AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Réflexions matinales

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Prêtresse
Prêtresse
avatar


MessageSujet: Réflexions matinales   Jeu 20 Sep 2007 - 18:30

[--> Ballade en amoureux ]

Elisabeth s'assit sur un des bancs du jardin, elle avait, comme à son habitude, prit un livre. Elle était fatiguée et l'air frais de cette belle matinée lui avait fait du bien lorsqu'elle était sortie du château.
Sa fille avait été malade... non, en fait elle fait un cauchemar et avait eu beaucoup de mal à se rendormir, Elisabeth, avec l'aide de la nourrice avait tout fait pour calmer la petite après ce mauvais songe, mais cela avait été difficile. Même si elle se doutait qu'Adrien avait été réveillé, elle ne lui en avait pas dit qu'Alexandrine avait fait un cauchemar, lui aussi il fallait qu'il se repose.

Cela faisait quelque temps que les beaux jours étaient revenus pourtant le sentiment de malaise qu'elle avait eu à propos de ce brusque changement de temps ne l'avait pas quitté. Pourtant, en apparence rien ne laissait supposé qu'il y avait eu quelque tricherie que ce soit dans ce fait, mais Elisabeth restait malgré tout convaincu que quelque chose n'allait pas. Mais comme elle ne pouvait pas expliquer exactement de quoi il s'agissait, elle préférait se taire, après tout si elle criait au loup et qu'il n'y avait rien, on ne la croirait pas la prochaine fois qu'elle mettrait son clan en garde. D'un autre côté s'il se passait effectivement quelque chose, elle s'en voudrait de n'avoir rien dit ... c'était un problème insoluble. Elisabeth avait tout de même eu une discussion à ce sujet avec son époux, celui-ci n'avait su que lui dire ne pas s'inquiéter, comme toujours.

Cela faisait maintenant un bon moment qu'elle réfléchissait, elle avait ouvert son livre lorsqu'elle s'était assisse, mais à une page au hasard et elle n'avait pas baissé une seule fois les yeux vers le bouquin. Une petite brise souffla tournant les pages dans un léger bruit de papier, elle regarda alors les lettres défilées au rythme des pages qui se tournaient au gré du vent.
Elle referma le livre et se leva finalement une petite promenade serait la bienvenue, de toute façon, elle ne trouverait pas de réponse à ses questions en ce lieu. Les jardins étaient bien entretenus malgré les caprices climatiques, les jardiniers avaient fait des merveilles ! Pourtant, il n'y avait pas grand monde dans le jardin, elle se demanda pourquoi, peut-être que les autres ne savaient plus prendre deux minutes pour se détendre ou faire une petite ballade. Et puis les inquisiteurs arrivaient de toute part, alors tout le monde était plus ou moins sur le qui-vive.

Une fois de plus perdue dans ses pensées, elle ne s'aperçu pas qu'elle avait oublier le livre sur le banc...

_________________
Par delà les ténèbres et la mort,
ta voix me guidera à jamais, parce que l'amour est éternel


Dernière édition par Elisabeth d'Hasbauer le Mer 14 Juil 2010 - 10:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/Premieres-Lueurs-c5/Le-Recueil-f
Oblivius
Oblivius



MessageSujet: Re: Réflexions matinales   Dim 7 Oct 2007 - 1:20

Icarie était arrivé en cette contrée par ordre direct de son Mentor Valdrien et il choisit de prendre tous ceux qu’il avait jugé digne de confiance avec lui pour ce voyage et la mission de traque des hérétiques. C‘était un honneur que de comptait parmi les personnes en qui son Mentor avait le plus confiance. Mais c’était aussi une catastrophe totale. Du fait qu’il ait dû se déplacer ne lui posait pas de problème, mais c’était l’incroyable distance qui le séparait de son réseau d’informateur qui devenait quasi inopérant ici. Il en avait fait référence à son Mentor qui compris le désagrément et lui demanda de faire ce qui était nécessaire pour mettre sur pied un nouveau réseau. Le problème était son manque total de connaissance sur la région et sur ses alentours, il avait bien entendu potasser quelques livres pour en avoir une idée. Le souci avec les livres, c’est qu’ils sont énormes, lourds et possédaient tant de mot qu’Icarie n’aimait lire qu’un petit peu. Le reste il l’apprenait sur le tas et en écoutant comme à son habitude.

