté que la jeune femme accepte d’échanger quelques mots avec lui. Avec la curiosité qu’elle avait éveillée chez lui, il aurait probablement eu beaucoup de mal à trouver le sommeil entre les draps de son lit. Il l’observa s’installer avec un peu plus de sérénité que lorsqu’elle avait découvert qu’un homme la regardait avec stupeur et il ne put s’empêcher de sourire. La surprise passée, elle semblait beaucoup plus sereine et beaucoup plus calme qu’elle ne l’avait été, craignant de frôler l’indécence dans sa tenue légère et pourtant déjà bien assez chaste. Songeant à ce que pouvait être la vie d’une sœur, chose dont il n’avait que de vagues informations, il se demandait comme une jeune fille comme elle, qui aurait probablement pu s’attirer les faveurs des plus prestigieux nobles de France, vivait le fait d’être entrée dans les Ordres. Songeant un instant qu’elle pouvait être née dans une famille de roturier, il se fustigea à l’idée de penser que toutes les personnes étaient des nobles. Toutefois, il voyait mal pourquoi Eléna aurait abritée une sœur, membre de l’Eglise, compte tenu de son appartenance à la caste des Sorcières, surtout si cette dernière était issue du peuple. Il ne fallait pas croire que Luc abhorrait les gens simples, loin de là, simplement qu’il savait que rares étaient les nobles qui acceptaient de frayer avec eux, Eléna n’étaient surement pas de ceux-là, mais abriter une ecclésiastique sous son propre toit… Peut-être serait-il bon d’en discuter discrètement avec sa formatrice au détour d’un entrainement de sorcellerie ou d’escrime.

Elle refusa son manteau, apparemment rassurée qu’il ne s’offusquait pas de sa tenue. Il eut un nouveau sourire et, pour sa part, Luc se contenta de s’adosser à la lourde bibliothèque de chêne face à la jeune femme dans une attitude décontractée mais sa stature lui donnant toutefois une présence notable qu’il tenait de son père. Son petit rire léger égaya le cœur du noble. Décidément cette jeune femme était pleine de qualité, quelle dommage qu’elle fut promise à Dieu. Il était toutefois suffisamment intelligent pour ne pas faire la cour à une femme qui s’était donnée entière à la religion, même si elle y avait été forcée. Cela pouvait être très mal vu et il ne le désirait pas. Ce fut d’ailleurs elle qui entama les « hostilités » en lui demandant ce qu’il faisait ici, loin de ses terres natales. Il fut étonnement surpris de voir qu’elle connaissait visiblement l’appartenance territoriale de son nom. Ainsi, soit elle avait entendu parler de sa famille, soit elle la connaissait, comme la plupart des nobles connaissaient les appartenances des grandes familles de France, cela faisait partie de l’éducation classique. Il passa une main dans ses cheveux légèrement en bataille, loin de les ordonner davantage, peut-être même y mettant un peu plus de désordre.


« - Mon père, pour mes dix-huit ans, m’avait proposé le cadeau de mon choix. J’ai alors décidé d’assouvir mes envies d’aventure et j’ai demandé à voyager. Il a accédé à ma requête, émettant néanmoins une requête, que je prenne comme « poste avancée » la demeure d’une connaissance de la famille. Eléna et Vincent Mirova ont alors accepté que je puisse profiter de leur hospitalité et je suis donc arrivé ici quelques mois plus tôt. »

C’était une version synthétisée, mais relativement complète des raisons de sa présence en Lorraine, bien loin de la Bretagne. Peut-être avait-elle dénoté l’éclat éphémère de fierté lorsqu’il avait évoqué son père, toutefois il passa à son tour à des questions :

« - Et vous, Béatrice ? – Permettez que je vous appelle Béatrice ? – Êtes-vous une connaissance, une amie d’Eléna ou de Vincent ? Êtes vous depuis longtemps ici, je ne me rappelle pas vous avoir vue avant cette nuit, et à moins que ma mémoire ne soit totalement déficiente, je pense que je me serai rappelé d’une telle rencontre. »

Oui, il n’avait pas pu s’empêcher de glisser un petit compliment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1118-luc-de-rohan
Soldat de l'Inquisition
Soldat de l'Inquisition
avatar


MessageSujet: Re: Première rencontre au petit matin... [Terminé]   Ven 1 Avr 2011 - 23:59

Ainsi donc, son père l'avait autorisé à voir le monde à ses dix-huit ans ? Qu'il avait de la chance ! Béatrice enviait vraiment le jeune homme, elle qui avait vu sa vie toute tracée dès son plus jeune âge...
Enfin, son père lui avait quand même imposé des limites, ce que la jeune femme trouvait en fait tout à fait logique. Après tout, ses parents en auraient certainement fait autant, si elle avait pu décider de ce qu'elle voulait faire.
Il lui expliqua que la famille Mirova était amie de la sienne, et que c'était pour cette raison qu'il était venu ici, où Vincent et Elena avaient accepté de l'héberger. Cela faisait visiblement plusieurs mois qu'il était ici, aussi s'étonna-t-elle intérieurement qu'Elena ne l'ait pas mise au courant. Enfin, ce n'était pas si grave, et heureusement qu'elle l'avait rencontré dès son premier jour ici, ça lui aura évité de mauvaises surprises.

Après avoir répondu à la jeune femme, il lui retourna la question. Depuis combien de temps était-elle ici ? Etait-elle une amie des Mirova ? Et encore un compliment déguisé. Se trompait-elle, ou bien il lui faisait la cour ? Elle chassa bien vite cette idée de ses pensées. Il n'était pas fou au point de courtiser une religieuse !
Elle lui répondit dans un charmant sourire :


"Je suis arrivée il y a un peu plus d'une semaine. Auparavant, j'étais dans un couvent Carmélite."

Elle marqua une courte pause avant de poursuivre.

"Je suis née et j'ai grandi à Rodez. Dès ma naissance, mon chemin était tout tracé..."

Elle mis ses doigts en forme de croix pour lui montrer.

"Dieu serait mon mari pour la vie..."

Elle haussa les épaules, blasée.

"Contrairement à vous, je n'ai pas pu faire le moindre choix. C'est triste, mais c'est ainsi..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1084-presentation-d-une-apprent
Apprenti(e)
Apprenti(e)
avatar


MessageSujet: Re: Première rencontre au petit matin... [Terminé]   Sam 2 Avr 2011 - 1:04

