AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La potion du temps

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aguerri(e)
Aguerri(e)
avatar


MessageSujet: La potion du temps   Dim 18 Déc 2011 - 22:48

Le corbeau noir était toujours présent, majestueux charognard libérant l'eau de la fontaine des Sous-sols. La pièce était peuplée de quelques sorciers par-ci par-là faisant leurs prières à la déesse ou pour Alicia. Voilà plusieurs mois que leur Meneuse était partit et la blessure béante que chaque membre du Lys avait reçu n'était toujours pas guérie. Même si les visages ne le montraient pas, leur cœur était pourfendu à jamais. Les nouveaux ne comprendraient pas, ils ne pourraient jamais savoir, mais eux, les anciens, ceux qui avait connu la seule femme que le monde aurait du porter plus longtemps, savaient ô combien son absence marquera un changement dans cette guerre. Quelque soit l'issu et le remaniement du clan qu'effectuerait Noâz, le Lys serait différent, ce ne serait ni pire ni mieux, juste différent et cela ne ferait pas de mal aux troupes qui se sentaient glisser vers les abîmes. Noâz avait le caractère fort et assuré de sa mère, il n'y avait pas de risque que la tribu sombre dans l'oubli. La flamme vengeresse avait été à nouveau attisée par la traîtrise de ce cher Adal et tout allait changer. Le monde occulte allait prendre une claque monumentale dans les prochains mois, voire les prochaines semaines. C'était certain.

Peut-être que cet Ange étrange, cet être machiavélique qui se jouait des habitants de cette ville mettrait de l'ordre dans cette ville. L'obligation qu'avait les tribus de coopérer pour trouver un moyen d'éradiquer cette créature permettait de mettre un peu d'ordre dans les relations conflictuelles entre clans et au sein même du clan. Si Noâz n'était pas encore vu comme LE Meneur du clan, du fait de son jeune âge, ceux qui persiflaient dans son dos ne ferait pas long feu, il valait mieux l'avoir de son côté qu'en temps qu'ennemi tout comme pour Alicia autrefois. Et l'ange permettait de mettre tout le monde d'accord sur un point : il fallait agir pour ne pas perdre des recrues. Comme si le meurtre d'Alicia ne suffisait pas. Comme si il en fallait toujours plus, plus de drames, plus de tristesses et de bleus à l'âme. Aucune cicatrisation ne serait suffisante, aucun baume. Seul l'espoir de passer à autre chose naissait en tous et on finirait par s'habituer à ce nouveau chef. Sa ressemblance avec sa mère donnait à beaucoup le sentiment que tout s'arrangerait, que leur tribu retrouvait sa gloire d'antan et son influence dans la ville. Restait à laisse le temps faire les choses.

Assise sur le pourtour de la fontaine, Elena en était persuadée. Pourtant elle n'arrivait pas à se sentir autant en sécurité ici qu'avant. L'intrusion qu'Adal avait fait pourrait être reproduite à tout moment et elle était crispée de penser que le sort de Noâz ne tenait qu'à un fil et un mensonge à la cours. Certes Amaël et lui était identique physiquement parlant, mais Adal devait être certain d'avoir tué son frère et le voilà qu'il réapparaissait bien portant. Impensable! La tribu d'Olrun aurait tôt fait d'envoyer des émissaires savoir de quoi il retournait, et la jeune femme repensait à la discussion à propos de la correction à infligé à la tribu adverse. Elle aurait tout fait pour se racheter de son inefficacité précédente, même si personne ne semblait le percevoir ainsi, mais elle avait peur de s'éloigner de son but. Elle craignait de ne plus avoir de temps pour comprendre comment retiré cette marque du tout Forbach. Bien qu'Europe aurait mérité la mort selon elle, les autres n'étaient pas forcément des ennemis. Caressant la pierre en tentant de réfléchir, elle resta fixé les yeux dans le vide, sans remarquer le jeune homme qui se trouvait un peu plus loin. Elle regardait pourtant droit dans sa direction et il aurait sûrement pu jurer qu'elle le fixait comme si elle s'intéressait à lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1105-elena-mirova
Aguerri(e)
Aguerri(e)
avatar


