AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Tout finit par la Chute

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Assassin
Assassin
avatar


MessageSujet: Tout finit par la Chute   Lun 2 Mai 2011 - 22:29

Cette fois ci serait des plus simples, comme la première fois en fait. Madame Gallois avait pour particularité d'être isolée et assez loin du centre ville, la maison était connue, toute prête à subir une visite efficace et sans bavure. Ce qui était étonnant en fait, c'est que l'Agent du Diable ait besoin d'une deuxième fois. Lui même ne se l'expliquait pas, et à vrai dire ca l'exaspérait: il avait été raffiné, minutieux, inventif, fait preuve d'une grande capacité d'adaptation, et la sorcière le remerciait en restant en vie, au mépris de tout son beau travail. Et sans traumatismes encore, pouvant reprendre une vie en apparence normale. Où avait il foiré était la question qui revenait le plus souvent, et il avait trouvé une réponse: il avait été trop raffiné, trop compliqué. Cette fois ci ce serait tout simple. Entrer, égorger, évacuer. Clair comme de l'eau de roche.

La serrure n'avait pas changé, mais quand bien même elle aurait la plus moderne elle n'aurait résisté que deux minutes de plus. L'intrus était outillé et professionnel, habile qui plus est. Et décidé à faire ca proprement.

La sorcière était dans l'autre pièce. Il aurait pu se jeter sur elle et d'un geste auguste lui trancher la vie, mais il ne fit pas ainsi: il lui vint un désir irrésistible de au contraire annoncer sa présence et d'une jolie façon. Les plus belles morts étaient celles qu'on voyait venir. Il se racla la gorge et entama d'une fausse voix de baryton:

« Je suis tout à la fois l'artisan, le maître et contremaître de mon projet. L'on m'a confié un massacre comme à d'autre on confie une cathédrale. Rassemblant mes outils et ma vision, j'ai élevé un charnier aussi haut qu'une nef, une terreur aussi forte qu'un arc-boutant. Bien qu'encore inachevée, en quête d'une pierre de voûte finale, j'ai contemplé mon oeuvre. Et j'y ai vu une fissure. Il était une personne que je n'avais pas assez ravagé, une femme que je n'avais pas suffisamment brisée. En bon artisan, je vais donc corriger cette petite erreur. »

Il sortit sa navaja, fidèle lame et outil. Il n'avait que très peu tué avec, mais il la gardait avec amour. Ce devait être à cause de son nom. Navaja, avec la jota espagnole était si jolie.

« Tout finit donc aujourd'hui ma chérie. J'entre, j'égorge, j'évacue, et c'est fini. Tu n'auras même pas mal. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prêtresse
Prêtresse
avatar


MessageSujet: Re: Tout finit par la Chute   Ven 6 Mai 2011 - 11:43

L'Agent du Diable. Bien sûr, Inès avait repris une vie normale, mais elle n'avait jamais pu oublier les atrocités qu'il lui avait fait subir, et malgré la promesse faite à Owen de ne pas chercher à se venger, cette idée n'avait jamais quitté son esprit.
Pourtant, elle n'aurait jamais imaginé une seule seconde que ce serait Lui qui reviendrait vers elle...
Elle aurait pu s'en sentir flattée. Après tout, n'importe qui ne peut pas se targuer d'être l'obsession d'un tueur en série... Cependant, elle n'éprouvait plus que de la pitié envers cet être immonde, sadique et imbu de lui-même. Aussi, lorsqu'il s'annonça théâtralement, elle se contenta de se tourner vers lui, sans même sursauter. Aujourd'hui, elle le savait, ce serait elle ou lui. L'un des deux devrait mourir, et elle n'avait pas l'intention de se laisser faire comme la dernière fois.

Tout dans le comportement de la jeune femme contrastait terriblement avec leur première rencontre. L'autre fois, elle était faible, incapable de se défendre, mais maintenant, elle SAVAIT. Elle était enfin en mesure de se protéger de lui, de sa violence, de sa folie. Le regard de l'herboriste était froid et dur, elle qui était d'ordinaire si souriante et aimable savait qu'aujourd'hui allait se jouer le dernier acte de cette macabre mascarade.
D'une voix assurée, elle lui répondit :


"Tu n'aurais pas dû revenir. Aujourd'hui l'un de nous deux perdra la partie, mais ce ne sera pas forcément la personne à laquelle tu penses..."

Mais l'heure n'était pas aux menaces, ni à la jubilation à l'idée de vaincre cette maudite engeance. Non. Déjà, il lui fallait avertir le voisinage qu'elle était en danger, au cas où cela tournerait mal.
Face à elle, derrière l'assassin, la cheminée, dans laquelle brûlait un feu. Se concentrant alors comme le lui avait appris Europe, elle invoqua l'esprit de la salamandre en psalmodiant à voix basse.

Son but était de faire assez augmenter les flammes pour qu'une épaisse fumée noire sorte de la cheminée, alertant alors les fermes avoisinantes. Elle espérait que quelqu'un ait la présence d'esprit en voyant ça d'appeler à l'aide, d'aller chercher secours chez le Loup de la Reine, ou même à la Collégiale.


**Pitié, faites que cela fonctionne !** pensa-t-elle de toutes ses forces, sans quitter les flammes - et par conséquent le tueur, dans son champ de vision - du regard.

Peut-être même que cette démonstration de magie l'effrayerait ? Elle en doutait, mais se permettait quand même d'espérer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/sorcieres-d-olrun-f48/ines-gallo
Assassin
Assassin
avatar


MessageSujet: Re: Tout finit par la Chute   Dim 8 Mai 2011 - 1:40

C'était plus fort que lui: dès lors que le danger n'était pas imminent et sensible, il s'abandonnait à jouer avec sa proie plus que ce qui était raisonnable de faire. Là par exemple, elle était parfaitement dans l'alignement et lancer son couteau aurait été aisé, la lame aurait frappé au ventre. L'Agent en avait profité pour faire un entrechat. Quand Inès avait été réellement à portée de coup, il avait fait un grand cri, comme pour dire: « je t'ai touché, c'est toi le chat! » Il jubilait de ce jeu puéril et déséquilibré, il avait le pouvoir. Bien plus que la sorcière, et ce n'était pas une cheminée qui flambait noire qui l'inquiétait.