Luc était conscient de la chance qu’il avait d’avoir des parents aussi permissifs, surtout depuis qu’il savait qu’ils avaient perdus leur premier enfant. On aurait pu penser qu’ils seraient devenus surprotecteurs, qu’ils auraient plutôt préférés le garder près d’eux pour le protéger, pour faire en sorte qu’il devienne le fils qu’ils avaient désiré, celui qui prendrait la suite du Duché, qui reprendrait les affaires de la famille. Ils avaient placés beaucoup d’espoirs en lui, il en était conscient, et il suffisait de voir l’amour qu’ils lui vouaient pour cela, sans oublier bien sûr les choses dont il avait eu la chance de pouvoir profiter. Pourtant, ils avaient décidés de le laisser voyager. Le fils « prodigue » avait soulevé une fois la question avec son père, pour comprendre pourquoi ce dernier l’avait autorisé à partir. Mathieu de Rohan désirait que son fils apprenne aussi à vivre, comprenne le monde et fasse sa propre expérience. Pour cela il n’y avait rien de mieux que de voyager. Lui-même n’avait pas eu cette chance étant jeune, néanmoins, ses voyages d’affaires lui en avait apprit beaucoup par la suite et il pensait que c’était le bon moment pour son fils de le faire, de ne pas attendre de le découvrir sur le tard. Luc en ressortirait surement grandi, muri d’une expérience qui lui serait surement utile lorsqu’il reprendrait le flambeau de son père. Le fils profitait seulement de cette chance qui lui était offerte et cela allait au-delà de ses espérances. Rendez-vous compte, non seulement il découvrait du paysage, de nouvelles choses, mais en plus il avait été initié à la sorcellerie ! Si son père apprenait cela, nul doute qu’il serait profondément attristé. Néanmoins, il n’y avait aucune raison qu’il l’apprenne, d’une manière ou d’une autre, et puis, Luc se contentait de se faire de l’expérience, d’avoir son avis sur l’ensemble des choses, après tout, la sorcellerie était une affaire mondiale et il devait bien avoir son point de vue sur la question…

Il écouta la jeune femme qui expliqua qu’elle était arrivée une semaine auparavant. Peut-être l’aurait-il rencontré plus tôt s’il n’avait pas été absent pour quelques jours. Toutefois, il était étonnamment surpris de savoir qu’elle vivrait dorénavant avec eux. Décidément, Eléna aurait sans doute beaucoup de choses à lui dire aujourd’hui après le petit-déjeuner. Ainsi la jeune nonne avait fait partie d’un couvent Carmélite avant d’arriver ici, à Forbach. Le futur Duc avait entendu un peu parler des différents ordres religieux, mais il ne savait pas vraiment à quoi cela faisait vraiment référence, pour lui, il n’y avait pas vraiment de différence entre les différents Ordres, ou plutôt, il ne parvenait pas à faire la différence. Il fut surpris d’apprendre qu’elle était née à Rodez, que sa vie avait été tracée dès sa naissance. Elle avait donc été livrée à Dieu sans qu’elle n’ait son mot à dire. Il avait entendu parlé des traditions. Généralement les enfants avaient rarement leur mot à dire sur leur vie. Le garçon ainé était le successeur, la fille ainée était marié à un bon parti, quant aux cadets, il y en avait généralement pour l’Eglise, qu’ils soient filles ou garçons, et s’il y avait encore des petits frères, ils rentraient généralement dans l’armée. De son côté, Luc était fils unique, il n’avait donc pas autant de devoir, si ce n’est celui de faire un digne successeur pour son père, rôle qu’il comptait bien remplir, quoiqu’il arrive, même s’il préférait que son père vive le plus longtemps possible.


« - Je comprends… Dieu a de la chance de se voir confier votre vie, espérons qu’il saura prendre soin de vous. Mais, pardonnez ma curiosité et mon manque de culture – que nous mettrons sur le compte de ma jeunesse, n’est-ce pas ? -, qu’est-ce qui différencie un Couvent Carmélite d’un autre couvent ? »

La question n’était pas intéressée, il ne s’agissait que de curiosité pure et simple, notamment pour faire la discussion. Puis il ne put s’empêcher de lui demander :

« - Je ne voudrais pas vous offenser, aussi, si vous le désirez, vous n’êtes pas obligée de me répondre, mais ne regrettez-vous pas d’avoir été ainsi confiée au Seigneur sans avoir votre mot à dire ? Ne rêvez-vous pas d’une existence autre que vous auriez pu mener ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1118-luc-de-rohan
Soldat de l'Inquisition
Soldat de l'Inquisition
avatar


MessageSujet: Re: Première rencontre au petit matin... [Terminé]   Sam 2 Avr 2011 - 1:30

Il lui demanda ce qui différenciait les Carmélites d'un autre ordre religieux. C'était une très bonne question. Béatrice avait appris les enseignements de son ordre, mais elle ne connaissait guère ceux des autres. Aussi eut-elle un peu de mal à lui répondre.

"Et bien, je ne sais que ce que la Mère Supérieure a bien voulu m'expliquer... Les Carmélites sont des religieuses dites contemplatives. Autrement dit, nous restons cloîtrées dans le couvent à passer nos journées entre les prières et les tâches quotidiennes. Nous sommes très peu de religieuses de mon ordre à avoir le droit d'exercer un apostolat extérieur..."

C'était véridique. Et depuis que Mère Mattea était devenue Cassandra de Saint-Loup, Béatrice était presque sûre qu'elle était à présent la seule. Puis il lui demanda si elle regrettait de ne pas avoir eu son mot à dire. Décidément, son sort intéressait tout le monde ! Elle hésita un moment avant de lui répondre, hésitant tout simplement à lui dire que oui, elle regrettait énormément son sort... Finalement, elle décida de le lui dire, mais en choisissant une formulation qui ne serait pas irrespectueuse pour sa mère...

"Disons que si le choix m'avait été offert, j'aurais certainement choisi une autre option... Pourquoi pas faire comme vous, visiter le monde à l'extérieur des murs du domaine familial... C'est une vie de rêve..." Elle soupira. "Hélas, lorsque l'on a ma naissance, on a pas vraiment le choix..."

Elle ne regrettait pas son parcours, non. Mais elle aurait simplement aimé, pour une fois dans sa vie, pouvoir décider seule de ce qui était bon pour elle. Hélas pour elle, c'était sa soeur qui avait gagné sa liberté. Et son petit frère aussi. Pour elle, il ne restait que Dieu.
Elle en avait énormément voulu à ses parents, inutile de le cacher. Mais après deux longues années au couvent, elle avait appris à leur pardonner.

C'était à son tour de poser une question. Tout en croisant les jambes, elle lui demanda :


"Avez-vous des frères et soeurs, Luc ?"

Elle se permettait de l'appeler Luc, puisque lui-même lui avait demandé la permission de l'appeler Béatrice, et non "ma Soeur"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1084-presentation-d-une-apprent
Apprenti(e)
Apprenti(e)
avatar


MessageSujet: Re: Première rencontre au petit matin... [Terminé]   Sam 2 Avr 2011 - 11:36

La contemplation… Pouvait-on réellement passer son temps dans un couvent à ne rien faire à part s’occuper des tâches quotidiennes, lire, prier, ou toute autre activité d’intérieur ? Luc n’aurait jamais pu vivre aussi enfermé, c’était évident. Il aimait trop la liberté, le souffle du vent, parfois fougueux, sur son visage, les embruns de la mer humidifiant sa peau et y laissant un léger parfum de sel, le soleil qui réchauffait son corps, la verdure qui lui faisait un matelas confortable lorsqu’il décidait de se coucher par terre, le regard tourné vers le ciel, à admirer l’azur infini qui composait le chapeau du monde. L’espace d’un moment, il voua une admiration pour la jeune femme qui avait su mettre de côté toutes ses espérances pour faire ce qu’on lui avait imposé : servir Dieu. Encore que, elle avait une certaine chance, puisqu’elle était désormais à l’extérieur de son couvent, visiblement en mission, ce qui, selon ses dires, n’était pas donné à tout le monde. Néanmoins c’était peut-être à double tranchant. En effet, elle pouvait ainsi voir à quel point la vie qui lui avait été imposé était différente de ce qu’elle aurait pu être si elle était née plus tôt, ou au moins, avant sa sœur.