Il avait rencontré deux gardes qui ne lui donnèrent que des précisions sur le château et son intérieur. Rien de vraiment utile, mais toujours bon à prendre. Il apprécia cette matinée au vent légèrement frai et le ciel était presque limpide. C’est sans quitter son équipement qu’il décida de s’avancer dans le jardin en espérant bien découvrir une conversation pour rester à côté et écouter. Mais pour le moment, il ne rencontra personne sauf de très loin et qui disparaissait le temps qu’il vienne. Il arriva non loin d’un banc et y vit un livre de petite taille. Etrange. Il ne savait pas qu’on pouvait se procurer des livres de cette taille. Il le prit et le feuilleta rapidement où il vit des mots, mais en petits caractères. Misère… Certaines personnes devaient vraiment avoir le temps de déchiffrer tout ça. Il vit le bout d’une robe disparaître à un angle. Il courut derrière et arriva facilement dans le dos d’une dame, tête légèrement baissée, marcher tranquillement. Il la détailla rapidement, comme tout traqueur le ferait pour avoir une image d’une personne suspecte, et avança d’un bon pas pour rattraper la dame.


« Pardonnez moi, gente dame. Mais vous avez oublié ceci, il me semble. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/Le-Recueil-f3/Icarie-Otaudafe-t1
Prêtresse
Prêtresse
avatar


MessageSujet: Re: Réflexions matinales   Mar 9 Oct 2007 - 13:51

Au son de la voix sur ses talons, Elisabeth se retourna et fut surprise de se retrouver en face d'un homme de cette stature. Bien sûr, étant de lignée noble, elle avait appris à être stoïque et à ne pas laisser paraître ses sentiments, ce qui serait selon les siens une marque de faiblesse. Pourtant perdue dans ses pensées, elle ne l'avait pas entendu venir, il fallait qu'elle fasse plus attention, surtout par les temps qui couraient.
A la vue du livre, elle sourit poliment.
" Oui, je vous remercie, surtout qu'il n'est pas à moi. "
Elle prit doucement le précieux ouvrage des mains de l'homme. Cela ne la rassurait guère de se retrouver seule ici avec un soldat, mais après tout s'il tentait la moindre chose, la garde serait vite à ses côtés. Le fait que de plus en plus de mercenaires arrivent au château n'était pas fait pour lui plaire. Elisabeth se disait que bientôt même à l'intérieur de ces murs, les siens ne seraient plus en sécurité. Et cela n'avait rien à voir avec le fait qu'elle soit effectivement une sorcière et qu'elle soit encore plus danger par conséquent.
Sans qu'elle le reconnaisse, c'était sans doute une question d'autorité, tous ces espèces d'opportunistes qui arrivaient et qui pensaient qu'ils pouvaient agir à leur guise. Cela ne lui convenait pas, elle détestaient les gens qui ne savaient pas tenir leur place ! Aussi en tant que noble, elle exigeait d'avoir les honneurs qui allaient avec son rang. Enfin, puisque l'homme avait été poli et courtois, elle garda son sourire, sinon, Elisabeth l'aurait sans doute remis à sa place ! Inquisiteur ou pas, elle ne laisserait personne bafouer le nom qu'elle portait sous aucun prétexte.

Son regard se posa sur le livre, elle l'avait pris dans la bibliothèque sans vraiment faire attention. Mais au vu du titre, elle se rappela l'avoir déjà lu, il s'agissait d'une histoire de chevalier, raconter par moine si elle ne se trompait pas. Enfin, cela n'avait que peu d'importance. Elisabeth se dit qu'elle avait eu de la chance que cet homme passe par là, sinon elle aurait pu le chercher longtemps ! Mais au fait, que faisait cet homme dans les jardins ?
" Vous êtes vous perdu ? Ou êtes vous venu vous dégourdir un peu les jambes dans ce magnifique voyage après un long voyage ? " Son ton n'était nullement curieux, juste poli et courtoi, sans aucun mépris, le même que celui qu'avait employer l'inconnu.
S'il était perdu, elle lui indiquerait le chemin, c'était la moindre des choses, et s'il faisait juste une ballade, alors elle le laisserait en paix. Elle avait choisit de ne pas se présenter, parce que ce n'était pas à elle de le faire en premier et puis elle ne savait si une fois les présentations faites, la conversation continurait à être aussi courtoise.