L'Agent du Diable n'avait jamais tremblé devant le Loup de la Reine, l'Inquisition ni l'Humanité. Quelque chose d'aussi banal qu'une cheminée qui fumait magiquement n'était pas de taille à le déstabiliser. Rien de ce qui était entre l'Enfer et le Paradis ne pouvait le désarçonner. En revanche, tout ce qui était sur cette terre semblait être là pour le faire jubiler. Comme par exemple cette petite sorcière qui le fuyait.

Cette fois ci était encore différente des autres pourtant, il se sentait encore plus gonflé, encore plus puissant, omnipotent. Il sentait des torrents d'excitations déferler dans ses veines, et même l'inspiration lui monter à la tête. Quitte à répondre, il s'attacha à répondre en rimaillant. En plus d'être un mauvais acteur, il démontra sa capacité à être un mauvais poète:

« Et bien ma chérie, pourquoi tu fuis?
Je ne suis qu'une ombre, un homme sombre,
Si faible et si lâche, que je fais relâche.
Vraiment, il n'y rien à craindre d'un terrien.

Car c'est ce que je suis: pas un cacique
gourou d'une secte, pas non plus un insecte.
Je ne suis pas un démon, ni un homme con.
Je suis un être de chair et de sang, et de guerre. »


La métrique était massacrée, la rime perdait son sang, il improvisait laborieusement chaque syllabe, en dansant, mais en suant aussi. Quiconque d'un peu cultivé se serait bouché les oreilles plutôt que d'entendre des vers aussi mauvais, du moins quiconque d'un peu cultivé et qui ne serait pas la cible de l'Agent. Il aimait le spectacle, mais n'y avait définitivement pas sa place. A côté de cela, il négligeait son véritable talent, le meurtre. Comme un mathématicien qui s'entêtait à faire des croûtes.

Mais la fin était proche, il se lassait de plus en plus. Ce jeu était amusant pendant cinq minutes, ensuite on s'ennuyait de plus en plus après... Le temps venait de mettre un terme.

« STOP! Que veux tu dire, faire, penser en dernier? Tu as quelques secondes maintenant. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prêtresse
Prêtresse
avatar


MessageSujet: Re: Tout finit par la Chute   Dim 8 Mai 2011 - 15:02

Encore quelques secondes...
La sorcière psalmodiait à présent à haute voix, ordonnant à l'esprit du feu de déchaîner sa colère sur celui qui s'attaquait à elle. Elle n'entendait plus les rimes absurdes de l'assassin, sa propre voix dépassant celle de l'homme pour se faire plus impérieuse.

Alors que l'homme masqué lui demandait si elle avait une dernière chose à dire avant de mourir, elle termina son invocation et lui répondit, un large sourire sur son visage :


"Boum..."

Avant que le tueur n'ait eu le temps de comprendre ce qui arrivait, une grande explosion retentit dans l'âtre derrière lui, assez forte pour le projeter au sol et l'étourdir quelques secondes. Elle savait que les voisins ne manqueraient pas d'être avertis du grabuge à l'herboristerie. Maintenant, le tout était de survivre...

Pour sortir de la maison, il lui fallait enjamber le corps de l'Agent du Diable. Or, elle le savait, il n'allait pas tarder à reprendre pleinement ses esprits. Aussi, elle releva sa jupe de manière à pouvoir courir sans se casser la figure, et l'enjamba avec précipitation avant de se précipiter vers la porte.


--------------------------------

Le petit Saturnin, treize ans, revenait des champs lorsqu'il entendit un grand bruit provenant d'une ferme voisine. Tournant la tête dans la direction d'où semblait venir l'explosion, il se rendit compte qu'elle provenait de l'herboristerie d'Inès Gallois. Levant les yeux vers la cheminée, il aperçut une épaisse fumée noire aux reflets rougeoyants qui s'en échappait. Une diablerie ! C'était forcément ça ! Il devait prévenir l'Inquisition, pour qu'ils viennent au plus vite !

Alors, prenant ses jambes à son cou, il se précipita en ville, direction la Collégiale.


"Le Diable ! Le Diable s'en prend à l'herboriste !"

--------------------------------

La porte s'ouvrit dans un grand fracas, et une jeune femme échevelée en sortit en courant, comme si sa vie dépendait de ce sprint final... Ce qui était bien le cas. Il était derrière elle, elle le savait, elle pouvait le sentir. Comme ce matin-là dans la forêt. Elle devait fuir, laisser les autorités - qui devaient maintenant être prévenues - s'occuper de cette ordure qui avait violé et tué tant d'innocentes personnes. Elle aurait aimé pouvoir le tuer elle-même, mais elle avait fait une promesse à un être cher, elle ne pouvait la rompre par pur désir de vengeance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/sorcieres-d-olrun-f48/ines-gallo
Sergent
Sergent
avatar


MessageSujet: Re: Tout finit par la Chute   Dim 8 Mai 2011 - 18:58

Ce fut une matinée comme les autres. David était dans une des cours intérieures de la collégiale, en train de s'entraîner avec quelques amis au lancé de couteaux -son art favori depuis que Narcissa était venue- quand un bruit de course attira son attention. Il regarda en direction de la route; un gosse à l’air effaré se précipitait vers la collégiale comme si il avait le démon à ses trousses. David reconnu le petit Saturnin, qu’il voyait parfois travailler avec ses parents dans les champs. En sueur, le gosse vit les Inquisiteurs et se dirigea directement vers eux, ne parvenant à parler qu’une bonne minute plus tard, en dépit de son regard affolé, à cause de l’essoufflement:

"Le… le diable! Le diable est dans nos chaumières!"