* Cette femme a bien du courage pour faire ce qu’elle fait, car j’en serais surement incapable moi-même… *

Les choses étaient compliquées, comme toujours, et dans leur société, les enfants n’avaient pas souvent leur mot à dire dans leur propre vie. Ils étaient formatés par leurs parents, désignés d’office pour tel ou tel rôle. Leur goût, leur préférence, leur volonté n’était que très rarement respectée, ou alors par des parents qui avaient eu eux-mêmes ce choix – ce qui était très rare – ou qui étaient différents des autres, plus soucieux des envies de leurs enfants. Luc comprenait toutefois cela, il fallait penser à l’avenir du nom de la famille, de la place de celle-ci et même essayer de gagner davantage si possible. Il ne doutait pas que son père ait déjà songé à le marier à un parti très avantageux pour lui, mais heureusement, il n’en avait pas encore été question. Peut-être que cela arriverait plus tard, soit lorsqu’il reviendrait au pays, soit à l’arrivée d’une des lettres de ses parents. Avec un peu de chance, il parviendrait à s’esquiver mais l’aide de sa mère serait surement nécessaire, à moins qu’elle ne pense comme son mari, mais des deux parents, elle avait toujours été la plus tempérée et la plus soucieuse du bien de son fils, alors il y avait peut-être une chance que Luc puisse épouser une femme qui lui plaise et qu’il aime. Enfin cela n’était pas très important, car une telle femme n’existait pas pour le moment, mais si elle devait exister, Luc nourrit inconsciemment le souhait qu’elle ressemble un peu à sœur Béatrice.


« - Oui, je connais les règles qui régissent les obligations des différents enfants d’une même famille. Mais je suis certain que le Seigneur vous offrira ce que vous désirez le plus. Après tout, ne récompense-t-il pas les plus fidèles de ses fils et filles ? »

Il fallait être objectif, Luc n’avait jamais vraiment cru au Seigneur, mais si la sorcellerie existait, pourquoi un être supérieur n’existerait-il pas ? Après tout, pouvait-on réellement ne pas croire à quelque chose sous prétexte que l’on ne l’avait pas encore vu en « action » ? Luc était sceptique mais ne niait pas une possibilité pour que cela soit vrai. Il ne réalisa même pas que la sœur l’avait appelé par son prénom, mais cela ne le dérangeait absolument pas, non seulement car il faisait de même avec elle, mais aussi car il ne s’était jamais formalisé de cela.

« - Non, je suis fils unique. Enfin… J’ai appris que j’aurais du avoir une grande sœur mais une mauvaise maladie l’a emmenée lors de son premier hiver. Peut-être d’ailleurs que sans cela, je n’aurai jamais vécu la vie que je vis actuellement. Tout est rapidement incertain lorsque l’on s’aventure dans les vies probables que nous aurions pu vivre ou manquer. »

Il soupira un moment puis demanda :

« - Aimez-vous cet endroit ? Appréciez-vous de découvrir un peu le monde au-delà des murs de votre couvent ? J’adore découvrir la nature, le monde, je ne me vois pas passer plus de temps que nécessaire enfermé entre quatre murs et en cela j’admire les sacrifices que vous avez consenti, et même si vous n’aviez pas le choix, cela n’enlève rien au courage dont vous faites preuve encore aujourd’hui. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1118-luc-de-rohan
Soldat de l'Inquisition
Soldat de l'Inquisition
avatar


MessageSujet: Re: Première rencontre au petit matin... [Terminé]   Sam 2 Avr 2011 - 13:04

Les règles de la société actuelle n'étaient pas tendres avec les enfants de nobles. Lorsqu'on naît dans la noblesse, votre vie est le plus souvent déterminée le jour même de votre naissance. Si l'on a la chance de naître garçon, alors la vie est plus facile. Déjà parce que l'on est l'héritier des biens de la famille - du moins si l'on est l'aîné - mais aussi parce que les parents ont en général moins de pouvoir sur un homme que sur une femme. En revanche, lorsque l'on est du sexe faible, il est presque impossible de pouvoir décider de sa vie. En cela, Béatrice enviait beaucoup Elena, qui était libre de décider de la tournure qu'elle souhaitait donner à sa vie.

Quelques années plus tôt, la religieuse aurait tout donné pour ne pas entrer dans les ordres. Hélas, elle n'avait jamais eu son mot à dire, et avec une mère plus que despotique elle n'aurait de toute manière jamais eu le courage de s'opposer à la décision de ses parents. Et dire que c'était sa soeur aînée, peu gâtée par la nature, qui avait eu droit à un bon mariage, tandis qu'elle-même, la plus jolie fleur de Rodez, avait été condamnée à flétrir dans un couvent... Beaucoup de jeunes hommes de la ville avaient tenté de faire changer ses parents d'avis, mais en vain. Peut-être que si un noble d'excellente famille était venue demander sa main avant qu'elle prenne le voile, alors sa mère aurait revu son jugement et aurait choisi d'offrir un beau parti à sa fille cadette... Mais il n'en avait rien été, et la petite Aphrodite de la Roseraie avait été enfermée dans cet austère couvent, où elle devait passer le reste de sa vie...
Dieu merci, ses talents en dessin avaient été repérés par le Vatican - certaines religieuses murmuraient dans les couloirs que c'était le Pape lui-même qui avait souhaité qu'elle se rende utile à l'Inquisition - et elle avait été sortie de sa prison monacale pour découvrir le vaste monde... Ou tout du moins la petite ville de Forbach.

Luc lui assura que Dieu, dans sa grande générosité, finirait par lui accorder ce qu'elle souhaitait le plus. Elle rougit, les yeux au sol.


"Je doute que le Seigneur m'accorde le désir qui m'est le plus cher..."

En effet, son plus cher désir était de revenir à une vie plus simple, sans voile, de pouvoir se marier, avoir des enfants... Bref, vivre la vie qu'elle aurait dû avoir si elle n'était pas rentrée dans les Ordres...
Luc lui expliqua qu'il avait failli avoir une soeur aînée, emportée par la maladie dès son plus jeune âge. La jeune femme leva les yeux sur son interlocuteur.


"Oh, je suis navrée..."

C'était véridique. La peine se lisait dans son regard. Elle avait toujours déploré la mort, surtout de jeunes créatures encore innocentes... Mais au moins sa soeur s'en était allée rejoindre les anges... Les enfants allaient toujours au Paradis. Leur innocence et leur pureté leur ouvraient la voie du Seigneur.
Puis il lui demanda si elle appréciait la ville et le fait d'être enfin sortie des murs sombres du couvent. Là, son sourire revint et elle acquiesça.


"Vous ne pouvez imaginer à quel point être ici me ravit ! Le temps a beau être froid et gris, la plupart du temps, je suis tellement heureuse d'être sortie du couvent que rien ne peut gâcher ma bonne humeur..." Elle se rembrunit. "Excepté peut-être les accusations à l'encontre de l'Inquisition..."

