AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Leçon de vie et premières amitiés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Soldat de l'Inquisition
Soldat de l'Inquisition
avatar


MessageSujet: Leçon de vie et premières amitiés   Mar 17 Mai 2011 - 11:46

Tout avait commencé par un pique-nique...

Luc, partant d'une très bonne intention, avait proposé la veille d'emmener la jeune Soeur faire une promenade dans les bois, ainsi qu'un pique-nique dans une clairière de sa connaissance. Un peu réticente au début, la jeune femme avait finalement accepté, et ils avaient pris la route gaiement. Le trajet s'était bien passé, et la découverte de l'endroit - véritablement féerique - avait enchanté tous les sens de la demoiselle.
Ils avaient discuté, ri, et au final, Luc avait eu le malheur de faire quelque chose qu'il dut amèrement regretter par la suite... Il avait brisé cet écrin de bonheur d'un simple baiser. Non pas que c'eut été désagréable, bien au contraire. Mais cela chamboula tellement l'esprit de la pure petite nonnette que son réflexe premier fut de gifler le pauvre Luc avant de lui crier dessus et de partir, outrée, choquée, mais aussi profondément perturbée. Il l'avait rattrapée alors qu'elle était rentrée sous la cache sombre des arbres et l'avait raccompagnée, dans le silence le plus total, jusqu'au manoir d'Elena. Là, ils avaient échangé quelques mots - et Béatrice avait traité le jeune homme d'égoïste, ce qu'il était à ses yeux, puis chacun était parti de son côté avec la certitude de ne plus jamais croiser la route de l'autre.
Elle ne savait pas ce que Luc était parti faire, mais elle-même avait filé dans sa chambre et n'en était pas sortie pour le repas de midi. Un domestique, envoyé par Vincent pour lui apporter une légère collation, avait frappé à sa porte, mais n'avait entendu pour toute réponse que des sanglots. Il avait alors laissé la salade de légumes et la tranche de rôti qui l'accompagnait devant la porte, sur un plateau, mais lorsqu'il était revenu une heure plus tard, rien n'avait été touché, et seul le silence filtrait à présent à travers la porte.

Il avait alors frappé timidement, et la voix de la religieuse lui avait répondu que tout allait bien, qu'elle serait présente au dîner, mais qu'elle ne souhaitait pas être dérangée. Il était alors reparti, reprenant au passage le plateau encore chargé, et était redescendu en cuisine pour aider à la préparation du dîner.

En réalité, Béatrice ne pleurait plus, ses larmes s'étant taries d'avoir tant coulé. Mais avec les larmes était partie sa colère, et à présent elle tentait d'analyser la situation.
Bon, Luc l'avait embrassée, certes. Il l'avait tentée, oui. Mais ce qu'il avait dit n'était pas faux. Le Seigneur était compréhensif, et aimant. Il comprendrait qu'elle partage son coeur avec un autre que Lui. Pourtant, d'un autre côté, elle Lui était promise, elle était Sienne. Luc aurait-il agi de la même sorte si elle avait été mariée à un simple mortel ? Aurait-il osé l'embrasser ? Elle en doutait fortement. Etait-ce donc parce que le Seigneur était immatériel, donc peut-être inexistant aux yeux du jeune homme ? Pourtant, Sa colère était bien plus violente que celle d'un mari bafoué, il aurait dû le savoir...
Ce qui l'avait rendue vraiment furieuse, c'était ce qu'elle-même avait ressenti au moment où les lèvres du jeune homme s'étaient posées sur les siennes. A cet instant-là, elle avait compris que ce qu'elle avait ressenti dans la bibliothèque était réel, et cela lui faisait peur. Elle avait peur de s'éloigner de Dieu, de succomber à la tentation, de ne pas arriver à réprimer ses désirs, son envie d'être avec lui. Bref, de se détourner de sa voie.
Enfin, puisqu'ils ne risquaient plus de se croiser, inutile de continuer de penser à lui, non ?