Agacé par ces superstitions vagues, David le pressa d’en dire plus. Saturnin raconta alors comment il avait vu la fumée noire et rougeoyante s’élever dans une détonation qui portait la signature de la diablerie. Pour l’avoir connu un minimum, David savait que le gosse n’affabulait pas –ou plutôt, même si son récit ne paraissait pas rationnel, il ne mentait pas. Se pouvaient-ils qu’ils tiennent la piste de l’Agent du Diable? Un tel phénomène inexpliqué pouvait soit être le fait des sorcières, soit celui de l’assassin –ce qui était plus probable, l’herboristerie ayant déjà fait l’objet d’une attaque. Dans les deux cas, le jeu en valait largement la chandelle et il ne fallait pas rater cette opportunité! Le jeune homme arracha prestement ses couteaux plantés dans la cible, les rangea dans leurs étuis à sa ceinture et se mit à courir, criant par dessus son épaule qu’il y avait urgence. Une poignée de volontaires lui emboîtèrent le pas et durant les quelques minutes suivantes, ce fut la débandade, chacun courant aux quatre coins de la collégiale pour sonner l’alerte et avertir les pairs de la mission soudaine qui leur revenait de plein droit. L’Agent du Diable était la cible de Mansholter? Et bien tant pis, l’enquêteur n’avait qu’à être plus réactif et plus présent sur le terrain! David ne voulait pas entendre parler de tout ce qui était autorisations et compétences légales. Sarah Geisler s’en chargerait, c’était son rôle après tout.

D’ailleurs, où était-elle? Tous les Inquisiteurs valides et prêts à participer s’étaient rassemblés dans la cour, mais il n’y vit pas le Second… Tant pis alors, autant profiter de son absence et de la précipitation générale pour prendre la direction des opérations! En plus, la majorité des intervenants étaient des jeunes; ils le suivraient volontiers sans pinailler sur les notions de hiérarchie. David repéra un voile blanc parmi les têtes présentes et s’approcha de Béatrice:

"Tu peux venir, mais reste près de moi, d’accord?"

Il entraîna la jeune nonne afin qu’elle monte en croupe à sa suite et, juste avant de partir, lui donna un de ses poignards, au cas où elle n’aurait aucune arme sur elle.
Les chevaux s’élancèrent au galop dans Forbach sans se soucier de la poussière et du bruit provoqué. Ils parcoururent assez rapidement la distance prévue, David sentant monter en lui des décharges d’adrénaline. Enfin!! L’Agent du Diable allait être capturé. Ou une sorcière. Il espérait que c’était la première option: il avait des griefs tous personnels contre cet homme, surtout depuis la seconde agression de Narcissa… Du coin de l’œil, David remarqua la chevelure rousse de Cassandra; sa présence était non-surprenante et bienvenue, car elle avait déjà eu affaire à ce psychopathe deux fois. A l’opposé, il y avait aussi le père Ethan; peut-être un peu vieux pour ce genre d’exercice, mais bon…

A quelques distances de l’herboristerie, ils virent ce qu’ils étaient venus chercher: Inès Gallois qui courait comme une perdue et tentait de résister à la silhouette fuligineuse, massive, effrayante qui la poursuivait dans le but manifeste de l’éviscérer. L’Agent du Diable était malin et rapide, mais pas au point de pouvoir semer une cavalerie en terrain découvert. David leva les bras et adressa des signes spécifiques cent fois répétés à ses collègues, leur ordonnant de se placer autour des deux adversaires afin de les encercler complètement. Tous comprirent sans qu’il n’ait besoin de prononcer un mot. Les chevaux se déployèrent comme une corolle, le cercle se resserrant progressivement autour tandis que chacun était aux aguets, prêt à pallier à la moindre éventualité.
Le jeune homme sentit une secrète jubilation s’emparer de lui tandis qu’il levait la main pour faire signe aux Inquisiteurs de s’arrêter, à quelques foulées de la cible.

Cette fois, il n’y avait plus d’échappatoire. Et les sommations étaient inutiles.

"Je le veux mort ou vif!"

David attendit quelques secondes, toisant l’Agent du Diable qui, à n’en pas douter, tenterait de s’enfuir. Puis il bloqua alors sa respiration et cria:

"ALLEZ-Y!" tandis qu’il bondissait, descendant de son cheval, faisant signe à la première vague d’assaut de le suivre –et la deuxième de rester en arrière, au cas où l’assassin aurait la merveilleuse idée de voler des chevaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/inquisiteurs-f50/david-geisler-t
Soldat de l'Inquisition
Soldat de l'Inquisition
avatar


MessageSujet: Re: Tout finit par la Chute   Lun 9 Mai 2011 - 13:12

Le début de matinée s'était déroulé de manière tout à fait normale. Béatrice s'était levée assez tôt, était passée se recueillir à l'église - et papoter un peu avec le Père Ethan, qu'elle appréciait grandement - puis était enfin arrivée à la Collégiale, ou des amis de David avaient décidé de lui donner rendez-vous pour l'entraîner au combat, "au cas où". La jeune femme, non violente de nature, avait d'abord refusé la proposition, mais elle était rapidement revenue sur sa décision lorsqu'elle avait compris que de toute façon, elle n'avait rien de mieux à faire ce jour-là.

Elle était dans la cour, en train de s'essayer vainement au lancer de couteaux lorsque l'alerte fut donnée. Aussitôt, elle lâcha l'arme qu'elle tenait et se précipita vers les inquisiteurs qui commençaient déjà à se réunir non loin. Un murmure courait parmi la foule, comme quoi on aurait localisé l'Agent du Diable. La jeune femme trépignait d'impatience à l'idée de participer à l'arrestation de ce dangereux criminel. Voilà qui clouerait une bonne fois pour toute le bec de Louisa Zimmerman, elle qui accusait l'Inquisition d'être une belle bande d'incapables...

Béatrice réajusta son voile et toucha son chapelet pour se donner du courage. Elle savait qu'il lui en faudrait pour affronter ce monstre qui avait froidement assassiné tant d'innocents. Alors qu'elle adressait une prière silencieuse au Seigneur, lui demandant de les guider vers la victoire, elle fut tirée de ses pensées par David, qui l'avait repérée et venait lui dire de rester près de lui. Elle acquiesça et il la prit par le bras pour la conduire vers son cheval, où il la fit monter derrière lui. Elle s'installa donc, récupéra le poignard qu'il lui tendait en le remerciant et passa ses bras autour de la taille du jeune homme pour ne pas tomber dans la cavalcade. Une fois tout le monde prêt, l'Inquisition partit en chasse...