Voilà, elle venait de lâcher qu'elle était inquisitrice. Enfin, Luc n'étant pas originaire d'ici, il n'aurait peut-être aucun grief contre l'Inquisition. Du moins le souhaitait-elle ardemment; Elle s'entendait bien avec le jeune homme, et ne voulait aucunement gâcher cette entente à cause de la religion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1084-presentation-d-une-apprent
Apprenti(e)
Apprenti(e)
avatar


MessageSujet: Re: Première rencontre au petit matin... [Terminé]   Sam 2 Avr 2011 - 14:00

Luc ne connaissait pas les rêves que nourrissait la jeune femme, mais il savait surtout que c’était lorsqu’on gardait la foi de pouvoir les réaliser que l’on finissait par les toucher du doigt, voire les frôler ou mieux encore les concrétiser.

« - Gardez foi en vos rêves, ils sont aussi importants que Lui et je pense qu’Il ne vous en tiendra pas rigueur, bien au contraire. »

Il le pensait sincèrement, Dieu ne pouvait pas être despotique au point d’exiger que ses enfants éradiquent leurs propres rêves pour Le servir, si c’était le cas, Il ne méritait pas d’être ainsi aimé des Hommes et Luc, lui, en tout cas, n’apprécierait pas de sacrifier sa vie, ses rêves, pour une entité dont il n’avait pas la preuve de l’existence formelle. Toutefois, il savait que la Foi de certaines personnes avait des raisons que la Raison elle-même ignorait. Peut-être que Béatrice avait justement décidé de renier son existence elle-même au profit du Seigneur, mais cela aurait été dommage de s’effacer complètement car elle perdrait ainsi toute personnalité, ce qui était une grossière erreur au sens du jeune homme, néanmoins il n’était pas ici, ni même bien placé, pour la juger.

Lorsqu’elle s’avoua navrée de la perte qu’il avait subit, il se pressa de répondre :


« - Ne soyez pas navrée, je n’ai pas eu la chance de la connaître. Je regrette sa perte, bien évidemment, mais la douleur est beaucoup moins forte que si elle avait été ma sœur depuis plusieurs années avant que je ne la perde. »

Oui, Luc regrettait un peu d’être fils unique, mais repenser à sa sœur morte dans les premiers mois de sa vie ne le rendait pas aussi triste qu’on pourrait le penser. C’était malheureux, bien évidemment, mais la peine était extérieure, plus détachée, aussi le jeune homme n’avait pas de mal à s’en écarter pour profiter de son existence. Il avait souvent accompagné ses parents à la tombe de la petite fille, il avait dit quelques prières à son intention, mais il n’était pas aussi touché que ses parents, ce qu’on ne pouvait pas lui reprocher, après tout, il ne la connaissait pas, hormis par les récits que lui faisait sa mère au détour d’un feu de cheminée, lorsqu’elle était un peu nostalgique et qu’il tentait de la consoler.

Ainsi, elle était heureuse d’être ici. Voilà bien une bonne nouvelle s’il en était une. D’abord, il s’était demandé pourquoi elle avait pu quitter le couvent, car généralement, ne sortaient de là que les sœurs qui avaient faites une faute grave ou renoncer au voile. Lorsqu’elle parla des accusations à l’encontre de l’Inquisition qui pouvaient gâcher sa bonne humeur, il ne lui fallu pas longtemps pour comprendre qu’elle en faisait partie. Luc comprit donc rapidement qu’elle avait pu quitter le Couvent pour se mettre au service de l’Inquisition. Lui-même n’avait encore aucun grief à imputer à cette « institution » religieuse, mais il savait que peu nombreux étaient ceux qui appréciaient ces hommes et ces femmes qui brûlaient parfois des innocents au nom de Dieu. Il garda le silence un moment, ne sachant réellement que dire. Il finit par trouver les mots qu’il cherchait :


« - Rares sont les personnes qui vous sont redevables lorsque vous œuvrez pour leur bien. Je ne vais pas vous cacher que je n’ai pas eu à faire avec l’Inquisition, aussi n’ais-je pas d’avis particulier à votre encontre, mais je suis certain que vous faites ce que vous estimez être bon pour les Hommes, même si on ne vous le rend pas de la meilleure des manières. »

Il eut un sourire aimable et demanda :

« - Qu’aimez-vous dans la vie ? La littérature, les arts ? Je suis curieux, pardonnez-moi, mais je ne peux m’en empêcher. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1118-luc-de-rohan
Soldat de l'Inquisition
Soldat de l'Inquisition
avatar


MessageSujet: Re: Première rencontre au petit matin... [Terminé]   Sam 2 Avr 2011 - 19:27

Certes, Dieu ne voulait que le bien-être de ses enfants. Pourtant, il était extrêmement rare qu'un religieux, et à plus juste titre une religieuse, revienne à la vie normale après être entré(e) dans les Ordres. De tous temps, il y avait eu des servants de Dieu, même chez les païens. Preuves en étaient les prêtres et prêtresses païens, les oracles et autres serviteurs du Divin. Et même si Béatrice espérait de tout son être que Luc ait raison, elle savait pertinemment que c'était impossible...
Lorsqu'elle évoqua le lourd sujet de l'Inquisition, la jeune femme fut relativement, et agréablement, surprise que son interlocuteur n'ait aucun mot déplacé. Au contraire, il comprit parfaitement ce qu'endurait la nonne, et il semblait partager sa manière de penser, chose assez rare lorsque l'on était pas un inquisiteur.

Enfin, il lui demanda ce qu'elle aimait. La littérature, les Arts... Elle sourit et répondit :


"Et bien, je n'ai jamais eu le loisir de lire autant que je le voudrais... Mais j'espère bien pouvoir me rattraper ici..."

Elle eut un léger rire tout en désignant la pièce d'un geste vague. Il était vrai qu'ici, elle aurait un large choix d'ouvrages pour parfaire sa culture. Béatrice était une jeune femme curieuse de tout, et bien que la curiosité soit considérée comme un vilain défaut, chez elle c'était plutôt une qualité. Elle n'éprouvait aucune curiosité malsaine, préférant la curiosité naturelle qu'elle éprouvait en rencontrant quelque chose de nouveau pour elle.
Bien entendu, la lecture n'était pas son principal centre d'intérêt...


"J'adore également dessiner. J'ai pris des cours avec un précepteur durant mon enfance, et mes parents ont accepté de continuer à me payer les cours après mon entrée au couvent. En fait... C'est même la raison de ma venue ici. Le Vatican a eu vent de mes dons artistiques, bien que je les trouve bien maigres à côté de grands hommes tels que Monsieur de Vinci ou Boticelli. Le Pape a donc décidé de m'envoyer en tant que dessinatrice attitrée de l'Eglise afin de reporter sur papier les évènements importants se passant ici, à Forbach..."

Pour le moment, il n'y avait rien eu de bien intéressant à croquer, mais elle espérait que cela change, et que par un heureux hasard on attrape une de ces sorcières pour la mettre au bûcher. Mais elle ne le dit pas à son interlocuteur de peur de l'effrayer.

"Et vous, mis à part rentrer à des heures plus que tardives, qu'aimez-vous faire dans la vie ?"