MessageSujet: Re: La potion du temps   Dim 18 Déc 2011 - 23:20

Il marchait seul, ressassant ses pensées et autres troubles de son esprit tortueux à la logique implacable. Cela arrivait de plus en plus souvent dernièrement et cela commençait à l'agacer. Il en avait marre de réfléchir. Cette attente, cette tension épaisse et lourde depuis le meurtre de la Meneuse devenaient insoutenables. Bien sûr, la même douleur vengeresse que le reste des membres du Lys, animait son coeur mais il ne connaissait Alicia que de vue, et lui avait rarement adressé la parole. Rectification, elle lui avait rarement adressé la parole. Effectivement, vous ne décidiez pas à parler à la Meneuse. C'était elle qui daignait vous adressez la parole. Le souvenir de la femme dans toute sa splendeur flotta un instant dans son esprit avant qu'il ne le chasse. C'était injuste. Bien qu'il ne porta à sa Meneuse, que loyauté et une affection plus admirative que réelle, Adal, par sa sournoiserie et sa lacheté, venait d'enlever au Monde, un de ses plus grands trésors.

Il soupira. Noâz avait la même force qui animait autrefois Alicia, et semblait pourvu de la même aura charismatique et directrice que sa mère. Mais Raphaël hésitait encore quant à la confiance qu'il pouvait accorder à son nouveau Meneur. Bien sûr, sa loyauté lui était acquise, mais il restait perplexe. Comme en attente des preuves que pouvait faire Noâz. Or, il n'était pas en position d'attendre quoi que ce soit de son Meneur. L'inverse était même bien plus probable. Raphaël pensa enfin à regarder autour de lui. A regarder vraiment, sortant de ses pensées sinueuses et de ses doutes dérangeants. Il cligna des yeux, prenant en compte le lieu où ses pieds l'avaient menés, indépendemment de sa volonté.

Aussi, vit-il une jeune femme, dont le regard, il le jurerait, était fixé sur lui. Il ne pouvait distinguer la couleur de ses prunelles d'où il était, mais il pouvait voir et observer son doux visage. Elle était jolie. Pas belle comme certaine femme dont la beauté vous éblouit par instant, mais jolie. D'une beauté douce et claire, innocente et presque infantine par moment. Sa peau clair mettait en valeur ses traits fins, et contrastait avec ses cheveux chatains dont quelques mèches s'attardaient sur son visage. Elle semblait le fixer avec interêt, ou d'une manière rêveuse. Il chercha un instant avant d'arriver à mettre un prénom sur ce joli minois. Elena.. Oui c'était ça. Malgré la jeunesse de ses 22 ans, elle était l'une des plus ancienne sorcière du Lys. Cédant à une impulsion, il s'avança vers elle, d'une démarche souple, qui avait quelque chose de félin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1362-raphael-d-escaut-finie
Aguerri(e)
Aguerri(e)
avatar


MessageSujet: Re: La potion du temps   Lun 19 Déc 2011 - 0:43

Son esprit était complètement égaré entre souvenirs et considérations pour les futurs possibles. Inutile de faire cependant des statistiques, tout viendra à point, il suffisait d'agir au bon moment pour voir ce que l'échiquier de la vie vous réservait. Vous faire manger ou manger un pion, tel était la seule chose qui comptait finalement? Difficile pour la jeune femme de le croire, même si elle faisait partie de la cours elle préférait ne pas se laisser diriger par l'unique ambition du pouvoir et elle préférait croire qu'il existait autre chose qui animait la populasse. Eux, au moins, savait ce qu'était l'amour. L'argent, ils ne l'avaient pas, alors ils se partageait la seule chose que rien ne pouvait monnayer. Mais hormis l'amour fraternelle qu'elle partageait avec Vincent et Luc et ses quelques amitiés sincères elle déplorait parfois la présence d'un homme à ses côtés. Certes elle était un bon parti qui en intéressait quelques uns mais sa froideur vis à vis de ces ambitieux étaient quasi légendaire, a t'elle point qu'on en venait à se poser des questions graves à son sujet. Elle avait entendu certains de ces ragots et en avait ri quelques peu. Ils étaient définitivement tous aussi stupides les uns et les autres. Son âge était avancé pour une femme célibataire mais elle avait toujours autant de fraicheur sur ces traits et qui en douterait pouvait passer son chemin, elle en avait cure.