L'heure du dîner approchait, et elle se changea pour s'y rendre. A sa grande surprise, elle se retrouva seule avec Vincent, Elena s'étant faite porter pâle. Le noble eut la décence de ne pas poser de questions indiscrètes à Béatrice, et celle-ci l'en remercia intérieurement. Une fois le dîner terminé, elle retourna à sa chambre, après avoir fait un détour par la bibliothèque pour y récupérer un peu de lecture. Elle lut pendant quelques heures, et finit par s'endormir après avoir adressé à Dieu un prière dans laquelle elle demandait pardon au nom de Luc pour son acte, et pour elle-même d'avoir failli succomber à la tentation.

Elle dormit d'un sommeil sans rêve, et le lendemain matin elle fut réveillée par quelques coups discrets frappés à la porte. En regardant par la fenêtre, elle s'aperçut que la matinée était déjà bien avancée. Une voix, qu'elle reconnut comme celle d'Elena, lui demanda si elle pouvait entrer. La religieuse se leva précipitamment et enfila une robe de chambre avant d'aller ouvrir.


"Bonjour Elena. Que se passe-t-il ?"

Oui, il était assez étonnant de voir la jeune femme frapper à sa porte dès le matin. En général, elles se croisaient à peine aux heures du repas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1084-presentation-d-une-apprent
Aguerri(e)
Aguerri(e)
avatar


MessageSujet: Re: Leçon de vie et premières amitiés   Mar 17 Mai 2011 - 13:22

La porte s'ouvrit sur Elena en robe et la jeune soeur en robe de chambre. Elena fut confuse de la déranger si tôt et se précipita pour s'excuser.

"Oh veuillez m'excusez de vous lever si tôt. Je suis réellement confuse, je ne voulais pas vous dérangez. Vous lez vous que je reparte?"

La jeune Soeur ne lui en voulait manifestement pas et lui demanda de rester. Elena referma la porte s'assit sur le lit en attendant que la religieuse face de même pour la rejoindre. Elle respira et lui sourit lentement. Elle laissa quelques secondes et quelques banalités sur le sommeil de la jeune femme s'installer avant d'attaquer bille en tête sur la raison de sa venue.

"J'imagine que vous vous demandez ce que je fais ici et votre question est légitime. Mais avant tout sachez que je viens de mon propre chef et non pas de la part de qui que ce soit."


Elle ne laissa pas Sœur Béatrice dire quoi que ce soit et continua de lui expliquer ce qui c'était passé hier. Elle raconta qu'elle avait parlé à Luc hier et que fort contrarié il avait été maladroit avec elle et qu'il c'était expliqué ce matin même sur la raison de son comportement inopiné. Puis elle lui parla enfin à cœur ouvert.

"Si je suis là c'est pour que vous aussi vous puissiez libérer votre cœur. Je veux que vous me racontiez ce que vous ressentez. J'imagine que vous souffrez de cet affront qu'il vous a fait et vous avez besoin d'en parler à quelqu'un."

Elena se tourna un peu plus vers la religieuse et lui prit les mains en attendant ces confidences.

"Allez, racontez-moi, ma chère."

Elle attendait à nouveau patiemment que la langue de son interlocutrice se dénoue et décide d'expliquer comment elle avait vécu tout ceci. Ce qui était certain c'est que la jeune femme ne mentirait pas, car c'était pêché et qu'elle n'empêcherait pas Elena de l'aider. Elle n'allait pas refuser une main tendue généreusement en tant que religieuse et surtout elle n'allait pas se privé de l'expérience d'une femme, en tant que femme elle même. Car Soeur Béatrice était une femme avant d'être une sœur du point de vue d'Elena et Dieu n'y changerait rien.