Soeur Béatrice s'était éclipsée un moment, laissant la jeune Aphrodite reprendre le dessus sur la religieuse en elle. C'était pour cette raison qu'elle lui avait envoyé une petite pique amicale, rien de bien méchant. Elle ne le connaissait guère mais elle savait qu'il ne s'en offusquerait pas. Après tout, elle était assez douée pour cerner une personne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1084-presentation-d-une-apprent
Apprenti(e)
Apprenti(e)
avatar


MessageSujet: Re: Première rencontre au petit matin... [Terminé]   Sam 2 Avr 2011 - 22:29

Luc lisait souvent. Il avait d’ailleurs parcouru une bonne partie de la bibliothèque des Mirova. Il ne pouvait pas jurer qu’il retenait tout le contenu de chaque livre qu’il feuilletait mais il en gardait généralement l’essentiel, ou du moins, ce qu’il estimait essentiel dans ces livres. Parfois, il y retenait juste la façon de dire les choses, de parler de l’émotion, de faire passer les idées, ce que l’on pensait. Il lisait également beaucoup de poésie. Il ne comptait plus le nombre de poèmes qu’il connaissait par cœur, qu’ils parlent d’amour, de tristesse, de chagrin, de mélancolie, de bonheur, de paysages… Des fois, il s’essayait même à en composer quelques uns mais rares étaient les vers qui s’attachaient bien ensemble et beaucoup de ses créations finissaient froissées avec la feuille de papier qui les portait et s’évaporaient dans le crépitement mat d’une flamme. Son passe-temps préféré restait tout de même la musique. Luc avait bien entendu ramené sa flûte traversière avec lui et il en jouait très souvent, notamment pour ne pas perdre la façon de jouer. Son professeur le complimentait souvent sur sa façon de jouer mais insistait sur le fait qu’il fallait qu’il continue de s’exercer le plus souvent possible pour ne rien perdre de ce talent qui s’acquérait avec le temps et la pratique et qu’hélas, on pouvait le perdre si l’on ne jouait plus suffisamment. Il jouait donc des morceaux de partitions qu’il avait ramenées de Bretagne, mais aussi des musiques personnelles, issues de ses terres natales, des airs enjoués et dansants mais il ne négligeait pas les airs plus tristes, mélodiques et parfois mélancoliques. Souvent il s’amusait même à mettre les poèmes qu’il lisait en musique, les sentiments créés par les vers influençant son choix de notes. Il ne s’était jamais produit, il jouait pour lui et lui seulement. C’était une autre façon de s’évader, un autre moyen de découvrir le monde, et aussi pour se découvrir la nuit.

Il l’écouta parler de son plaisir de lire également. Voilà donc une chose qu’il partageait. Il eut un sourire lorsqu’elle désigna l’immense bibliothèque, emplissant la pièce de son petit rire léger une fois encore.


« - Je l’espère aussi, elle possède des ouvrages qui méritent d’être lus. »

Elle lui avoua alors avoir une autre passion : le dessin. Qu’elle avait apprit depuis son enfance et avait continué à entrainer ce talent. Un talent qui avait été mis au service de l’Inquisition… Luc voyait mal ce que l’on pouvait dessiner dans ce domaine mais il préféra ne pas aborder le sujet, cela aurait été mal venu. Néanmoins, dessinait-elle encore autre chose ? Qu’aimait-elle dessiner ? Des paysages, des gens, des visages ? Il fut interrompu dans ses questions quand elle lui demanda à son tour ce qu’il aimait dans la vie, à part rentrer à des heures insoupçonnées. Il sourit et répondit :

« - Ô Ravissante Créature, pensez-vous,
Qu’il soit convenable de suggérer ainsi,
Avec ces mots, bien qu’ils soient sages et doux,
Que je fais partie des créatures de la nuit ? »


Il avait parlé en vers presque naturellement, rajoutant l’emphase nécessaire pour les déclamer. Les rimes lui venaient facilement. Le poème n’était pas forcément magnifique, mais c’était surtout pour la surprendre et, d’une manière subtile, lui indiquer qu’il aimait la poésie. Il se permit néanmoins de préciser cela en parlant à nouveau normalement.

« - Si vous ne l’aviez point saisi, j’affectionne particulièrement la poésie. Il est passionnant de voir à quel point les mots peuvent refléter autant de sentiments et de passions. J’aime aussi la musique, qui, plus encore que les mots, permet de refléter les âmes et toucher celle des autres, au plus profond d’eux-mêmes… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1118-luc-de-rohan
Soldat de l'Inquisition
Soldat de l'Inquisition
avatar


MessageSujet: Re: Première rencontre au petit matin... [Terminé]   Dim 3 Avr 2011 - 11:37

Luc lui assura qu'il y avait ici de nombreux ouvrages méritant d'être lus. Il devait avoir raison, aux vues du nombre impressionnant de livres sur les étagères il devait peut-être même y avoir certains ouvrages extrêmement rares... Elle se promit de farfouiller un peu mieux la prochaine fois et de ne pas se contenter de prendre le premier livre venu.

"Dans ce cas je compte sur vous pour me faire découvrir ces ouvrages..."

Elle sourit, l'air malicieux. Il était étrange de voir comment Soeur Béatrice pouvait rapidement disparaître lorsqu'elle discutait avec certaines personnes, pour laisser apparaître Aphrodite, la jeune femme libre de tout engagement envers le Seigneur.
Après tout, cela ne faisait que deux années qu'elle était dans les ordres, aussi était-il parfaitement normal que son comportement ne soit pas celui d'une religieuse de quarante ans...

Après qu'elle lui ait demandé ses centres d'intérêt, elle arqua un sourcil lorsqu'il commença à déclamer quelques vers. Ce n'était pas de la grande poésie, mais un simple petit quatrain assez amusant inventé sur le tas. Elle sourit. Il était assez doué...
Il lui dit ensuite aimer la poésie, la manière dont les mots pouvaient décrire les émotions humaines. Elle acquiesça.


"J'aime beaucoup la poésie également, mais je ne compose pas de poème. Je n'ai hélas pas votre talent littéraire..."

Il ajouta adorer aussi la musique. Elle était en revanche bien plus ignorante en ce domaine...

"Jouez-vous d'un quelconque instrument ou préférez-vous écouter ? En ce qui me concerne, j'ai pris quelques leçons de violon étant plus jeune, mais je n'ai jamais réussi à en sortir le moindre son harmonieux..."