A force de rêver elle avait finit par attirer la curiosité de celui vers qui son regard se perdait depuis une bonne dizaine de minutes. Toutes ces pensées s’effondrèrent lorsqu'elle sentit ce mouvement gracieux vers elle. Il marchait, assuré, avec un pas lentement rythmé par un manteau long et des talons qui claquaient sur le sol. Elle cligna des yeux comme pour se ressaisir et revenir complètement à la réalité et releva les yeux jusqu'au visage de ce jeune homme. Il la fixait et elle compris la raison de l'expression qui animait son déplacement, elle avait regardé dans sa direction de manière insistante et il avait cru qu'elle désirait s'entretenir avec lui. Elle se sentit gênée de cette confusion et ses doigts se crispèrent sur la pierre de la fontaine en même temps qu'elle se redressait pour se tenir à nouveau bien droite. Il était à présent à sa portée de voix et elle s'excusa sur le champ.


"Pardonnez moi, je pensais et je suis désolée de vous avoir fait vous déplacez."


Elle réfléchit ensuite en détaillant ce visage et se souvenait l'avoir vu plus d'une fois dans les lieux. Il était un membre du Lys depuis déjà quelques temps et avait atteint son statut d’Aguerrie il y avait peu.


*Mmh... ah oui D'Escaut, mais quel est son prénom déjà?*

Impossible pour elle de remettre le doigt dessus. Elle se releva enfin et se présenta à lui, se sentait presque ridiculement petite malgré les sept centimètres qui la séparait de son confrère. Elle le salua en une petite révérence et se présenta.


"Elena Mirova, messire d'Escaut. Ravie de faire votre connaissance malgré les circonstances de celle-ci."

Gauche et fragile, elle avait du mal de se remettre dans la peau de la femme respectable et déterminée qu'elle était habituellement. Elle était encore sensible et s'attarda sur le visage du sorcier. Il était séduisant. Elle trouva étrange qu'elle ait pareil pensée et tenta de se ressaisir. Ce n'était pas dans son habitude de s'attarder sur ces détails là. Pas de cette façon en tout cas. Si elle notait parfois un minois peu désagréable, elle ne dévisageait pas les gens ainsi. Se raclant la gorge pour trouvé un peu de sa contenance, elle se mordilla l'intérieur de la lèvre inférieur.


*Allez on se ressaisit Ely, fait bonne figure.*


Elle sourit pour toute réponse à sa propre pensée et tenta de trouver un sujet intéressant pour faire dévier la conversation.


"Vous veniez priez peut-être? Je dois vous dérangez, pardonnez-moi."

Elle s'excusa encore et se maudit d'être aussi lente pour retrouver une contenance potable. Elle se serait volontiers gifler si elle avait pu le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1105-elena-mirova
Aguerri(e)
Aguerri(e)
avatar


MessageSujet: Re: La potion du temps   Lun 19 Déc 2011 - 16:32

Elle sembla enfin prendre conscience de son approche. A son expression perdue et surprise, il en déduisit qu'elle ne le regardait pas finalement. Plongée dans ses pensées, elle avait le regard dans le vague et il s'était retrouvé dans ce champ de vision. Il fut tenté de sourire devant son propre narcissisme. Allons donc, croyait-il donc que toutes les jeunes femmes qu'il croisait ne pouvaient s'empêcher de le regarder ?! Il secoua légèrement la tête. Mais par orgueil, arrogance ou pure curiosité, il continua de s'approcher d'elle. Bien que ce ne soit pas l'intention de la jeune femme apparement. A peine entrait-il à portée de voix, qu'elle affirma ce qu'il pensait plus tôt. Car elle s'excusa, de l'avoir fait venir. Sa voix était agréable. Gênée à cet instant, certes, mais d'une douceur accordée à son minois.

- Je vous en prie, mon arrogance est peut être aussi en cause, d'avoir cru que c'était ma personne que vous regardiez, répondit-il d'une voix plaisante.

Il réfléchit ensuite à la façon de se présenter, mais elle choisit pour elle, son visage était subitement pensif. D'une révérence gracieuse, elle se présenta de façon formelle. Il s'inclina donc avec une élégance dûe à la mainte répétition du mouvement.

- Raphaël D'Escaut, pour vous servir Dame Mirova. Enchanté.

Il se redressa et esquissa un sourire en coin.

- Je ne trouve les circonstances de notre rencontre pas si désagréables, à moins que je n'ai interrompu le cours de vos pensées. Au quel cas, je vous prierais d'accepter mes excuses.