_________________
Par delà les ténèbres et la mort,
ta voix me guidera à jamais, parce que l'amour est éternel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/Premieres-Lueurs-c5/Le-Recueil-f
Oblivius
Oblivius



MessageSujet: Re: Réflexions matinales   Mar 9 Oct 2007 - 14:38

La noble face à lui ne semblait pas très à l'aise. Sans doute avait-elle une opinion déplorable par rapport aux soldats. De plus, il affichait clairement son aspect d'étranger en n'ayant pas encore adopté les habits de la région. Un détail, mais qui avait son importance.
Elisabeht reprit délicatement le livre avec un sourire courtois. Il resta un moment pour bien imprimer l'image de la noble dans son esprit et ne se posa aucunes questions sur la provenance de ce livre. Il n‘était là que trop récemment pour connaître tout le monde et tout les visages. Il voulut faire une révérence pour partir quand elle lui posa plusieurs questions.
Cela le coupa dans son élan et resta un instant sans réponse. Il se surprit à être prit à contre-pied comme ça. Se reprenant rapidement il sourit amicalement avant de répondre poliment :


« Je ne suis qu'un simple disciple qui est venu avec son Mentor, l’Inquisiteur Valdrien, pour aider l’Inquisition en ces temps troublés. Ma présence ici est que je ne connais guère les jardins. On m’a vanté la beauté du lieu en toutes circonstances, alors je n’ai pu m’empêcher de devoir venir admirer cet endroit qui tient toutes ces promesses. Je serai curieux de connaître la personne qui s’occupe de ce lieu magnifique. »

Il ne disait pas totalement la vérité, mais cela n’avait guère d’importance. La noble devait sans doute autre chose à faire que d’entendre un soldat, étranger de surcroît, débiter de belles paroles sur la beauté de la nature.
Icarie mit une main sur le cœur en s’inclinant un peu en avant tout en tournant la tête légèrement sur la gauche. Il fit volte face et commença à partir quand il s’arrêta pour revenir vers Elisabeht. Il ne savait pas pourquoi, mais il sentait qu’il s’était prit comme un pied pour engager plus loin la conversation. Il sourit tout de même, comme embarrassé, avant de dire sur un ton d’une grande politesse :


« Pardonnez mon impudence., Mais je crois que je devrai vous donnez mon nom pour la prochaine fois où nous risquons de nous rencontrer. Je me nomme Icarie Otaudafé. Pourrais-je avoir l’honneur de connaître le nom d’une si belle dame? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/Le-Recueil-f3/Icarie-Otaudafe-t1
Prêtresse
Prêtresse
avatar


MessageSujet: Re: Réflexions matinales   Mar 9 Oct 2007 - 22:08

Elisabeth se demanda s'il avait appris cette petite explication par coeur, après tout, il était soldat et pourtant son langage était correct. Aux yeux de l'aguerrie, cet homme était finalement peut-être moins rustre qu'elle l'avait pensé de prime abord... enfin, jusqu'à ce qu'il tourne les talons et commence à partir. Elle aurait eu une hache entre les mains qu'elle l'aurait sûrement décapité ! Enfin, si tant est qu'elle eut pu soulever une hache suffisamment pour atteindre la tête de l'homme en question...

Mais finalement, il revint et se présenta, toujours en utilisant un vocabulaire correct. Il lui fit même un compliment, Elisabeth était loin d'être dupe, elle savait que ces paroles n'étaient pas désintéressées, mais qu'importe elle trouva que c'était la moindre des choses après un tel comportement. En effet le nouvel arrivant avait failli faire d'Elisabeth une de ses ennemies. Même si en réalité, elle l'était bel et bien, puisqu'elle était sorcière et que cet homme était inquisiteur.

Elisabeth se remit à penser à sa réponse au fait qu'il se trouvait dans les jardins. A quoi s'était-elle attendu ? Même s'il s'était perdu jamais il ne l'admettrait et encore moins devant une femme.