Elle rit de nouveau en se souvenant de son précepteur se bouchant les oreilles tant elle jouait mal. Des couacs, voilà ce qu'elle sortait de l'instrument. Il était vrai qu'elle n'avait guère choisi l'instrument le plus simple à apprendre, à cette époque. Il aurait sans doute été plus simple d'apprendre à jouer... De la flûte à bec, pourquoi pas. Mais non, elle avait toujours adoré le son du violon, aussi avait-elle eu envie d'apprendre à en jouer... Mais comme son professeur de musique l'avait expliqué à ses parents à l'époque, la jeune femme n'avait pas du tout l'oreille musicale. Elle était capable d'apprécier la musique, mais ne disposait d'aucun don pour en jouer. Mieux valait qu'elle s'en tienne au dessin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1084-presentation-d-une-apprent
Apprenti(e)
Apprenti(e)
avatar


MessageSujet: Re: Première rencontre au petit matin... [Terminé]   Dim 3 Avr 2011 - 17:08

Le sourire et la malice de la jeune femme ne ressemblait pas à ce que l’on pouvait attendre d’une nonne. Etait-il possible qu’il n’ait à présent que la jeune femme en face de lui et non plus une ecclésiastique ? Il eut un petit sourire à cette idée lorsqu’elle lui dit compter sur lui pour lui faire découvrir les livres inconnus qu’il venait de citer comme incontournables. Il le pensait sincèrement, qu’il s’agisse de poésie ou de littérature plus prosaïque, aussi répondit-il tranquillement :

« - Je me ferai un plaisir d’être votre guide au travers des chemins de la connaissance. »

Il avait ajouté à sa phrase une petite révérence comme un serviteur s’inclinait devant une noble dame pour lui montrer le respect qu’elle méritait de par son rang. Cela n’avait rien d’une taquinerie, mais plutôt d’une galanterie. Luc n’aimait pas les discussions trop sérieuses lorsqu’elles n’étaient pas nécessaires. Béatrice avait l’air d’être une jeune femme qui ne prenait pas forcément tout au sérieux, du moins lorsque, comme il semblait être le cas présentement, le masque de « sœur » tombait pour quelques minutes. De ce qu’il en voyait, il était fort dommage qu’une telle personne se retrouve cloîtrée dans des vœux religieux. Nul doute que beaucoup d’hommes devaient s’en mordre les doigts d’apprendre qu’une telle créature se retrouvait prisonnière de Dieu. Hélas, si les princes et les chevaliers pourfendaient les dragons pour sauver des princesses, aucun d’eux n’auraient tenté de défier Dieu pour libérer leur bien-aimée. Ainsi était les choses. Peut-être trouverait-elle la force de rompre ses vœux, mais c’était bien rare et si elle faisait partie d’une famille noble, celle-ci ne lui pardonnerait surement jamais.

Ils évoquèrent ensuite les passions du jeune homme. Il aimait la poésie, la musique. Elle remarqua son talent et ne fut-ce pas une teinte légèrement rosée qui marqua sa peau mate ?


« - Quant vous aurez lu les vers de certains artistes vous comprendrez que je n’ai point de talent comparativement aux élans poétiques de ces maîtres littéraires. »

Luc appréciait le compliment, c’était certain, mais il fallait rendre à César ce qui était à César. Le fils du Duc jouait plus avec les mots qu’il n’était un véritable poète. Il était aisé pour lui de faire la rime, mais imprégner ses vers de sentiments était une chose bien plus délicate et difficile. Ils passèrent ensuite sur la musique. Elle lui demanda s’il jouait personnellement ou s’il préférait écouter. Apparemment elle aussi avait tenté d’apprendre à jouer du violon, un instrument très difficile à maitriser. Il eut un sourire amusé lorsqu’elle avoua n’avoir jamais réussi à en sortir un son mélodieux.

« - Le violon est un instrument bien difficile. Peu nombreux sont ceux qui parviennent à le maîtriser, peut-être qu’avec un peu de persévérance vous pourriez à rendre gloire à cet instrument. Pour ma part, j’ai le privilège de pouvoir jouer de la flûte traversière. Ma mère a insisté depuis mon plus jeune âge pour que je joue d’un instrument et je dois admettre qu’il me sied à ravir, mais j’aime également l’écouter, certaines œuvres sont un vrai enchantement. »

Il reprit néanmoins le fil de sa pensée :

« - Qu’aimez-vous dessiner ? Les choses ? Les personnes ? Les visages ? Les paysages ? Le dessin a tellement de sujet d’inspiration, quel est le votre, Béatrice ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1118-luc-de-rohan
Soldat de l'Inquisition
Soldat de l'Inquisition
avatar


MessageSujet: Re: Première rencontre au petit matin... [Terminé]   Dim 3 Avr 2011 - 18:18

Lorsqu'elle l'avait complimenté sur ses vers, Luc avait légèrement rosit. Du moins était-ce alors l'impression qu'avait eu Béatrice, mais à la lueur blafarde de la bougie, elle ne pouvait en être tout à fait certaine.
Il l'avait assurée que ses rimes n'étaient rien à côté de grands poètes. Oui, exactement de la même manière qu'elle même avait décrit son talent artistique un peu plus tôt. Après tout, ils étaient tous deux encore bien jeunes, et leurs dons avaient encore tout le temps de se développer.

Il avait raison, le violon était un instrument extrêmement difficile à apprivoiser. Elle avait passé une année entière à essayer d'apprendre à en jouer, en vain. On lui demandait un Ré, elle faisait un Si. Elle se rappelait encore son professeur de musique s'arrachant le peu de cheveux qu'il avait sur la tête parce qu'elle "refusait de comprendre", d'après ses dires, que pour bien jouer il fallait VIVRE la musique.
Luc, lui, jouait de la flûte traversière. Voilà un bel instrument. La jeune femme n'en avait que très peu entendu, mais suffisamment toutefois pour savoir qu'elle appréciait.


"J'espère que vous accepterez de m'en jouer un morceau, à l'occasion."

Elle lui lança son plus beau sourire. Vraiment, elle était une grande amatrice des belles choses, et la musique en faisait partie. Ce n'était pas parce qu'on ne savait jouer d'aucun instrument que l'on était hermétique aux notes qui se succédaient avec la beauté d'une envolée printanière...
Maintenant, c'était Luc qui lui posait de nouveau une question. Il lui demanda ce qu'elle avait pour habitude de dessiner, quel était son sujet de prédilection.


"Je dessine principalement des portraits et des scènes de la vie courante. J'aime croquer les gens qui j'ai en face de moi, essayer de faire vivre leur émotion du moment sur une toile ou un carnet... C'est là l'unique plaisir que j'ai pu conserver en entrant au couvent..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1084-presentation-d-une-apprent
Apprenti(e)
Apprenti(e)
avatar


MessageSujet: Re: Première rencontre au petit matin... [Terminé]   Mar 5 Avr 2011 - 12:18

* Jouer d'un morceau ? Pour elle ? Je n'avais jamais vraiment songé à me produire devant un public... *

Était-ce vraiment d'usage ? Luc jouait de la flûte traversière pour son plaisir personnel, pour la mélodie, pour se détendre, penser à autre chose, se laisser aller complètement aux sons harmonieux, mais jouer pour quelqu'un ne lui était jamais venu à l'idée. Non pas qu'il avait peur de ne pas se montrer à la hauteur , loin de là. Son ancien professeur l'avait suffisamment couvert de louanges pour que Luc sache à quel point il parviendrait à combler son auditoire, néanmoins il ne savait surtout pas ce qu'il pourrait jouer. Une mélodie enjouée ? Mélancolique ? Peut-être un morceau religieux ? Y aurait-il des choix déplacés ? C'était beaucoup de paramètres qu'il fallait prendre en compte, surtout pour une démonstration aussi privée, dans la mesure où elle serait probablement la seule, face à lui, à écouter ce qu'il jouerait. C'était quelque chose de profondément intime et la femme qui le lui avait demandé était différente de la sœur Béatrice. Craignait-il d'aller trop loin ? Peut-être.


« - Si l'occasion s'en présente, je ne manquerais pas de tâcher de jouer pour vous. »

Il avait botté en touche. Galamment certes, mais botté en touche tout de même. Peut-être devrait-il en parler avec Eléna. Cette jeune femme ne le laissait visiblement pas indifférent et ce n'était peut-être pas la meilleure chose pour lui. Après tout, elle était une Inquisitrice, que ce passerait-il si elle venait à apprendre qu'il était un Sorcier ? Non, il fallait rester à la bienséance, rien de plus.