Même si les connaissances en matière d'amour était limité chez Elena, elle avait ce que c'était lorsque cet amour n'était pas partagé. Du moins, elle savait ce que c'était que de subir les assauts lourds et gras de certains homme et elle savait à quel point le dégoût était fort. Pourtant, elle doutait que Luc fusse un gougeât de cet acabit et se disait que si il avait agit de la sorte elle lui donnerait une correction de luxe.

Patiemment et tranquillement, Elena s'installa dans cette attente tranquille lorsque l'on cherche à laisser quelqu'un délier sa langue. Avec calme et douceur, elle regardait la jeune sœur et s'imaginait avoir une petite sœur comme elle. Pour sûr elle ne serait pas devenue nonne, Elena se serait offusquée d'un tel comportement de leurs parents, mais après tout elle aurait pu être une petite sœur sage et aimante, comme son frère. Son frère lui, il s'y connaissait en amour et il cherchait ardemment une fiancée. Elena avait toujours été là pour le soutenir mais elle avait fait un certain tri quand elle avait vu certaines prétendantes. Elle voulait le protéger de ces filles qui ne désirait que des biens, poussées par leurs parents, avides d'une quelconques gloriole et de ce qu'un bon parti pouvait apporter.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1105-elena-mirova
Soldat de l'Inquisition
Soldat de l'Inquisition
avatar


MessageSujet: Re: Leçon de vie et premières amitiés   Mar 17 Mai 2011 - 14:04

Lorsqu'elle ouvrit la porte, elle se retrouva devant une Elena toute confuse d'arriver ainsi, sans prévenir. Celle-ci proposa même de repasser un peu plus tard, voyant que la religieuse était encore dans ses habits de nuit. Pourtant, Béatrice sourit gentiment et la retint par le bras.

"Non, voyons, restez. J'espère que vous allez mieux qu'hier, votre frère m'a dit que vous étiez fatiguée..."

Elles échangèrent encore quelques rapides banalités, tout en s'installant côte à côte sur le lit. Puis Elena aborda la raison de sa venue. Elle venait de son propre chef ? Béatrice ne comprenant pas, elle fronça les sourcils, s'apprêtant à demander à la noble de s'expliquer. Cependant, elle n'eut pas à le faire, celle-ci enchaîna rapidement. Ainsi donc, hier Luc était parti voir Elena... Il s'était mal comporté avec elle aussi ? Et il s'était expliqué ce matin-même, c'était là la raison de la présence de la cadette des Mirova en cet instant...
Elena se montra très douce et compréhensive, demandant à la religieuse de lui dire ce qu'elle avait sur le coeur. A l'en croire, elle avait eu cette réaction parce qu'elle ne tenait pas à Luc. Béatrice réfléchit quelques secondes. Elle ne pouvait pas mentir, c'eut été pécher. Pourtant, elle ne savait comment aborder la chose... Elle se mordit la lèvre inférieure, un peu gênée d'exposer ses pensées les plus intimes à une inconnue, puis elle se reprit en se disant qu'après tout, Elena n'était pas vraiment une inconnue, plutôt une amie en devenir.


"Et bien... Puisqu'apparemment il vous en a parlé... Oui, il m'a embrassée, et oui je l'ai giflé."

Elle serra les mains de la jeune femme tout en poursuivant.

"Ce que j'ai mal pris, c'est le geste en lui-même. Comprenez-moi bien : Luc est un garçon tout à fait charmant, très attirant et avec beaucoup d'esprit, il est un peu mon idéal masculin, je dois dire..."

Elle rougit à cette confidence, mais poursuivit néanmoins.

"Simplement, rien que par ce baiser il a brisé l'amitié qui commençait à s'instaurer entre nous. Je suis vouée à Dieu, que je le veuille ou non. Pensez-vous qu'il aurait agi de la sorte si mon époux avait été un homme et non Lui ? Pour moi, tout comme pour le Seigneur, cela revient au même..."