Il garda sur elle ses yeux bleu clairs, observant la moue charmante qui se dessina sur son visage lorsqu'elle se mordilla la lèvre, telle une enfant prise sur le fait. Il arqua légèrement un sourcil, lorsqu'elle s'excusa d'une faute qu'elle n'avait pas commise.

- Oh non, rassurez-vous, s'empressa-t-il de répondre, mes pas m'ont menés ici alors que mes pensées occupaient mon esprit. De plus...

Il lui adressa un sourire et reprit avec une nonchalance feinte :


- De plus, je doute que quiconque puisse être dérangé par votre présence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1362-raphael-d-escaut-finie
Aguerri(e)
Aguerri(e)
avatar


MessageSujet: Re: La potion du temps   Lun 19 Déc 2011 - 23:42

Une révérence, une sourire et le visage du jeune homme face à elle s'illuminait pour ne plus jamais s'éteindre. Il c'était cru arrogant d'avoir penser qu'elle le regardait, elle se sentait idiote de ne pas s'être rendu compte que son comportement était ambigu et voilà que tous deux se retrouvaient dans l'embarras complet s'excusant mutuellement de leurs actes. La vérité c'est qu'aucun d'eux n'avaient fauté et qu'ils se retrouvaient pour la première fois confronté l'un avec l'autre. Les yeux bleus du jeune homme la perçaient, cherchant quelque chose de précieux dans son âme ou son corps.

Raphaël. Un archange donc! C'était rare de se retrouver face à ces hommes qui portaient le nom du bel ange des Cieux. Et il était présent pour la servir. Il n'était pas la pour prier et lui aussi c'était trouvé ici par ces pensées, un point commun qui avait précipité leur rencontre. Souriant l'un à l'autre la jeune femme fut troublée et embarrassée de sa remarque. Il était impossible qu'elle dérange qui que ce soit? Réellement? Il lui faisait la cours, mais cela ne ressemblait en rien à ce qu'on lui avait fait plus tôt. Aucune brusquerie, aucune violence dans ces pensées. Il était simplement flatteur. La jeune femme en rougit naturellement et sentit une de ces mains, enfouie dans les plis de sa robe, se crisper.

Il était presque détaché de ce monde, à tel point qu'on aurait pu les imaginer dans un autre lieu, il suffisait d'y songer. Une pièce avec un parquet boisé et ciré récemment, donc l'odeur embaumait la pièce. Un piano jouait un morceau d'une infinie beauté pour deux danseurs. Elle battit une unique fois des cils tout en reprenant respiration, laissant s'évanouir sa vision. Il la mettait mal à l'aise, la poussant dans ces retranchements et elle devait inverser la tendance rapidement, sinon elle devrait partir, trouvant une raison stupide à son départ précipité. Elle chercha donc à contre attaquer.

"Vous me flattez, même si je doute de la véracité de ceci. Après tout, vous n'en savez rien. Peut-être suis-je d'un ennui mortel."

Elle sourit. Elle ne le pensait pas, sans être narcissique, elle ne se pensait pas ennuyeuse a mourir. Par ailleurs elle était sûrement capable d'arriver au mauvais moment. Cela lui était arriver par le passé et elle savait son erreur. Elle pensait bien évidement à Luc. Elle repensa à lui et se demanda bien se qui clochait chez elle. Autant Luc était comme un petit frère, et si bon parti soit-il elle n'était pas attiré par lui, autant le visage qui brillait devant elle la dérangeait. Aucune pulsion charnelle ne venait entacher son esprit, cependant elle n'était pas dans son élément. Elle ne pourrait se montrer froide avec cet homme, il l'avait cueilli sans rien dire dans ses pensées et elle restait coincée dans l'entre monde, incapable de reprendre une contenance habituelle. Elle était une pierre précieuse qu'on venait de sortir de son écrin avec de jolis gants blancs. Saisit avec délicatesse, elle se sentait tenu par son "adversaire". Et quel adversaire.

Elle déglutit et semblait à nouveau ne rien trouver d'intelligent à dire. Alors elle se tourna machinalement, pour fuir de quelques secondes cette scène et posa les yeux sur le corbeau. Avant de revenir complètement sur Raphaël, elle repensa furtivement à ce à quoi elle réfléchissait avant.