« - Voyez vous, je n'ai pas l'habitude de jouer devant les autres. C'est généralement pour moi que je joue, seul dans ma chambre. Maintenant, peut-être pourrais-je faire une exception. »

Et voilà, encore une fois il n'avait réellement pu dire « non ». Était-ce le sourire qu'elle lui avait lancé qui en était à l'origine ? Mieux valait ne pas y réfléchir davantage. Changer de sujet restait le plus efficace dans ce genre de situation et parler de la passion de la jeune femme était parfait ! Luc appréciait beaucoup le dessin et il avait admiré beaucoup de peinture. Néanmoins, il ne s'était jamais vu artiste peintre. Il n'avait définitivement pas le coup de crayon pour cela ! Lorsqu'elle lui avoua aimer croquer les gens, il ne put résister à l'envie de sourire.

« - J'ai moi-même autant de talent au dessin qu'une pierre, je vous l'assure, néanmoins, si vous aimez croquer les gens, je vous propose un petit marché amicale et bon enfant. »

Et c'était reparti...

* Luc, attention à ce que tu fais... *

Il eut un sourire entendu et reprit, devant l'interrogation muette de la nonne – enfin si c'était encore elle qui parlait à présent:


« - Si vous acceptez de me croquer, sur une feuille bien entendu, nous ne sommes pas encore assez intimes pour autre chose, alors j'accepterai de vous jouer un morceau, rien que pour vous. Qu'en pensez-vous ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1118-luc-de-rohan
Soldat de l'Inquisition
Soldat de l'Inquisition
avatar


MessageSujet: Re: Première rencontre au petit matin... [Terminé]   Mar 5 Avr 2011 - 12:36

Alors qu'elle lui demandait s'il accepterait un jour de jouer pour elle, il arqua les sourcils, surpris de cette requête. Elle lui lança un regard plein d'incompréhension. N'avait-il jamais joué devant d'autres personnes que son professeur de musique ?
Il finit par lui répondre que oui, si l'occasion se présentait à lui un jour, alors il accepterait de jouer pour elle. Mais il ajouta toutefois qu'il ne s'était jamais produit en public. Aurait-il le trac ? Elle rit mentalement à cette idée. Non, il avait l'air d'être un fringant jeune homme, assez sûr de lui. Il ne devait pas connaître la peur, et pour cela, elle l'enviait.

Il lui avoua ensuite être dénué de tout talent en dessin, et lui proposa un marché. Elle tendit l'oreille, attentive à ce qu'il allait lui proposer
.

"Si vous acceptez de me croquer, sur une feuille bien entendu, nous ne sommes pas encore assez intimes pour autre chose," Elle rougit et détourna le regard, un peu gênée mais amusée et flattée, à cette remarque glissée l'air de rien. "alors j'accepterai de vous jouer un morceau, rien que pour vous. Qu'en pensez-vous ?"

Finalement, ce "marché" était des plus simples. Elle le dessinait, et lui jouerait un morceau. La jeune femme reporta sur Luc son regard et hocha la tête.

"Marché conclus. Je vous croque - en tout bien tout honneur" Elle glissa un clin d'oeil à son attention. "Et vous me jouer un peu de flûte. Le marché me semble ma foi tout à fait honnête..."

Disant cela, elle s'était levée et avait fait quelques pas vers lui pour lui tendre la main afin qu'ils s'échangent une poignée de main qui scellerait leur accord. Hélas, elle se prit malencontreusement les pieds dans sa chemise de nuit un peu trop longue pour elle - d'autant qu'elle était pieds nus - et trébucha... Pour tomber droit dans les bras du jeune homme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1084-presentation-d-une-apprent
Apprenti(e)
Apprenti(e)
avatar


MessageSujet: Re: Première rencontre au petit matin... [Terminé]   Mar 5 Avr 2011 - 13:08

Cette remarque, glissée l'air de rien, avait surtout échappée à Luc. Facétieux par nature, il aimait mettre des traits d'humour lorsqu'il était léger et apprécié. Face à la jeune femme, il n'avait pu s'empêcher de souligner le double sens du verbe croquer. Rien que l'idée de pouvoir être croqué par cette splendide créature avait réveillé un petit frisson presque malsain en lui. Luc n'était pas adepte de la douleur sujette à plaisir, mais il n'était pas difficile de s'imaginer avec une jeune femme vous mordant gentiment le cou. Après tous les démonstrations amoureuses pouvaient être diverses et variées sans être obscènes ou perverses. Les baisers dans le cou étaient choses courantes, ce n'était qu'une généralisation de ces petites attentions, non ? Toutefois, il était fort déplacé de songer à de telles choses, surtout avec une sœur. Elle avait fait des vœux, ce n'était guère galant de faire en sorte de la détourner de la voie du Seigneur, même si elle ne l'avait pas choisi d'elle-même.

* Un peu de taquinerie ne peut pas faire de mal, après tout, non ? *

Ce n'était pas fondamentalement faux. Après tout, ils étaient loin du couvent, et, surtout, seuls. Luc ne déclarait pas ouvertement les choses, elles n'étaient que suggérée, et puis cela restait gentil. Il n'y avait aucune proposition déplacée. Qui plus est, si cela avait été choquant pour elle, il ne doutait pas qu'elle ne se serait pas gênée pour le lui faire remarquer ou, pire encore, quitter les lieux, outrées. Généralement les femmes acceptaient rarement de rester avec des gens qui les insupportaient. Parfois même elles allaient jusqu'à gifler. Heureusement, loin d'être gougnafier, Luc n'avait jamais eu à déplorer un tel retour des choses. Il savait rester dans l'acceptable, le simple jeu de mots sans aucune connotation perverse. Après tout, si le désir était grand, il savait se contrôler. Quant au marché, ce n'était qu'une manière subtile de voir également de ce dont elle était capable. Une occasion supplémentaire de pouvoir discuter avec elle. Après tout, si elle le revoyait pour l'écouter jouer, ils n'auraient pas le loisir de discuter beaucoup, l'instrument de Luc l'accaparant totalement, mais lors du dessin, ils auraient surement tout le loisir de parler tandis que le crayon de la nonne parcourrait le papier.