Les chevaux lancés au galop parcoururent rapidement la distance qui séparait la Collégiale de l'herboristerie, et seul le bruit des sabots rompait le silence qui s'était installé. Ce silence n'était que le fruit de l'excitation générale à l'idée d'attraper l'assassin, chacun sentait monter en lui l'adrénaline, et Béatrice n'y échappait pas. Son impatience grandissante trouva son paroxysme lorsqu'à travers les champs elle aperçut une frêle silhouette qui courait à perdre haleine, poursuivie par une autre, bien plus grande et massive, qui commençait à gagner du terrain.

David donna ses ordres, et bientôt les inquisiteurs encerclèrent le meurtrier, qui se retrouva pris au piège. David descendit de cheval, et elle fit de même, tout comme quelques uns des autres religieux. Il avait déclaré le vouloir mort ou vif. Cette phrase fit froid dans le dos à la jeune nonne, qui ne pensait pas David aussi dur. Pourtant, elle l'admirait pour son courage et sa force de caractère. Il avait tous les talents d'un meneur, elle en était certaine. Preuve en était son assurance face à ce tueur sanguinaire.

Tenant fermement le poignard prêté par son ami, elle se précipita à sa suite dans la mêlée, prenant son courage à deux mains. S'il le fallait, elle était prête à tuer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1084-presentation-d-une-apprent
Inquisiteur Général
Inquisiteur Général
avatar


MessageSujet: Re: Tout finit par la Chute   Lun 9 Mai 2011 - 22:24

Parfois, le hasard faisait bien les choses. Cassandra ne passait pas beaucoup de temps à la Collégiale, mais précisément au moment où le petit Saturnin vint courageusement trouver l’Inquisition, elle était en train de faire de nombreuses hypothèses avec Sarah Geisler. Elles revenaient d’ailleurs sur cette deuxième agression que l’Agent du Diable sur sa personne, débattant sur la question de sa nature. Était-ce un homme, un sorcier, un démon ? Les trois hypothèses n’étaient possibles que si plusieurs conditions étaient remplies. Et elles n’avaient aucun élément tangible pour pencher plus en faveur d’une théorie que d’une autre. La lettre que Cassandra avait envoyée au Vatican avait reçu une réponse, mais elles avaient été noyées sous le flot d’informations - l’ancien secrétaire papal avait pris leurs difficultés à cœur, contre toute attente - et ne parvenaient qu’à grand-peine à retirer quelque chose de décisif. Dans leur cas, le problème était que Rome avait des archives reprenant de pareilles agressions, mais dont les instigateurs avaient été hommes, sorciers et démons. Impossible donc de recouper par ce biais-là leur propre Agent du Diable.

Quand la nouvelle leur parvint, Sarah Geisler ne dit que quelques mots. La situation pressait, parce que les jeunes Inquisiteurs se mettaient déjà en route. Cassandra les accompagnerait et représenterait l’autorité : Sarah Geisler s’occuperait du côté légal. Nul besoin de longues explications : elles avaient la même conception de ce qu’il convenait de faire, et Cassandra s’empressa de partir à la suite des jeunes têtes brûlées. Les chevauchées n’étaient guère plus de son âge, et elle ressentit douloureusement la route jusque chez l’herboriste. Comprenant qu'ils arriveraient avant elle sur le théâtre des événements, elle fit arrêter la cavalcade d'un ordre bref, et fut soulagée de réaliser que David ne la contestait pas - elle n'avait pas besoin d'une crise d'autorité maintenant. Essoufflée, mais refusant de lui laisser la direction des opérations - elle avait déjà vu le résultat une fois chez la Comtesse, merci bien - elle amena sa monture face à eux, et lança rapidement :

- Tout ce qui importe est d’arrêter l’Agent du Diable ou le sorcier qui est présent. S’il s’agit bien de l’Agent du Diable, il faut l’arrêter à n’importe quel prix, mort ou vif. En revanche, s’il s’agit d’un sorcier et donc d’un habitant de Forbach, vous devez le garder en vie. Et bon sang, ne versez pas dans la violence gratuite ! N’oubliez pas que vous représentez la Sainte Inquisition !

Sur ce, elle fit claquer les rênes de son cheval et dégagea le passage, jusqu’à se porter à hauteur de David.

- Je supervise les opérations de loin. Vas-y avec eux, et dirige intelligemment ta vague d’assaut.

Étonnamment, sa voix sonnait plus comme une menace que comme un encouragement. Mais peu importait : David était le petit meneur de tous ces jeunes, après tout. Ils repartirent, et leur folle chevauchée prit fin. Même si elle n’avait à aucun moment perdu le contact visuel avec les jeunes, elle parvint avec un léger temps de retard sur les lieux. David Geisler avait déjà pris les choses en main - elle l’avait entendu - parce que les Inquisiteurs étaient déjà en formation, tandis que leur cible était à découvert.

Elle vit trop tard la frêle Sœur Béatrice se jeter dans la mêlée avec les autres. Cassandra maudit soudainement sa situation. Si ça n’avait tenu qu’à elle, elle aurait rattrapé la jeune Carmélite et l’aurait tirée par la peau du cou, pour l’obliger à rester avec elle, en sûreté. Mais à quoi pensait-elle donc ? Elle n’avait aucun entraînement, c’était évident ! Elle était à Forbach pour dessiner, pas pour jouer les apprenties guerrières. C’était de la folie pure, et Cassandra se promit de la rabrouer à ce propos pour peu qu’elle s’en tire en vie - et ça l’énervait à l’avance, parce qu’elle avait vraiment autre chose à faire de sa vie que de reprendre les jeunes en manque d’action.