"Il est magnifique n'est-ce pas? Vous pensez qu'il est triste qu'Alicia soit partie?"

Elle dévia complètement le sujet de la conversation. Ce corbeau à l'âme sombre devait être triste. Bien qu'il soit fait de pierre, son corps avait été témoin de bien des réunions, bien des évènements, mais il avait été fendu lorsqu'il avait vu l'enterrement ce celle qui l'avait fait érigé. La fontaine aux sombres eaux pleurait la disparition de sa maîtresse. Tout comme ces sujets.

"J'espère qu'il appréciera Noâz."

Elle parlait de la tribu à travers ce corbeau, car il était en parti leur symbole. Et elle voulait que la tribu voit ce qu'elle avait pu voir en ce jeune homme ambitieux. De l'allure, de la pugnacité, de la droiture et de la force. Il avait l'âme et l'aura de sa mère et il méritait qu'on ait confiance en lui. Même si elle avait noué avec lui une relation particulière du fait de leur premier contact et de ce dont elle avait été témoin, elle savait qu'elle s'était méprise au début. Ses intentions étaient bien plus pures qu'elle n'aurait pu l'imaginer et elle s'en voudrait toujours d'avoir douté de son Meneur. Il ne remplaçait pas Alicia dans son cœur, mais il la complétait. Elle lui dévouait corps et âme depuis qu'il avait discuté dans les jardins, auprès d'une fontaine à la gloire de l'une des plus grande Sorcière de tout les temps. Ce jour même où la fontaine avait été tarie et brutalisée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1105-elena-mirova
Aguerri(e)
Aguerri(e)
avatar


MessageSujet: Re: La potion du temps   Mar 20 Déc 2011 - 15:16

Etonnement, elle sembla perdue, voir réellement surprise lors de sa dernière phrase. Ce qui l'étonna. Allons, avec son joli minois et sa vivacité d'esprit qui était connue de tout le Lys Noir, il ne devait pas être le premier à lui faire la cours. Il l'observa plus intensément, cherchant à comprendre ce qu'il avait bien pu faire pour la gêner ainsi. Peut être avait-il réellement interrompu le cours de ses pensées, et qu'elle peinait à revenir à l'instant présent. Cependant elle sembla reprendre contenance et lui rendit un sourire qui le fit frémir. Eh bien... Il doutait qu'une femme puisse sourire de la sorte. Elle respirait la sincérité et la franchise, et son sourire semblait illuminé son visage, ne la rendant que plus belle. Elle était jolie, mais lorsqu'elle souriait, elle devenait belle. Réellement belle.

Il eut un sourire amusé bien que teinté d'un étonnement réel lorsqu'il la vit rougir. Ses joues se colorant d'un rose soutenu qui, avouons-le, lui donnait un air tout à fait craquant. Il cligna plusieurs fois des yeux en se rendant compte des pensées qu'elle éveillait en lui. Ca devenait incontrolable. S'il lui arrivait de jouer ou de faire la cour à certaines dames de la noblesse, il était rarement dans la position de gêne. Et s'il ne manquait pas de noter de jolis visages, il ne les détaillait habituellement pas avec autant de précision. Et bien voilà, qu'il esquissait un sourire troublé alors qu'elle ouvrait la bouche pour répondre.

A son grand soulagement, elle décida de contre attaquer, ce qui lui permit de reprendre un minimum de contenance, bien qu'un léger froncement de sourcil témoignait de son trouble intérieur. Il lui adressa cependant un sourire en coin, et répondit d'un ton nonchalant :


- Cette réplique même, montre votre répartie. Or, l'éloquence est loin d'être ennuyeux.

La voilà qui souriait de nouveau. Il cligna des yeux et pencha la tête de coté, l'observant derrière une mèche d'un noir charbon qui tomba devant ses yeux glaciaires. Il y avait des fois où il songeait réellement à se laisser pousser les cheveux. Rien que pour pouvoir se cacher derrière de temps en temps. Il avait l'impression que son doux regard noisette voyait à l'intérieur de lui. C'en était frustant, d'autant plus qu'il peinait à déchiffrer le visage fin d'Elena. Il la vit déglutir et il se rendit compte qu'ils s'observaient ainsi depuis 5 bonnes minutes. Elle lui épargna la recherche d'un sujet intelligent car elle se tourna vers le somptueux corbeau de pierre qui semblait les observer. Il suivit son regard et ses pensées se tournèrent vers Alicia.