Si seulement elle n'avait pas été obligée de rentrer dans les Ordres, tout ce tintouin n'aurait pas eu lieu d'être ! C'aurait été tellement plus simple, pour elle comme pour Luc. Hélas, sa vie appartenait au Tout-Puissant désormais, et elle n'avait pas le choix, c'était la décision de sa mère, rompre ses voeux signifierait décevoir sa famille, et jeter la honte et le déshonneur sur elle... Même si elle ne le disait pas à haute voix, c'était parfaitement lisible sur son visage : elle était tiraillée entre son amour pour Dieu et son affection pour le jeune homme. Et les deux, d'après elle, n'étaient pas compatibles. Du moins pas au sens où elle l'aurait souhaité. Sans qu'elle n'en ait vraiment conscience, les larmes se remirent à couler sur ses joues.

"Je tiens vraiment à Luc, et cela, il ne semble pas le comprendre. J'ai été mauvaise hier avec lui, je lui ai dit des choses que je regrette plus que vous ne pouvez l'imaginer. Mon coeur se déchire à l'idée de ne plus le revoir. Pourtant, au fond, je suis convaincue que c'est nécessaire... Pour l'oublier."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1084-presentation-d-une-apprent
Aguerri(e)
Aguerri(e)
avatar


MessageSujet: Re: Leçon de vie et premières amitiés   Mar 17 Mai 2011 - 14:57

Soeur Béatrice s'exprimait enfin, brisant le silence qui s'installait lentement dans la chambrée. Elle confirma ce que Luc disait pour se lancer sur ce sujet de conversation délicat. La jeune femme souffrait, c'était visible, et cette prise qu'elle raffermit sur les mains d'Elena le confirmait. La douce jeune fille souffrait de ne pas comprendre ce geste qui brisait tout pour elle. Ce petit cocon douillet où elle c'était installé venait de craquer et elle le voyait se déliter.

La jeune fille avoua que Luc était beau garçon et à n'en point douté, si elle n'avait pas été religieuse, elle aurait été sa femme. Elena aurait bien volontiers sourit à cette idée mais la jeune Sœur était bouleversée et avait grand besoin de réconfort. Elle la laissa parler, ne répondant pas immédiatement à ces questions. Luc n'était pas un homme mauvais et il n'avait pas penser à mal, ni même aux conséquences de ces actes lorsqu'il avait agit. Il avait agit de cœur et ce n'était pas pour briser quoi que ce soit, ni qui que ce soit.


"Si votre époux avait été un homme, vous n'auriez pas connu Luc, vous auriez été avec votre époux."

Elena sourit pour la rassurer. Luc n'était un démon!

"Je suis sûre qu'il n'a pas penser à mal lorsqu'il vous a embrassé. Il n'est pas capable de faire du mal de façon volontaire auprès des gens qu'il apprécie."

Elle inspira et ferma les paupières quelques secondes pour entendre la suite des paroles de Béatrice. Elle tenait à lui et ne supportait pas l'idée de ne pas le revoir? Alors pourquoi le faire si tel était le cas. Elle ne "guérirait" pas plus vite et mieux. Elena passa un doigt pour arrêté la course d'une des larmes qui roulait sur la joue de la jeune sœur. Pour la réconforter, elle passa un bras autour de ces épaules et la rapprocha d'elle.

"Allons, ne soyez pas si tiraillez ma Sœur. J'imagine la peine que vous avez mais permettez moi de vous dire ceci."

Elle prit le visage de Béatrice entre ces deux mains doucement pour qu'elle la regarde.

"Luc est un idiot, mais un idiot charmant. Et il ne veut pas vous voir partir de sa vie non plus. Il a sûrement doublement compris son erreur d'hier et je pense qu'il vous dois d'amples excuses. Mais vous ne devez pas vous privez de le voir. Il a été maladroit et un incorrigible bougre en réagissant par la colère mais je pense que ces sentiments envers vous sont sincères. Cela ne vous aide pas mais..."

Elle la regardait un peu plus intensément.