Les Inquisiteurs étaient maintenant au cœur de l'action. Cassandra serra les poings. Elle savait qu’elle avait donné des conseils qu’elle aurait été incapable de suivre. Cet Agent du Diable, dont elle devinait la silhouette, elle avait envie de le faire mourir à petit feu. Il valait mieux pour cet... homme, sorcier, ou démon - elle allait enfin avoir la réponse - qu’il meure dans l’affrontement. Parce qu’elle se ferait le plaisir de lui montrer le côté noir de sa personnalité, s’il survivait. Oh oui, il payerait, tout ce qu’il avait fait.

Et très cher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/fiches-personnages-f3/mere-matte
Assassin
Assassin
avatar


MessageSujet: Re: Tout finit par la Chute   Mar 10 Mai 2011 - 22:18

Il se passa un instant de parfait silence avant que les hommes de mains montés ne passent à l'assaut. Un silence avant l'apocalypse. Le contraste était fascinant face à cet homme ou démon debout sans peur et ces simples hommes qui malgré leurs chevaux et leurs armes, tremblaient légèrement, craignant la magie que pouvait déployer l'Agent du Diable. Pas de vent pour agiter le manteau de l'Agent, pourtant, l'épais tissu bougeait comme mû par une vie propre. Alors qu'il regardait un peu à terre, il releva le regard, et on put voir les pupilles noires sous le front crade et les cheveux gras et gris.

« Tout commence... »

D'un grand geste des bras, il fit tomber son manteau à terre et deux lames de couteaux gigantesques apparurent à chacune de ses mains.

« PAR LA MORT! »

Il se précipita vers les chevaux et avant qu'on le frappe, avait profondément entaillé le poitrail de deux d'entre eux d'un geste aussi large que classieux. Il fit plusieurs pas bondissants en arrière. Un des hommes de mains se précipita et tenta de l'assommer du haut de sa monture. Mû par une force visiblement supérieure, l'Agent arrêta la gourdin et s'agrippa aux vêtements du cavalier. L'homme de main fit une mauvaise chute qui le laissa inconscient.

L'Agent du Diable était peut être fou, sûrement dangereux, mais il était à coup sûr habile. C'était peut être même sa qualité première. Dégainant des épées, les hommes de mains désarçonnés précédemment se lancèrent en même temps à l'attaque sur lui. On aurait dit que chacun affrontait un homme à part, tellement l'Agent du Diable semblait maîtriser un art martial ambidextre. Armé seulement d'une lame courte, il fit durer le combat pendant dix très longues secondes et puis sans effort apparent, comme s'il avait pu le faire dès le début, il plongea sous la garde des hommes, les atteignit au ventre, et remonta les couteaux jusqu'au sternum en tournant.

Evidemment ce n'était pas fini. Un ricanement sec et il bondit littéralement vers l'adolescent à cheval qui avait pris un semblant de commandement. Il n'avait jamais eu affaire à lui, et n'avait pas envie de savoir qui c'était. L'Agent du Diable s'écrasa lourdement contre la bête qui chancela et chavira, David Geisler sur son dos. L'adolescent se vautra sans grâce au sol. L'Agent du Diable aurait voulu achever, mais un homme de main prétendit l'en empêcher. Le Fou esquiva aisément l'attaque trop rapide. Puis une autre. Et une suivante.

Pendant quelques secondes, ce fut un chaos d'hommes et de chevaux, comme si le signal de la curée avait été lancé. Tous s'étaient engagés dans la bataille, mais aucun ne portait de coup, car personne ne semblait savoir où il était. On avait tout simplement perdu l'Antéchrist de vue.

Le cheval de la Veuve de Saint-Loup poussa un horrible hennissement à faire pleurer les pierres et son postérieur s'effondra d'un bloc, les jarrets tranchés. Cassandra partit en arrière mais fut rattrapée par deux bras armés.

« Vous vous souvenez? Votre amant secret? »

Avec un ricanement il la lâcha et la laissa toucher le sol sans ménagement. A ce moment précis, les chevaux étaient à portée, il aurait pu en voler un et s'enfuir, tenter de s'en sortir. Visiblement cela ne lui vint jamais à l'idée.

Et il fut encerclé sans qu'il ne réagisse. Alors qu'il était triomphant l'instant d'avant, il sembla changer du tout au tout, comme si enfin il sentait qu'il ne s'en sortirait pas. Après ses récents exploits cependant, les inquisiteurs n'osèrent pas se jeter tout de suite à la curée. L'homme avait encore au moins une lame, ayant perdu l'autre on ne sait où. On savait les dégâts qu'il pouvait faire avec. Il se passa de nouveau un moment de silence lourd et oppressant.

« Tout commence par la Mort. Mais dans toute histoire il y a un début et une fin. »

Parlait il de lui? Il était apparu avec la Mort, c'était bien possible. Mais de quelle fin parlait t il? Y en avait il seulement une pour les gens de son espèce?

« Et tout finit par... »

Son dernier couteau, sa navaja fétiche vola par dessus la ligne d'inquisiteurs. Elle fut lancée avec beaucoup plus de force qu'on ne pouvait prévoir, et visiblement visait quelqu'un derrière le cercle. Cela ne devint évident qu'à partir du moment où on entendit les « attention! » à l'intention de l'herboriste Inès Gallois. L'Agent du Diable voulait bien évidemment finir son travail. Celui ci ferma les yeux et baissa la tête et entendit le choc sourd de la navaja qui se plantait. Sans vérifier qui était atteint, il leva les bras comme un air de triomphe, entièrement noir, ganté, masqué en hurlant:

« LA CHUUUTE! HA HA HAA! »

Tel fut la Chute de l'histoire de l'Agent du Diable, dans les ricanements déments.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prêtresse
Prêtresse
avatar


MessageSujet: Re: Tout finit par la Chute   Mer 11 Mai 2011 - 11:53

Ses jambes l'avaient soutenue jusqu'à l'arrivée des inquisiteurs. Elle les avait vu approcher et avait alors orienté sa course vers eux, pour qu'ils viennent à son secours. Ils étaient nombreux, et au fond d'elle-même la jeune femme était convaincue qu'ils parviendraient à la sauver.
La situation, d'un point de vue tout à fait extérieur, aurait pu être amusante : une sorcière qui comptait sur des inquisiteurs pour la sauver, quelle ironie du sort !
Alors que les cavaliers de Dieu encerclaient l'assassin, Inès fut éloignée du cercle par une jeune religieuse, qui voulait visiblement l'écarter du danger. Une fois hors de danger - du moins le croyait-elle alors - elle tomba à genoux dans l'herbe, épuisée. La nonne lui adressa quelques paroles rassurantes avant de retourner au combat.