Ce ne fut qu'en entendant la voix d'Elena qu'il se rendit compte qu'elle le regardait de nouveau. Il reporta donc ses yeux sur elle et esquissa un sourire triste-amer.


- Oui, il est superbe. A l'image de notre Meneuse.

Il dût s'arrêter pour reprendre sa respiration, tant sa gorge s'était serrée. Il reporta son regard sur le corbeau. Il était plus facile de parler à l'oiseau de pierre, que d'être confronté au doux regard noisette de la jeune femme. Admettre une faiblesse, même passagère, ne faisant pas parti de ses passes temps favoris. Il hocha doucement la tête.

- Oui. Je ne le pense pas, mais j'en suis sûr. Aussi étrange que cela puisse paraitre, il y avait comme un lien entre cet oiseau de pierre et Alicia.

Il y eût un bref moment de silence où leurs pensées se tournèrent vers leur défunte meneuse. Puis elle enchaîna sur Noâz. Il comprit sans peine la personnification qu'elle faisait du Lys dans ce corbeau. Il reposa ses yeux sur elle. Ses pensées devaient avoir pour sujet leur nouveau meneur car elle semblait à la fois soucieuse et admiratrice, et avait un quelque chose de tendre sur le visage. Il arqua légèrement un sourcil mais ne dit rien. Il se contenta de répondre à son commentaire, qui n'était pourtant pas une question.

- Oh. Une partie de lui l'appréciera j'en suis certain, car Noâz a ce qu'il faut pour être un Meneur respecté et aimé. Mais une autre partie de lui ne pourra s'empêcher de voir en lui, les mêmes qualités qu'avait Alicia, et qui donc, lui rappellera sans cesse sa Meneuse, sa créatrice.

Il s'arrêta en serrant la machoire. Ou comment se dévoiler devant une personne qu'on vient juste de rencontrer ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1362-raphael-d-escaut-finie
Aguerri(e)
Aguerri(e)
avatar


MessageSujet: Re: La potion du temps   Ven 23 Déc 2011 - 0:43

Elena reprenait peu à peu une contenance habituelle et se refermait lentement tout en laissant ce sourire sincère sur ses lèvres. Non pas qu'elle voulait se cacher plus que de coutume, mais il y avait un minimum que la décence et le rang lui conférait. Recouverte de son habituel tempérament, elle laissa le jeune homme s'exprimer au rythme de ses propres paroles. Elle avait enfin réussit à changer de sujet de conversation et se trouvait dans une position où elle était bien plus à l'aise qu'auparavant. Cependant, lorsqu'elle avait mentionné Noâz, elle eut un flash, un souvenir qui la crispa une fraction de seconde. Trop peu de temps pour que ce soit vu, du moins c'est ce qu'elle espérait. Ce visage trop près du sien, sa vue si trouble. Tout cela elle l'avait mis sur le compte de l'alcool, mais sa gêne face à se souvenir ne se défaisait pas. C'était ancré en elle comme une vilaine balafre dont on ne pouvait masquer la cicatrice. Pourtant, ce n'était pas une blessure qui faisait mal, c'était une marque qui la rappelait simplement à l'ordre et la rendait fébrile quand elle y repensait trop.

Raphaël ne devait se rendre compte de rien, c'était mieux ainsi. Et pendant qu'elle contrôlait le flux de ses pensées, celui-ci dévoila son sentiment envers leur nouveau Meneur, à travers ce simple corbeau de pierre à l'âme meurtri. Noâz avait ce qu'il fallait pour être un Meneur? Oui à n'en point douté. Le premier qui d'ailleurs avait mis cette idée en relief c'était vu corrigé avec une éloquence sans égale, marque de la lignée d'Alicia. Et il rappellerait cette Meneuse qu'on pleurait encore, car il était son enfant, quoique jeune, quoique sorti de nul part. Non seulement sa ressemblance avec Amaël était plus que frappante, mais en plus il avait le caractère de sa mère. En plus agréable à regarder.

Elle rosit à cette pensée et se reporta sur son interlocuteur en se raclant la gorge, comme si elle avait du mal d'avaler cette pensée qu'elle venait d'avoir. Qu'était-ce que cela!


