AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'Agent du Double .:[Scénario-14]:.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Meneuse
Meneuse
avatar


MessageSujet: L'Agent du Double .:[Scénario-14]:.   Jeu 2 Juin 2011 - 0:07





L’Agent du Diable avait-il toujours été un monstre ? Nul n’avait jamais pris le temps de le questionner sérieusement sur son passé et ses fêlures. Pourtant c’était son histoire qui avait fait de ce misérable le parangon de la cruauté humaine. Une histoire d’amour, de haine, de vie… et de mort, naturellement.

Il était une fois, dans la sombre demeure d’un prince écossais une servante effrayée par la brutalité de son maître qui lui rendait visite chaque soir aux premières lueurs de la lune. Elle lui brisa un jour une cruche sur la tête, le prince n’en fut qu’assommé. La servante eut pu se dire qu’elle avait encore une chance de rédemption, mais elle sentit en elle une fureur si terrible qu’elle courut aux cuisines, saisit un grand couteau et retourna à sa chambre. La jeune femme planta la lame dans le cœur du prince et la tourna avec un grincement lugubre. Une sensation merveilleuse parcourut tout son corps, un frisson intérieur, brûlant, comme si une nouvelle force en elle l’irradiait d’une aura destructrice. Installée à Londres la servante se mit au service de plusieurs grands hommes, parfois moins grands, parfois maigres, parfois adipeux, parfois plusieurs en même temps… La maison close ne comptait que l’argent.

L’enfant né de la sueur d’une servante et du sang d’un prince grandit parmi les femmes de joie qui l’aimaient car il faisait peur aux hommes trop violents. Il ne sut jamais laquelle était sa mère et aucune hétaïre n’était apte à lui répondre. À huit ans il tua pour la première fois de ses mains - un bourgeois alcoolique qui avait égorgé une prostituée - par strangulation, avec la ceinture du tueur. Il était d’une beauté toute particulière, ineffable, il ressemblait à tout le monde mais ne pouvait être ignoré où qu’il aille. Adolescent il tomba éperdument amoureux d’une belle de nuit aux yeux bleus d’origine française. Celle-ci le convint qu’ils pourraient être heureux ensemble s’ils partaient loin de Londres, en France, avec un peu d’argent pour se marier – car une femme de vertu, si petite soit-elle, méritait une alliance devant le Seigneur. Le jeune homme en rêvait, mais il n’avait pas un sou. Il se souvint d’une prostituée qui l’avait toujours intrigué, avec des mains fabuleuses, hâves, blanches, portant des bagues d’argent et d’or noircies par l’injure du temps. Le jeune homme lui rendit visite mais la femme se débâtit. C’est en voyant les bagues sombres s’emperler de sang qu’il comprit qu’il l’avait tuée.

Avec son amante ils partirent à l’est de la France. Là ils se marièrent dans une chapelle charmante, au creux d’une forêt luxuriante, sans autres invités que deux témoins de la famille de la fiancée. Mais alors qu’il passait au doigt de sa bien-aimée l’une des bagues dérobées, celle-ci reconnut le bijou, l’accusa de matricide. Le prêtre horrifié l’appela fils du Diable. Le jeune homme acheva le clerc à coups de calice, poignarda les témoins, attacha la traitresse à l’autel et brûla la chapelle et la forêt avec, se jurant que Dieu, plus jamais, ne se moquerait de lui. C’est en ce jour qu’il perdit toute conscience du bien. Il garda toujours sur lui la bague de sa mère qui s’était mystérieusement imprégnée d’un parfum de mort, pour lui rappeler l’injustice du Très Haut. Mercenaire, tueur à gage, il travailla son art du meurtre des années durant, espérant oublier un jour dans l’euphorie du sang, la tristesse de la chapelle au bois fumant… C’est pourtant en ce même lieu et dans les mêmes flammes qu’il fut convoqué par le Diable lui-même. Nuit mémorable où vendant son âme, il s’achetait le droit de croire en un nouveau Dieu qui enfin, l’accepterait.

Lorsqu’on lui apprit qu’une fête serait donnée à Forbach en l’honneur de sa capture, l’Agent du Diable sortit de sa chemise sale la bague funeste aux reflets de feu avec un sourire béat. Car il le savait, ce soir, au nom du Diable, les habitants de Forbach riraient pour la dernière fois de leurs misérables vies. La nuit tombée, la porte des cachots grinça, le cliquetis des clefs s’approcha et la lourde grille pivota sur ses gonds d’acier. « Suis-moi »

----------------------------

Un RP de rassemblement a été ouvert par Europe : L’Agent du Double. Tout le monde peut y répondre jusqu’au discours officiel de Sébastien Garin. Vous avez donc quelques jours. Suite au discours et aux bouleversements introduits ci-dessus vous pourrez à nouveau réagir bien entendu. Nous vous donnerons le feu vert !

Il s’agit de la presque fin du chapitre Le Reflet du Mal. Soyez bien attentifs, profitez en pour permettre à votre personnage de faire le point sur cette année mouvementée et amusez-vous Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/viewtopic.forum?t=9
 

L'Agent du Double .:[Scénario-14]:.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Witch Slay :: Premières Lueurs :: Le Journal :: Journal Scénaristique :: Scénarios-