A présent seule, l'herboriste regarda la scène avec horreur. L'Agent du Diable se défendait comme un forcené, il semblait impossible de l'atteindre. Certains perdirent la vie, d'autres furent plus ou moins grièvement blessés, et elle en vint à se demander s'il n'allait pas finalement réussir à leur échapper.
Le combat sembla sans fin, mais après de longues minutes le tueur était acculé. La jeune femme se remit debout, ayant eu le temps de reprendre un peu ses esprits, et s'approcha pour assister à sa capture.

Elle était presque arrivée au niveau du cercle formé par les inquisiteurs lorsqu'un cri la figea sur place.


"Attention !"

Alors qu'elle levait les yeux vers le ciel, imitant les religieux qui semblaient suivre quelque chose du regard, elle vit avec horreur la lame fétiche du meurtrier arriver droit sur elle.
Elle avait conscience du danger, pourtant elle était incapable de bouger, tétanisée par la peur. Ainsi, son heure était arrivée ? Elle avait fait tout ça pour rien, au final ? Non, pas pour rien. Elle avait permis l'arrestation de ce fou furieux, c'était le principal.

Fermant les yeux, elle s'apprêta à recevoir le couteau, résignée à son sort. Mais c'était sans compter sur la jeune religieuse qui l'avait aidée un peu plus tôt. Celle-ci se jeta sur Inès pour la sauver, faisant rempart de son frêle corps, et les deux roulèrent sur le sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/sorcieres-d-olrun-f48/ines-gallo
Soldat de l'Inquisition
Soldat de l'Inquisition
avatar


MessageSujet: Re: Tout finit par la Chute   Mer 11 Mai 2011 - 12:33

Béatrice s'était tout d'abord jetée dans la mêlée, mais bien vite elle en avait été tirée par certains amis de David, qui ne voulaient pas qu'elle soit blessée - le fils du Second ne le leur aurait certainement pas pardonné. Aussi, elle recula, frustrée de ne pas pouvoir participer. C'est alors qu'elle avisa Inès, qui sortait du cercle formé par les inquisiteurs. Elle se précipita aussitôt vers elle et la prit dans ses bras pour l'éloigner de la bagarre.

"Tout va bien, vous êtes en sécurité."

Elle l'entraîna à l'écart, et, les jambes en coton, l'herboriste se laissa choir sur le sol, complètement vidée.

"Restez ici, nous gérons la situation."

Sur ces paroles, qui se voulaient rassurantes, elle retourna vers le combat.
Ses doigts serraient si fort la dague prêtée par David que les articulations de ses doigts en étaient blanchies. Elle avait peur, certes, mais ce n'était pas la peur qui guidait ses actes, c'était sa Foi. Elle savait qu'ils allaient l'arrêter, coûte que coûte, il ne fallait surtout pas lui laisser la moindre faille.
Alors qu'elle cherchait des yeux l'assassin, elle le vit faire tomber David. Alors qu'il allait l'achever, un homme de main se jeta sur lui, permettant ainsi à son ami de s'en sortir vivant. Elle se précipita vers le jeune homme pour voir si tout allait bien.


"David ! Ça va aller ?"

Il la rassura, lui demandant ensuite de s'éloigner. Il ne voulait visiblement pas qu'il lui arrive malheur. Elle voulut protester, mais se souvint de l'herboriste, qui était restée toute seule. Soit, elle irait donc s'occuper de la malheureuse.
Alors qu'elle s'approchait d'elle, se frayant un chemin parmi les inquisiteurs, un cri attira son attention vers le ciel. Elle vit avec horreur l'arme de l'Agent du Diable s'élever dans les airs et comprit immédiatement ce qu'il comptait faire. Aussitôt, elle se jeta sur la jeune femme pour la protéger, et la lame destinée à Inès se planta dans le dos de la religieuse, qui hurla de douleur.

Les deux femmes roulèrent sur le sol, la lame s'enfonçant un peu plus profond sous la clavicule de Béatrice, qui s'évanouit sous la douleur. La dernière chose qu'elle entendit avant de sombrer dans le néant fut la voix suppliante de l'herboriste qui appelait à l'aide pour sauver la nonne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1084-presentation-d-une-apprent
Sergent
Sergent
avatar


MessageSujet: Re: Tout finit par la Chute   Mer 11 Mai 2011 - 20:15

David était déjà lancé en pleine charge lorsqu’il comprit que la première vague d’assaut ne serait qu’une boucherie. Car l’Agent du Diable, même encerclé et seul face contre tous, ne montrait aucune crainte; pire, il dévoila ses armes d’un air théâtral et se lança aussitôt dans un affrontement furieux. Le jeune Geisler mesura sa chance de ne pas être arrivé sur l’assassin en premier quand il vit le sort réservé au cheval; aussitôt après, ce fut un capharnaüm indescriptible.

L’assassin était partout à la fois, frappant de taille et d’estoc dans un ballet spectaculaire qui aurait stupéfié David en d’autres circonstances. C’était sans conteste un bretteur exceptionnel et les cadavres éventrés étendus à présent au milieu de giclées écarlates en témoigneraient pour toujours. Le jeune homme vit l’un de ses proches amis mourir alors qu’une lame effilée lui lacérait le sternum, projetant tout autour des morceaux organiques. Il cria le nom de son ami, se précipitant de plus belle au grand galop vers le lieu de l’affrontement.