"... vous mériteriez un homme comme lui si vous n'étiez pas lié à Dieu. Et j'imagine que l'idée de Le quitter ne pourrait pas vous effleurez, parce que vous Lui êtes parfaitement dévouée. Seulement, Il peut comprendre Luc et vous pardonnez l'un comme l'autre. Et Il ne voudrait pas que vous condamniez ce pauvre garçon. Au début ce sera difficile pour vous mais, vous lui pardonnerez. Et lui restera à sa place."

Elle sourit lentement et laissa le visage de sœur Béatrice libre de ses mains à présent.

"Vous savez, je vous envie un peu. Ne vous en choquez pas mais, Luc est beau garçon et il est toujours plus agréable d'avoir un joli garçon pour vous courtisez qu'un de ces nobles gras dégoutant et pathétique."

C'était vrai qu'ils étaient à vomir tout ces prétendants qui avaient franchi le seuil du manoir. Elena les aurait sortit à coup de pied dans le fessier si elle avait pu. Entre les hommes odieux et avares, ceux qui n'était intéressé que par l'argent et une compagne joliment faite qui leur feraient des enfants... Un frisson parcouru Lena qui sentait le dégout lui monté au nez.

"Vous vous souvenez d'une des rares questions que vous m'avez posé en me rencontrant? A propos de mon âge et de ma passion pour mes livres?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1105-elena-mirova
Soldat de l'Inquisition
Soldat de l'Inquisition
avatar


MessageSujet: Re: Leçon de vie et premières amitiés   Jeu 19 Mai 2011 - 12:30

Non, Luc n'était certainement pas un démon. Mais il n'était pas un ange non plus, sinon jamais il n'aurait agi de la sorte. Elena avait sans doute raison, il n'avait pas pensé à mal en lui volant ce baiser. Pourtant, la religieuse s'était sentie trahie. Elle se sentait bien avec lui, mais elle savait que leur relation ne pourrait aller plus loin que l'amitié, à cause du carcan de la religion. Cela, il l'avait sciemment ignoré pour céder à une simple pulsion, et elle lui en voulait pour cette raison.

Lorsque Béatrice s'était mise à pleurer, Elena l'avait prise dans ses bras pour la réconforter. C'était une attention touchante qui témoignait, aux yeux de la jeune nonne, de l'affection qu'avait pour elle son hôte. Après tout, elles auraient tout à fait pu être amies. Elena lui expliqua que Luc n'était pas un mauvais bougre, et qu'il devait très certainement regretter son geste, et les conséquences qu'il avait causé. Elle ajouta qu'il n'aurait pas du se mettre en colère à cause de la réaction de Béatrice, qui était on ne pouvait plus compréhensible, puis elle termina en disant à la religieuse qu'elle l'enviait d'être courtisée par un aussi bel homme que Luc. Béatrice faillit lui dire que si elle voulait Luc, elle le lui laissait volontiers, mais les mots ne franchirent jamais sa gorge. Elle ne pouvait le dire, mais pour quelle raison ? Cela lui aurait fait trop mal. Béatrice tenait bien plus à Luc qu'elle ne voulait l'avouer, SE l'avouer.

Puis la noble lui demanda si elle se souvenait de la question qu'elle lui avait posé lors de son arrivée ici, sur sa passion pour la lecture et son âge. Elle hocha la tête, sans mot dire. Oui, elle s'en souvenait vaguement. Elle lui avait demandé si une jeune femme de son rang ne devait pas passer plus de temps à chercher un époux plutôt qu'à lire. Elena avait d'ailleurs répondu que son père n'avait eu de cesse de lui trouver un époux, mais que comprenant que cela rendait sa fille malheureuse il avait fini par accepter de la laisser le choisir elle-même.


"Oui, je m'en souviens effectivement, ainsi que de votre réponse, pourquoi me demandez-vous cela ?"