" Je suis la Vicomtesse Elisabeth d'Hasbauer. Enchanté. Monsieur Otaudafé. " Elle sourit en inclinant légèrement la tête en signe de salutations respectueuses.
Elle devait bien avouer qu'elle avait peut-être juger ce soldat trop vite, c'était sans doute à cause des petits tracas de cette nuit. Elle s'en voulut d'avoir fait d'Icarie, sans en avoir même conscience, un souffre douleur en quelque sorte... enfin, rien ne s'était passé et maintenant elle portait un tout autre regard sur cet étranger. Elle n'avait reporté la faute sur qu'en son fort intérieur et comme toute noble qui se respecte, rien n'avait transparu au dehors ! Tout intérioriser, c'était là la première chose qu'on vous apprenait avant de vous présenter en société !

Sur ces belles pensées, elle se dit qu'elle ferait sans doute mieux de rapporter le livre à la bibliothèque du château au lieu de l'oublier une nouvelle fois dans un endroit où jamais elle ne penserait à le chercher. Elle porta son regard en direction de l'édifice qui les abritait, mais on ne pouvait le distinguer de là où ils se trouvaient. Elle réalisa alors, qu'elle s'était éloignée des murs protecteurs plus qu'elle ne l'aurait voulu.
son regard revint sur Icarie, finalement c'était bien cette rencontre, il allait pouvoir la raccompagner au château !

" Je pense que je ferais mieux de rentrer, je dois aller ranger le livre. Si vous n'avez rien d'urgent à faire, pouvez-vous m'accompagner jusqu'aux portes du batiment principal, s'il vous plaît ? C'est là que ce trouve la bibliothèque. "
Voilà, comme ça, elle serait escorter jusqu'à ce qu'elle soit en sécurité. Personne ne viendrait l'ennuyer avec Icarie à ses côtés. Elle posait sur lui un regard interrogateur le pressant de répondre à sa question. En tout cas, il avait intérêt à avoir une bonne excuse s'il refusait !

_________________
Par delà les ténèbres et la mort,
ta voix me guidera à jamais, parce que l'amour est éternel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/Premieres-Lueurs-c5/Le-Recueil-f
Oblivius
Oblivius



MessageSujet: Re: Réflexions matinales   Mer 10 Oct 2007 - 15:18

Elle se présenta comme la Vicomtesse Elisabeht d’Hasbauer. Icarie ne fut nullement impressionné par ce titre, au vu des gens qu’il devait parfois fréquenté avec un titre plus important. Mais Vicomtesse était un élément à ne jamais perdre de vu quand il s’adresserait à Dame Elisabeht. Elle le salua de façon très formelle, ce qui gêna légèrement Icarie qui n’avait pas l’habitude d’être saluer de cette façon.
La Vicomtesse avait une lueur de tristesse dans le fond des yeux, mais le détournement de son regard vers un édifice l’empêcha de pousser plus loin son interprétation. Il tourna légèrement la tête pour regarder derrière lui quand la Vicomtesse lui demanda de l’accompagner jusqu’à la bibliothèque.

La bibliothèque !! L’endroit où se cache plains de livres avec des centaines de mots écrient dessus ! L’endroit qu’il ne préférait pas, mais il devait reconnaître que c’est là qu’on trouve un maximum de renseignement si on prenait le temps de lire. Ce qui n’était pas toujours son cas…
Il sourit en s’inclina légèrement :


« Si ma dame la Vicomtesse le demande. Je le ferai avec joie et honneur. »

Il ne connaissait pas le chemin par cœur encore, mais heureusement qu’il n’avait qu’à rester un pas légèrement en arrière pour suivre le chemin. Il aurait bien voulu ne pas y aller, mais ce ne serait pas correct. Son Mentor lui avait apprit biens des choses sur les règles de bien séance et de comportement envers toutes personnes et surtout envers les dames de tout rang. Il devait faire honneur à son enseignement et puis… La compagnie d’une dame ne le dérangeait pas du tout après tout ce temps passer à sillonner la route en compagnie d’homme. C’était… Rafraîchissant.
Le temps qu’ils traversent le jardin, Icarie se dit qu’un peu de conversation dans ce lieu aux senteurs variées et merveilleux à l’œil serait plus facile. Il sourit en parlant d’une voix calme et posée :


« Pourrais-je me permettre de demander à ma dame la Vicomtesse ce qu’elle a en ce moment? Vous semblez ennuyée par quelque chose. A moins que je me trompe et que vous vous imaginiez en dehors de ces murs. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/Le-Recueil-f3/Icarie-Otaudafe-t1
Prêtresse
Prêtresse
avatar


