AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Visite à son oncle.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aguerri(e)
Aguerri(e)
avatar


MessageSujet: Visite à son oncle.   Jeu 20 Déc 2012 - 16:33

Parlons un peu de Sigmund. Il était souvent désigné comme un homme fort occupé, mais heureusement pour Alix, il trouvait toujours un moment pour passer du temps avec elle, et ce depuis toujours. La jeune femme n'avait jamais eu à se plaindre de ce côté là. Sans compter que son oncle la laissait toujours occuper leur journée comme elle l'entendait.

Et aujourd'hui, Alix avait peine à affronter sa journée. Allongée sur son lit, elle regardait les marques sur le plafond comme elle le faisait étant enfant. Les marques s'animaient et jouaient des scènes de son imaginaire. Les images avaient bien changées depuis qu'elle était petite et qu'elle chassait des sorcières imaginaires. A vrai dire, tout avait changé depuis qu'elle avait été mise au milieu d'un conflit animé sans qu'elle n'ait rien demandé.

Mais parlons de Sigmund, voulez-vous ? Alix savait que la plupart du temps, elle éclairait ses journées. Peut-être pas autant que lorsqu'elle était enfant, mais son oncle était toujours réjouit de la voir, ou bien même de la sortir de ses journées moroses. Il devait certainement rire de la voir s'escrimer sans envie sur un violon, et attendait peut-être autant qu'elle le moment où elle débarquerait.
Au fil des années, une complicité forte s'était installée entre les deux parents. C'était la figure masculine la plus forte dans l'entourage d'Alix, et son avis comptait énormément.

Il rendait régulièrement visite à sa sœur, Eleonor, et Alix partageait le plus souvent ces moments là. C'était là l'une des rares visites où elle acceptait de se plier aux règles de bonne conduite de sa mère.

Déjà habillée et coiffée, Alix traînassait donc dans son lit, par dessus les couvertures. Parfois, le monde semblait un terrain de jeu si vaste qu'elle ne savait pas par où commencer. D'autres fois, elle se contentait de foncer, elle verrait bien par la suite. Mais aujourd'hui, la fin de matinée s'étirait, et Alix s'ennuyait. Assise sur le rebord de son lit, elle se demandait combien de temps il lui restait avant que sa mère ne l'appelle pour une activité qui l’ennuierait parfaitement, tout en lui répétant que sa tenue n'était pas correcte pour une jeune femme de son rang.
Bien décidée à ne pas se laisser faire, comme à son habitude, la jeune femme alla ouvrir la porte de sa chambre et jeta un coup d'oeil dans le couloir. Pas un chat. Alix refit quelques pas dans sa chambre et sorti sa rapière d'une de ses malles. Les domestiques étaient certainement partis au marché, ou s'occupaient de la maison. La voie était libre.

La brune sorti donc en catimini de sa chambre, longeant les murs du couloir ornés de tableaux poussiéreux, et descendit en douceur les marches du grand escalier sous les regards désapprobateurs des portraits de famille. Ils étaient là depuis tellement longtemps qu'Alix avait arrêté de les regarder. Ils représentaient des membres de la famille décédés depuis très longtemps, et des visages qu'elle ne reconnaissait de toute façon plus. Même celui de son père était celui d'un inconnu.
Dans le hall, Alix resta prudente. C'était la partie la plus dangereuse de son escapade. Après s'être assurée que personne ne viendrait la rappeler à l'ordre, la jeune fille sorti d'un pas leste jusqu'à la porte par laquelle elle s'engouffra.

Un petit vent de liberté la chatouilla. Cette sensation renouvelée à chaque sortie ne la lassait jamais.

C'était donc décidé : elle rendrait visite à son oncle, rapière en main. Sigmund n'avait pas à Forbach une aussi grande propriété que celle qu'il avait en Suisse, mais elle était suffisamment confortable pour ne pas lui donner envie de s'en aller aux premières lueurs d'un ennui. De toute façon, l'ennui à Forbach pour un Inquisiteur...

Comme à son habitude, elle entra sans s'annoncer. Son oncle ne s'en formalisait plus vraiment, et de toute façon elle préférait éviter. Elle aimait se dire que dans un certain sens, c'était ici un peu comme chez elle. Alix salua les serviteurs qu'elle croisa, demandant où se trouvait son oncle à cette heure-ci, et on lui indiqua le jardin, ce qui la fit sourire. Elle s'y dirigea donc de son pas naturellement léger.

Elle se demandait parfois ce qui se serait passé si Sigmund n'était jamais entré dans sa vie. Probablement qu'à cette heure-ci elle serait affublée d'une robe trop imposante, mariée, jouant de sa gaucherie pour attendrir. En clair, tout son contraire.
Quelques instants de marche suffirent pour arriver jusqu'au jardin où se distinguait la silhouette de son oncle. Quelques fleurs s'étaient fait un chemin malgré le froid, et l'homme fort grisonnant dénotait dans le décor. Alix se souvenait bien du blond qui colorait les cheveux de son oncle, et le regrettait parfois. Mais le poivre et sel -plutôt salé- donnait une certaine sagesse à ce visage qui arborait bien souvent un petit sourire fier et mystérieux.

Mon oncle ! Enfin je vous trouve !

A quelques mètres de Sigmund, la jeune femme mima une révérence, sa rapière dans une main, et un pan d'une robe imaginaire dans l'autre.

Je vois que vous vous sentez plutôt l'âme romantique ce matin, à traîner dans le jardin. Y aurait-il quelqu'un à qui vous désiriez offrir des fleurs ? lança-t-elle guillerette, en petite raillerie habituelle. La vérité était qu'elle ne se souvenait pas avoir déjà vu une femme accompagner son oncle, et se demandait bien pourquoi il n'avait jamais cherché à se marier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/t1523-alix-de-charme
 

Visite à son oncle.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Witch Slay :: Sur les Pavés - Ville :: Les Quartiers Résidentiels :: Les Maisons Bourgeoises-