Ses larmes avaient cessé de couler à présent. Le sujet déviait, et ce n'était pas plus mal. Béatrice ne souhaitait plus parler de Luc, ce qui s'était passé entre eux ne regardait qu'eux, même si les intentions d'Elena à leur égard étaient louables. Ils s'étaient tous deux dit des choses qu'ils regrettaient, en tout cas Béatrice regrettait de l'avoir traité d'égoïste et de lui avoir dit qu'elle ne voulait plus jamais le revoir, mais maintenant, le mal était fait. Seul le temps pourrait effacer ces propos...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1084-presentation-d-une-apprent
Aguerri(e)
Aguerri(e)
avatar


MessageSujet: Re: Leçon de vie et premières amitiés   Ven 20 Mai 2011 - 16:16

Elena semblait apaiser la jeune femme et celle-ci semblait reprendre un semblant de calme. Oui Luc avait osé franchir une barrière qu'il n'aurait jamais du dépasser. Oui, il était définitivement amoureux et elle était complètement perdue. Car même si elle partageait ces sentiments, elle ne quitterait pas les ordres. A moins peut-être que Dieu un jour la déçoive, elle refuserait de briser l'honneur de sa famille et de revenir à la vie qu'elle désirait au fond d'elle même. Et la jeune femme comprenait avec évidence que la position de cette pauvre jeune fille était malheureuse et insolvable. Choisir entre l'honneur de sa famille, Dieu son mari et un véritable amour...

Voilà pourquoi Elena reparlait de leur rencontre. Une rencontre houleuse, et pourtant malgré le préjudice qu'avait subit la famille Mirova à cause de l'Inquisition, la jeune femme avait accepté d'héberger la religieuse. Elle aurait pu lui fermer la porte au visage, la renvoyer dehors, l'insulter ou pis encore! Mais elle n'en avait rien fait, parce qu'elle croyait en quelque chose qu'elle avait cru voir ce jour là. La Sœur Béatrice était bien différente de ce qu'Elena avait pu côtoyer comme sœur. Et elle était aussi une inquisitrice différente. Elle n'œuvrait pas pour le massacre mais pour le dessin, une façon d'échapper à son couvent carmélite. Et c'était cet espoir que nourrissait Elena, celui de voir une femme et non une créature immonde massacrant des innocents.

"Pourquoi je vous en parle? Et bien disons que je n'ai pas tout dit à ce moment là. Je ne suis pas marié, parce que je crois en l'amour avec un grand A. Un peu utopique pour notre époque mais mes parents m'ont laissé ce choix. Et ce que je crois c'est que l'amour peut vaincre de tout. Comme il peut vous détruire. N'oubliez jamais, ma Sœur, que vos sentiments, toujours, vous suivront. Il en est de même pour tout le monde."

Un avertissement? Non, mais il fallait que la jeune nonne était soumise aux lois des êtres humains, même si elle était marié à Dieu et qu'il fallait qu'elle sache cela, qu'elle s'en souvienne pour toujours. Glissant un nouveau sourire pour clore le sujet elle dit quelques mots.


"A présent, laissons ce qui c'est passé derrière nous et voyons le futur qui nous attend. Seul le temps et le cœur pardonneront nos mauvais actes. Seriez-vous encline à venir en ville avec moi récupérer vos robes. Nous pourrions nous balader en ville et parler de tout et de rien?"

Elena se leva, gardant toujours une des mains de Béatrice dans la sienne. Le regard plein de fraicheur et d'envie, elle venait de trouver une idée pour sortir la religieuse de ce souvenir ennuyant et traumatisant. Elena savait que la jeune femme s'en voulait d'avoir dit qu'elle refusait de le voir. Elle ne le pensait évidemment pas, mais ces deux têtes de mules mettrait du temps avant de se pardonner quoi que ce fusse. Si jamais ils ne bougeaient pas pour accepter l'autre comme ami, Elena forcerait peut-être un peu la chose. Elle sourit de malice à cette idée et tourna les talons pour que la religieuse se prépare pour le petit déjeuner. Ensuite ils déjeuneraient et elles partiraient si elle était d'accord. Ce programme ravissait Elena et elle espéra avoir une réponse favorable à son invitation.