Son cheval n’avait plus qu’une foulée à parcourir quand l’Agent du Diable changea brusquement de direction et, tel un taureau enragé, s’écrasa contre le poitrail de la bête. Simple humain –du moins en théorie…- sa force fut cependant suffisante pour faire perdre l’équilibre à l’équidé, ce qui était proprement stupéfiant. David se sentit projeté sur le côté et roula sur le sol, sa tête heurtant une petite pierre heureusement plate. Il sentit la douleur irradier en lui et mit quelques secondes à retrouver ses sens –quelques secondes pendant lesquelles un anonyme lui sauva la vie.
Lorsque son cerveau se remit à fonctionner à peu près normalement, il papillota furieusement des yeux pour que le monde cesse de tanguer et découvrit la sœur Béatrice au-dessus de lui, qui l’aidait à se relever d’un air inquiet. Le jeune homme fit abstraction du filet de sang poisseux qui coulait le long de sa tempe, et mobilisa sa volonté pour se concentrer sur l’instant présent. Il avait perdu l’assassin de vue, mais c’était toujours la plus grande confusion tout autour.

"Ça va" maugréa-t-il. "Va te mettre à l’abri."

Qu’il arrive malheur à Aphrodite serait un des pires scénarios. David se redressa, laissant son adrénaline et son instinct le guider; il repéra de nouveau l’Agent du Diable qui continuait sa boucherie avec précision, théâtralité et méthode. Puis quelque chose dans le comportement de ce cinglé changea du tout au tout et les Inquisiteurs purent l’encercler, visiblement apeurés et réticents à se jeter de nouveau sur lui. Un grand effroi brillait dans leurs yeux et le soleil se mirait avec force dans les éclats rubescents étendus sur le sol. Le silence, terriblement lourd, s’abattit sur l’assemblée.

"BEA!"

Il avait vu la navaja voler vers l’herboriste, mais plus encore la silhouette au voile blanc se précipiter droit vers le point de l’impact. La lame se planta dans le dos de la nonne, lui arrachant un hurlement qui vrilla les oreilles de David. Pendant un millième de seconde, il balança entre une grimace désespérée et un cri de rage. Puis c’est cette dernière qui prit le dessus et, écumant de haine, le jeune Geisler se jeta en avant, mettant tout son poids pour plaquer l’Agent du Diable au niveau du bassin.

Sa propre force, même avec élan, fut à peine suffisante pour renverser l’amas de muscles que constituait ce démon. Ils churent sur le sol, David au-dessus de son adversaire, mû tout entier par une seule nécessité: l’empêcher de nuire à nouveau. Ses couteaux avaient été perdus au moment où il était tombé de cheval. Il contracta donc le bras, l’arma et balança de toutes ses forces dans le visage de l’Agent du Diable. Ce fut tout juste si celui-ci valsa de côté, mais au moins David entendit avec satisfaction le craquement sinistre de son nez brisé.

"Ça c’est pour Narcissa!" cria-t-il et, brandissant l’autre bras, asséna derechef un coup sur la tempe de son adversaire.

"Et ça, pour Cassandra!" Il en était toujours à marteler le visage de l’assassin, couvrant celui-ci de liquide écarlate et de contusions rouges, quand les renforts arrivèrent. Les Inquisiteurs se précipitèrent afin d’immobiliser l’Agent du Diable qui, malgré sa force et sa volonté, croulait sous le nombre. Hors d’haleine, David les laissa faire et se redressa, cherchant son souffle. Aussitôt, son regard se posa frénétiquement alentour à la recherche de Béatrice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/inquisiteurs-f50/david-geisler-t
Inquisiteur Général
Inquisiteur Général
avatar


MessageSujet: Re: Tout finit par la Chute   Mer 18 Mai 2011 - 2:07

Elle en avait sérieusement sa claque, de toute cette histoire. En écoutant l'Agent du Diable – c'était bien lui l'agresseur décrit par le petit Saturnin, tant mieux – vociférer sa folie, elle se sentit un peu plus haineuse. L'intensité de son sentiment était presque surprenante : la dernière fois qu'elle avait haï quelqu'un avec tant de force, elle s'appelait Mattea et elle chassait la sorcière. Elle avait voulu rester à l'écart, diriger les opérations depuis un lieu un peu plus reculé, mais c'était sans compter la confusion de la situation. Dès que le signal fut lancé, tous les inquisiteurs semblèrent perdre l'esprit. En se jetant comme un seul homme dans la mêlée – est-ce qu'ils avaient seulement écouté les ordres ? – ils risquaient de le laisser s'échapper. Furieuse, Cassandra s'approcha à son tour.

Mal lui en prit : avant seulement d'avoir compris pourquoi ou comment, elle fut ciblée par l'Agent du Diable. Soudainement violemment déséquilibrée par l'écart de sa monture, elle partit brusquement en arrière, terrifiée. Elle était vieille et le savait : ce genre de chute pouvait lui être fatale. Sachant que sa meilleure chance était de se laisser aller et de ne pas se crisper, ce qui lui vaudrait de se briser comme une vulgaire brindille, elle ressentit tout le dégoût et l'humiliation d'être sauvée par ce même Agent du Diable. Deux bras puissants – les siens, elle en était écœurée – la retinrent, et une voix lui susurra des horreurs à l'oreille. Cassandra perdit totalement le contrôle de la situation. Elle était tout contre cet homme – sorcier, ou démon – qu'elle haïssait jusqu'au plus profond d'elle-même. Il avait mis la vie de Narcissa en danger, celle de Viviane, et la sienne. Il avait dégradé la beauté de ses souvenirs avec Amaël. Il l'avait humiliée jusqu'au bout, et maintenant... que lui voulait-il ? Comment les jeunes Inquisiteurs avaient-ils pu le laisser franchir leurs lignes ? Une terreur sans nom lui tordait les entrailles. Tout se déroulait pourtant très vite ; cela ne faisait même pas un millième de seconde qu'elle était en contact avec lui. Et pourtant, elle avait l'impression d'avoir vu défiler toutes les raisons qu'elle avait de l'exécrer. Son corps réagit tout seul, comme si elle n'en avait plus le contrôle. Le choc était trop fort, la peur trop violente, la panique trop terrifiante, l'angoisse trop pénible. Elle n'avait plus aucun moyen de lutter contre lui, alors qu'elle était en danger de mort. Avant même de comprendre ce qu'elle faisait, Cassandra murmura :

- Somno Oppressus.