"Oui, Noâz sera un parfait Meneur. Et malgré la grande perte que nous subissons, je suis certaine que nous serrons plus fort et plus vindicatif face à l'ennemi, lorsqu'il se représentera."


Même si c'était douloureux, il fallait continuer d'avancer. Cela n'aurait été pas respectueux d'oublier ce pourquoi Alicia c'était battu toutes ces années, et cette lutte ne devait pas s'arrêter ici. Malgré tous les coups bas, les affronts et tant d'épreuves passées, le Lys n'avait jamais perdu son but principal. Alicia n'aurait pas laissé son amour pour les nouvelles choses s'étioler à cause d'un obstacle. Elle avait toujours été déterminée et droite face à son but. Et toute son œuvre devait perdurer. Il faudrait récupérer les grimoires et vaincre les nouveaux démons qui se présenteraient à eux. Il ne fallait pas se laisser abattre. Sa détermination était lisible sur son visage et elle voulait la partager avec son comparse. Noâz offrait un nouveau souffle, un nouveau moyen de pouvoir avancer et un avenir prometteur se tendrait au Lys si tous accordait à ce jeune homme de faire ces preuves.

C'était lui le nouveau maître, celui qui les guidaient. Il faudrait le soutenir et l'appuyer auprès des autres, bien qu'il soit capable de le faire tout seul. Il avait besoin de la sympathie et de la confiance des autres pour avancer. Elena voulait être un de ces piliers qui répandait la bonne parole et qui consoliderait la réputation qu'il commençait déjà à se faire.

"
Il a sa place parmi nous et fera un merveilleux Meneur."

C'était dit comme un souhait et une vérité profonde, gravée dans ses yeux, sa confiance en ce jeune homme était inébranlable. Elle avait fauté une fois et ne recommencerait pas. Il n'y avait que lui qui avait ce droit de remettre en doute la qualité des gens. Car c'était ça son plus grand pouvoir, celui de choisir les gens qu'il voulait auprès de lui, ceux qui seraient à même de poursuivre le rêve du Lys. Et elle parlait directement de Noâz à présent, elle savait que Raphaël aurait une pensée qui ferait écho à la sienne, ils avaient sûrement ce point commun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1105-elena-mirova
Aguerri(e)
Aguerri(e)
avatar


MessageSujet: Re: La potion du temps   Sam 24 Déc 2011 - 20:54

Il trouvait dommage de la voir se ressaisir. Elle maîtriserait le moindre de ses actes, paroles et pensées, comme il sied à une dame de son rang. Il soupira discrétement. Ce comportement l'agaçait, et il en voyait déjà bien assez lors des réceptions ou des bals organisés par ses parents. Les gens de la noblesse ne savent donc pas être au naturel, être spontané ou enjoué ? Fallait-il que tout soit prévu et cadré à l'avance, que rien ne soit dit sans y avoir pensé des mois auparavant ? Oh, bien sûr, lui aussi entretenait une impassibilité et une froideur toute travaillée lorsqu'il était en société, mais il l'abandonnait bien volontier lorsqu'il se trouvait ici. Le Lys était pour lui, un réel échappatoire de sa vie mondaine, et il pensait que tous, ici, se montraient tels qu'ils étaient réellement. Avant d'endosser de nouveau leurs masques en sortant. Mais apparement, il s'était trompé, et Elena venait de le lui prouver, avec une dignité incroyable, presque hautaine.

Au moins, restait son sourire. Il remarqua de nouveau, cet air pensif, convaincu et tendre, sur son visage. Il arqua un sourcil et attendit, pariant pour lui même, que les paroles qui sortiraient de cette jolie bouche serait pour leur nouveau Meneur. Il n'eût pas à attendre longtemps, car elle sortie de ses pensées avec un raclement de gorge, le rose aux joues. Comme il l'avait prédit, son deuxième mot fût le prénom de Noâz. Il esquissa un sourire en coin, dont il prit soin de cacher l'amusement.


- C'est sûr...