[je propose la suite : soit le petit dej, soit direct on va en ville Smile]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1105-elena-mirova
Soldat de l'Inquisition
Soldat de l'Inquisition
avatar


MessageSujet: Re: Leçon de vie et premières amitiés   Ven 20 Mai 2011 - 16:50

L'amour avec un grand A, hein ? Oui, lorsqu'elle était jeune, Béatrice y avait cru, elle aussi. Mais sa mère lui avait bien fait comprendre que la vie n'était pas un conte de fée, et qu'elle devrait vivre avec cette idée toute sa vie. Et elle l'avait crue, à cet instant. Mais après sa rencontre avec Luc, elle n'était plus certaine de rien. Pourtant cela, elle ne l'avouerait pas de sitôt. L'amour peut tout vaincre, l'amour peut tout détruire. Cela, oui, c'était vrai. La preuve en était que si Elena avait raison et que Luc était réellement amoureux d'elle, il avait détruit leur amitié, au nom de ce qu'il ressentait pour elle. Car à présent, plus rien ne serait jamais pareil entre eux.

Puis la cadette des Mirova proposa à Béatrice d'aller ensemble en ville, afin de récupérer les robes de la religieuse. Celle-ci acquiesça. Au moins, cela lui changerait les idées pour quelques heures...


"Votre idée est excellente. J'accepte avec grand plaisir l'invitation."

Le sourire - en partie - retrouvé, elle attendit qu'Elena se retourne pour saisir sa tunique de religieuse (lavée par les domestiques de la jeune femme, malgré les protestations de Béatrice, qui n'avait pas souhaité leur donner du travail en plus) et se changea en vitesse pour le petit déjeuner. Elle passa ensuite son voile, priant pour que Luc ne soit pas présent pendant le repas, elle ne l'aurait pas supporté, les évènements étant encore trop frais dans son esprit.

Les deux jeunes femmes descendirent pour rejoindre la salle à manger, où Vincent les attendait déjà. Béatrice le salua en souriant poliment, appréhendant à chaque instant que Luc ne franchisse la porte. Mais il ne vint pas, et elle toucha à peine les mets délicieux qu'elle avait devant elle. Malgré toute sa bonne volonté, elle n'arrivait pas à manger, son estomac était comme noué. Elle espérait que la sortie en ville avec Elena lui ouvre l'appétit pour le repas de midi, sinon elle finirait sous-alimentée, déjà qu'elle mangeait habituellement assez peu...

Le petit déjeuner se déroula sans la présence de Luc, mais si Béatrice se montrait souriante, elle n'était guère bavarde, contrairement à ses habitudes. Elle espérait que Vincent ne s'en offusque pas, et avait décidé de lui présenter ses excuses pour son absence de conversation à l'occasion du repas de midi.
Mais pour l'heure, il était temps d'aller en ville avec sa nouvelle confidente. Juste après le repas, Elena l'entraîna à l'extérieur, où déjà les chevaux attendaient leurs cavalières. La religieuse monta sur celui qui lui était destiné tandis que Elena faisait de même avec sa jument, et bientôt les deux demoiselles partirent pour le centre ville en papotant.


[HRP : Voilà, j'ai répondu à ta question : ayant décrit le petit déjeuner, on peut aller directement en ville. ^^ Après toi, ma croquette de caramel au beurre salé. Wink ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1084-presentation-d-une-apprent
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Leçon de vie et premières amitiés   

Revenir en haut Aller en bas
 

Leçon de vie et premières amitiés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Witch Slay :: Parmi les Sylves - Alentours :: La Forêt Noire (Schwarzwald) :: Manoir Mirova-