L'énormité du siècle. Un affolement sans nom gagna Cassandra, alors que déjà l'Agent du Diable la laissait lourdement tomber sur le sol. Une incompréhension totale, doublée d'un dégoût à son paroxysme. Aussitôt, elle ferma les yeux de toutes ses forces, serra les dents et fit comme si elle ne sentait pas ce goût de fumée dans sa bouche. Elle se roula en boule, à la fois sous l'effet de la douleur physique provoquée par la chute et sous l'effet de la peur. Elle était trop stupéfaite pour parvenir à ordonner ses pensées. Elle était épouvantée par ses propres actes. Elle devait nager en plein cauchemar. Qu'avait-elle fait ? Comment était-il possible qu'une telle résurgence arrive ? Pourquoi maintenant ? Elle ne pouvait pas avoir utilisé les arts sorciers, pas elle ! Elle devait se tromper, c'était forcément une ruse du Malin – et cette petite voix au fond d'elle qui lui soufflait que c'était de la sorcellerie avait forcément tort. Emplie de répulsion, elle remit l'entièreté de son repas du soir. En plusieurs fois. Tout en essuyant son visage, elle réalisa qu'elle avait pleuré. Elle posa des yeux de bête traquée autour d'elle, espérant avec la force du désespoir que personne ne l'avait entendue. Elle avait seulement chuchoté, mais c'était encore trop fort pour son esprit en pleine déroute. Elle n'allait pas être brûlée pour quelque chose qu'elle n'avait pas contrôlé, n'est-ce pas ? Elle n'allait pas être arrêtée, pas elle !

Tremblant de tous ses membres, elle entendit les cris du petit David. Pour Narcissa, et pour Cassandra. Et ce fut ce qui lui permit de sortir de sa crise d'angoisse. Elle représentait l'autorité de cette arrestation, il fallait qu'elle reprenne ses esprits. Et David, déjà, la vengeait. Hagarde, elle se redressa, constatant avec douleur que de nombreux cadavres jonchaient le sol. L'œuvre seule de cet Agent du Diable... incroyable. Et pire encore, il avait gagné contre elle. Il l'avait poussée à un extrême qu'elle s'ignorait et qu'elle aurait préféré ne jamais connaître. Cassandra n'avait plus peur de son passé depuis longtemps, et voilà que soudainement, elle recommençait à craindre les recoins de sa mémoire qu'elle ne connaissait pas.

D'un geste rageur, elle essuya sa bouche du revers de la main et s'avança lentement vers le centre de l'action. David était en train de marteler le visage de l'Agent du Diable de coups, et elle ne fit pas un geste pour le retenir, alors que d'autres Inquisiteurs la regardaient, comme s'ils attendaient qu'elle l'arrête en deux mots bien placés. Froidement, elle attendit que David se calme, écrasant la forme allongée de l'Agent du Diable d'un regard empli de tout son mépris. Quand les coups cessèrent, Cassandra eut envie de pleurer, parce qu'elle était perdue comme elle ne l'avait plus été depuis quinze ans – Seigneur, comment était-il possible qu'elle soit capable d'un acte de sorcellerie – mais elle se retint, sachant qu'elle ne pouvait pas craquer, pas encore. Au loin, Sœur Béatrice était allongée et entourée d'Inquisiteurs. Blessée, probablement. Quelle petite grue. Le cœur de Cassandra ne s'émut pas un instant : la jeune femme n'avait rien à faire là – une formation en dessin n'équivaut pas celle des guerriers – et si elle avait enfreint les règles, elle n'avait qu'à en payer le prix. L'herboriste semblait également en état de choc. Ils recueilleraient son témoignage plus tard. De toute façon, l'Inquisition embarquait tout le monde, blessé ou pas.

Cassandra fit un geste de la tête à deux Inquisiteurs de la génération de David et ils se placèrent à ses côtés pour empêcher l'Agent du Diable de s'enfuir – de toute façon, il n'était visiblement pas en état de faire quoi que ce soit. À trois, ils le ligotèrent solidement et le jetèrent en travers d'un cheval comme un vulgaire sac de laine. Cassandra s'approcha alors de lui et abaissa son écharpe afin de découvrir ses traits. Elle le reconnut aussitôt et certifia :

- C'est bien lui.

Et pourtant, son esprit était à milles lieues de là. Elle ne maîtrisait les tremblements de son corps qu'à grand peine. Il lui fallait... Viviane, et dans les plus brefs délais. En attendant, elle se persuadait elle-même que personne ne l'avait entendue. Après tout, elle était un peu à l'écart, et dans le bruit ambiant de la mêlée, le son n'avait certainement pas été perçu.

Elle s'approcha de David et posa simplement la main sur son épaule. Nul besoin de mots. C'était à la fois un remerciement, un réconfort et un éloge. Lentement, Cassandra se détourna. Puis, elle prit les rênes d'un autre cheval et l'enfourcha avec l'aide d'un jeune Inquisiteur.

- Nous emmenons tout le monde.

Elle voulait s'assurer qu'aucun témoin de l'affaire ne puisse leur échapper. Le retour à la Collégiale de ceux qui emprisonnaient l'Agent du Diable fut tout aussi rapide qu'à l'aller. Les Inquisiteurs qui s'occupaient de ramener les blessés les rejoindraient en temps et en heure, Cassandra n'en doutait pas. La victoire gonflait tous les cœurs, sauf celui de la Veuve. Une véritable tempête faisait rage dans ses veines, au point même de chasser l'Agent du Diable de ses préoccupations directes.

Et pourtant l'Inquisition de Forbach n'était pas au bout de ses peines. En parvenant devant la Collégiale, Cassandra réalisa qu'une silhouette se découpait devant le bâtiment. Au début persuadée qu'il s'agissait de Sarah Geisler, Cassandra reconnut rapidement l'homme à qui elle avait confié son agression – dans un espoir vain, il fallait l'avouer. Placide, il se tenait debout, attendant visiblement le retour des troupes.

Owen Mansholther.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/fiches-personnages-f3/mere-matte
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tout finit par la Chute   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tout finit par la Chute

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Witch Slay :: Parmi les Sylves - Alentours :: Les Cultures :: L'Herboristerie-