Elle parut à peine se rendre compte qu'il avait parlé. Elle était de nouveau en train de réfléchir. Et à cet air, maintenant presque familier, ses peensées devaient suivre le contour du visage ou de l'esprit du nouveau Meneur. Il ne voulait ni se montrer présomptueux, ni faire preuve d'arrogance. Mais il voulait bien être damné si cette jeune femme n'était pas éprise de Noâz. Il eut un sourire teinté d'amertume en pensant que c'est ce que Judith penserait, sans aucun dout, si elle savait qu'il était un sorcier ... Il en venait presque à être tenté de lui dire, pour avoir la vue délicieuse de son l'expression choquée de son visage. La voix ferme d'Elena le ramena à l'instant présent, et il répliqua d'un ton amusé, non caché cette fois ci :

- Vous prêchez un convaincu, Elena.

Il croisa les bras et lui adressa un sourire en coin, sans rien ajouter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1362-raphael-d-escaut-finie
Aguerri(e)
Aguerri(e)
avatar


MessageSujet: Re: La potion du temps   Dim 25 Déc 2011 - 23:32

Il sera parfait... Elle resta sur ces paroles tintant dans son esprit. Elle l'avait dit par deux fois, sans même s'en rendre compte et Raphaël avait perdu de sa verve. Elle se reperdait à nouveau dans les méandres de ces pensées et glissa sur une pensée étrange. Et si Amaël n'avait pas été égorgée, aurait-il fallu ce nouveau Meneur. Peut-être ne serait-il apparu que bien après? Et il n'aurait même pas notée qu'elle était là. Cette pensée l'attrista aussi étrange et peu conventionnelle soit-elle. Et quand elle se rendit compte que le regard de Raphaël ne la quittait pas elle sortit de son crâne et se sentit à nouveau décontenancée face à lui. Ils étaient en train de parlé et la voilà qui divaguait, sans plus de raison que ses paroles sur Noâz. Elle fixa Raphaël sans trop s'attarder sur ses yeux, ne pouvant se résoudre à les croiser. Son regard avait l'effet d'un faisceau transperçant qui la parcourait pour lire en elle. Du moins c'était son impression et c'était pour cela qu'elle n'arrivait pas à leur faire face.

Autant avec Luc elle pouvait se permettre de lui planter son regard dans celui de son apprenti et ami, autant ce Raphaël. Il devait certainement le savoir et en jouer, et même devait-il rire de ce mouvement incessant des pupilles, mais la jeune femme cessa de pensée quand elle se rendit compte que son interlocuteur semblait avoir eu un rictus moins enjoué que celui qui lui adressait maintenant. Cela faisait longtemps qu'elle pensait? Aucun moyen de savoir et elle se précipita sur la première idée venue pour continuer la discussion avec une maladresse qui ne lui était pas commune.


"Euh oui, oui évidemment. Enfin nous verrons bien."


Elle se sentit rougir mais se décida à regarder le nobliau. Des yeux de glaces. Ils n'allaient pas avec ce sourire chaud et tendre qui se dessinaient sur ses lèvres. Par ailleurs, il semblait sincère alors qu'elle tentait de revêtir son masque. Mais après tout elle ne le connaissait pas. Certes il était de son clan et partant de ça un allié plutôt qu'un ennemi, mais il s'agissait de dévoiler son esprit à un autre et ça peu de privilégiés y avait droit sans chichi. Luc, Vincent et ces gens du Manoir. Louisa et Aphrodite étaient ensuite les deux proches qui avait gagné plus ou moins récemment ce droit bien qu'elle avait eu du mal de se cacher longtemps devant Louisa. La couturière de part son expérience était évidemment plus apte à scinder son esprit.


Pour changer de sujet Elena finit par se demandé quel métier pouvait exercer le jeune homme.


"Et hors du Lys, que faites-vous de votre temps? Un travail peut-être?"

Elle aimait savoir ce que les gens faisaient, souvent, cela donner un peu une idée de leur caractère. Et puis elle adorait voir les métiers de chacun, ces rouages si millimétrés qui faisaient que la société marchait bon train malgré les aléas inhérents à la ville. Curieuse et sans remettre complètement son âme derrière une coquille de protection, elle attendait, avide de connaissances. Sa véritable nature s’effleurait du regard, comme une poudre précieuse qu'on ose à peine toucher de peur de la faire s'envoler. Elle se livrait avec parcimonie à ce jeune garçon, sans laisser trop non plus la porte ouverte. Du moins le pensait-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1105-elena-mirova
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La potion du temps   

Revenir en haut Aller en bas
 

La potion du temps

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Witch Slay :: Entre les Pierres - Château de Frauenberg :: Les Sous-sol-