C'est avec un sourire qu'il accueillit la réponse de Béatrice alors qu'elle répondait, amusée, à son lapsus qui n'en avait pas semblé un. Si c'était un marché honnête ? Difficile de faire plus honnête que cela. Luc se défendit alors:


« - Je sais qu'il est d'usage de se méfier des marchés, mais je suis loin d'être le diable en personne, ou alors vous devez admettre que je cache bien mon jeu. »

Elle se leva, sa main s'avançant, surement pour se tendre vers lui, pour ainsi conclure le marché présentement fixé. Mais elle ne parvint pas jusqu'à Luc, enfin pas de la manière souhaitée. Il ne sut pas vraiment quelle en était la cause, mais une chose était certaine, ce n'était pas en marchant qu'elle s'avançait vers lui. Trébuchant sur quelque chose, elle était tombé droite en avant. Se détachant rapidement de l'étagère pour la rattraper, Luc ne se rendit pas compte qu'il rompait son équilibre. Lors du choc des corps, il fut déséquilibré davantage et tomba à la renverse, accompagnée de la jeune femme, sur le tapis au sol. Corps à corps, leurs visages se frôlant, Luc comprit soudainement la proximité qui les reliait et ne put s'empêcher de piquer un fard, non sans se reprendre dans un sourire mi-amusé, mi-gêné :

« - Vous allez bien ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1118-luc-de-rohan
Soldat de l'Inquisition
Soldat de l'Inquisition
avatar


MessageSujet: Re: Première rencontre au petit matin... [Terminé]   Mar 5 Avr 2011 - 13:46

Alors qu'elle tombait en avant, elle aperçut du coin de l'oeil le jeune homme tenter de se précipiter pour la rattraper. Hélas, il avait lui même un équilibre si précaire qu'il la prit dans ses bras, certes, mais pour tomber au sol avec elle. La scène, aux yeux de Béatrice, se passa comme au ralenti. Elle sentit les bras de Luc l'enserrer et la faire pivoter pour qu'elle ne heurte pas le sol la première. Même dans la chute il faisait preuve de galanterie. Ils heurtèrent le sol fort heureusement recouvert d'un épais tapis, et la demoiselle se retrouva allongée sur le noble, leurs visages se frôlant et leurs coeurs battant de concert. Il piqua un fard, certes, mais la jeune femme n'en menait pas large elle non plus. Elle resta un moment sans mot dire, sans même oser bouger. Elle était comme pétrifiée d'être aussi proche d'un homme pour la première fois de sa vie, et surtout horrifiée d'aimer cette sensation.
Il finit par lui demander si elle allait bien, et ce fut dans un murmure qu'elle lui répondit en rougissant jusqu'aux oreilles :


"Oui, ça va."

Elle resta encore un moment immobile, puis finit par se ressaisir. Si jamais quelqu'un entrait et les voyait ainsi ! Elle se releva bien vite, sans oser regarder le jeune homme dans les yeux.

"Je suis désolée, je suis d'une maladresse..."

Elle lui tendit toutefois la main pour l'aider à se relever, son visage en partie masqué par ses longs cheveux en bataille.

"Vous n'avez rien, au moins ?"

Une fois qu'il fut debout, elle replaça sa robe de chambre - qui s'était ouverte pendant la chute pour dévoiler son corps à peine masqué par la fine chemise de nuit - et se retira vers la porte en bredouillant une excuse.

"Pardonnez-moi, mais je... Je dois aller me préparer pour le petit déjeuner... On se voit plus tard."

Et elle fila sans demander son reste, laissant là le pauvre Luc, qui devait se demander quelle mouche avait piqué la jeune femme.
En remontant à sa chambre, Béatrice se maudit intérieurement pour sa maladresse. Elle se changea rapidement, une nouvelle robe ayant été posée sur la chaise de sa chambre par une domestique, remit son voile et attendit quelques instants que son coeur accepte enfin de cesser sa sarabande.
Une fois le calme revenu dans son esprit, elle se dirigea vers la porte, non sans jeter un coup d'oeil à son reflet dans le miroir.
La robe qu'elle portait n'avait vraiment rien de religieux. Elle était d'un bleu roi profond, qui n'était pas sans rappeler la couleur de ses yeux, fort heureusement pas si décolletée qu'elle l'avait craint, et les bordures étaient ornées de motifs compliqués tissés de fils dorés.
En attendant de se faire coudre quelque chose de plus simple par la couturière d'Elena, c'était mieux que ses vieilles frusques. Elle sourit à son reflet et sortit de la chambre, direction la salle à manger...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1084-presentation-d-une-apprent
Apprenti(e)
Apprenti(e)
avatar


MessageSujet: Re: Première rencontre au petit matin... [Terminé]   Mar 5 Avr 2011 - 15:48

Voilà une situation cocasse, n'est-ce pas ? En une fraction de seconde, la discussion tranquille et un brin imprégnée de plaisanterie avait laissé place nette à quelque chose d'autre, de plus... Gênant. Il aurait probablement été plus malvenu encore de laisser la jeune femme tomber face contre terre et Luc avait plus agit en termes de réflexes qu'en véritable protecteur prêt à tout pour sa dame. Néanmoins, il était d'usage que les hommes se « sacrifient » pour le bien-être des demoiselles. Aussi, quitte à tomber, autant s'arranger pour qu'elle en souffre le moins possible. Lui-même avait l'habitude de recevoir quelques coups et de tomber, aussi il ne ferait pas grand cas d'une petite bosse supplémentaire. Heureusement le tapis était assez épais, aussi le choc contre le plancher fut majoritairement amorti. Mais le pire n'était pas tant la chute elle-même que la position dans laquelle les deux jeunes gens avaient finis suite à celle-ci. Le temps semblait s'être suspendue alors qu'il pouvait sentir son cœur battre aussi vite, voire plus, contre le sien. Il la tenait entre ses bras, reste de la chute où il l'avait attrapée par les bras pour la passer au-dessus de lui et ainsi lui servir de matelas supplémentaire. Rien ne bougeait, ils semblaient même avoir suspendu leurs respirations quand Luc se décida à briser le silence.

Elle allait bien, c'était l'essentiel. Le jeune homme esquissa un sourire et finalement la jeune nonne finit par se reprendre et se releva rapidement tout en se répandant d'excuses concernant sa maladresse. Acceptant la main qu'elle lui tendait sans trop l'utiliser néanmoins, il eut un large sourire et se releva à son tour tout en répondant:


« - Ne vous excusez de rien, cela arrive à tout le monde. »

Il posa instinctivement le regard sur elle. Il ne put s'empêcher de noter qu'elle avait un charme certain, ses longs cheveux désordonnés par ces mouvements un peu brusques.

« - Non ne vous inquiétez pas, je suis solide. Ce n'est pas une petite chute qui pourrait me briser. »

Il avait dit cela sur un ton léger. Ce n'était qu'une petite chute de rien du tout, mais le malaise était encore perceptible. Luc n'était pas tout à fait certain que ses joues avaient repris une couleur normale. Surtout lorsqu'il regarda malencontreusement la jeune femme pour se rendre compte que sa robe de chambre s'était défaite. Il releva le regard alors qu'elle remettait rapidement cette dernière en place. C'est alors qu'elle prit la fuite – car c'était bien le mot. Il la regarda s'éloigner vers la porte, bredouillant qu'elle était attendue pour le petit déjeuner et qu'elle devait se préparer. Avait-elle été aussi dérangée que lui par cette situation ? Y avait-il quelque chose de mal ?

« - A très bientôt... »Elle passa la porte. « Béatrice. »

Il fixa la porte quelques instants avant de finir par hausser les épaules. Son ventre gargouilla pour lui indiquer qu'un petit-déjeuner ne serait pas une mauvaise idée. Dans le but d'y assister lui aussi, il prit la direction de ses appartements. Une petite toilette avant de descendre se présenter devant tout le monde serait probablement la bienvenue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1118-luc-de-rohan
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Première rencontre au petit matin... [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Première rencontre au petit matin... [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Witch Slay :: Parmi les Sylves - Alentours :: La Forêt Noire (Schwarzwald)-