MessageSujet: Re: Réflexions matinales   Jeu 11 Oct 2007 - 19:55

Le soldat accepta très poliment de la raccompagner. Elisabeth ne demandait pas à ce que ceux qui étaient de rangs inférieurs au siens se prosternent devant elle, loin de là. C'était juste que la convenance et le savoir-vivre était des choses très importante pour elle. L'étiquette devait être respectée, point ! Elle remercia Icarie avec un nouveaux léger hochement de tête puis se mit en route. L'homme était un peu en retrait par rapport à elle, ce qui ne la gênait nullement. Après tout, elle ne se souvenait pas l'avoir déjà vu ici, c'était donc qu'il était nouvel arrivant au château. Alors c'était normal qu'il ne connaisse pas le chemin.
Elisabeth trouva cela correct de la part de monsieur Autodafé de ne pas lui avoir dit qu'il ignorait où se trouvait en réalité leur destination, ce n'était pas chose convenable que d'avouer ses faiblesses et puis elle n'en avait que faire, elle voulait juste qu'il soit là au cas où elle aurait besoin de protection.
Elle se mit à réfléchir quand à la possibilité qu'Alicia soit derrière les événements étranges qui se produisaient depuis peu. Tout à coup, on la questionna, qu'est-ce qui lui prenait à ce soldat ? Alors qu'il avait fait un sans faute jusqu'à maintenant et ce malgré la mauvaise humeur d'Elisabeth. De quel droit se permettait-il des questions sur son humeur, ou encore pire des suppositions sur ses envies...Elle faillit le remettre à sa place sèchement. Mais n'était-ce pas sa mauvaise humeur qui parlait encore un fois ? Elle pensa au fait que c'était un inquisiteur, donc mieux fallait ne pas trop le brusquer et rester diplomate.
" Ces murs ne me dérangent nullement, ils me protègent. "
Après réflexion, elle avait bien fait de rester courtoise, après tout la question était bien formulé, même si dans le fond, cela restait une interrogation sur sa vie privée.
" Vous me voyez navrée ne pas être d'excellente compagnie, mais ce que vous pris pour de l'ennui n'est en fait que de la fatigue. "
Elle se demanda si elle devait confier les raisons de cette fatigue à cet inconnu, après tout le fait qu'elle ait une fille n'était nullement un secret. D'un autre coté, elle n'allait quand même s'épancher sur les cauchemars de sa fille avec cet homme, un inquisiteur !
Et puis comme ça, elle verrait bien s'il avait l'audace de demander pourquoi ou s'il se contenterait de ça... ce qui l'aurait étonnée, les inquisiteurs ne se devaient-ils d'être des gens curieux ?

_________________
Par delà les ténèbres et la mort,
ta voix me guidera à jamais, parce que l'amour est éternel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/Premieres-Lueurs-c5/Le-Recueil-f
Oblivius
Oblivius



MessageSujet: Re: Réflexions matinales   Jeu 11 Oct 2007 - 23:09

Icarie ne dit rien. De la fatigue? Si la Vicomtesse le disait. Il s’en moquait pour le moment. Il saurait ce qu’il faudra en temps voulu. Il inclina la tête tout en disant :

« Veuillez excuser mon audace, Vicomtesse. Je n’ai parfois pas ma langue dans la poche. »


Il n’allait pas se mettre cette charmante dame à dos juste parce qu’il avait trop pousser ses questions. Ce n’était pas son genre dans le cas d’une nouvelle rencontre. De toute manière, il saurait où la retrouver très prochainement et saurait ce qu’il voudra sur cette dernière une fois qu’il aura prit contact avec son Mentor ou le très respecté Louis.
Il préféra rester muet et observer ce qui l’entourer en ne bougeant que ses yeux. Il devait se familiariser rapidement avec les lieux s’il voulait pouvoir sortir d’ici et revenir par les meilleurs chemins.
Le jardin laissa place à la pierre du château et aux couloirs encore éclairés par les torches malgré l’heure de la matinée. Le plus troublant était le silence quasi complet qui régnait dans les couloirs. A croire que tout le monde fuyait la Vicomtesse ou bien les étrangers.
Ils croisèrent quelques serviteurs, seuls être vivants, qui semblaient étonnés de voir un soldat habillait de cette façon avant de se remettre à leurs tâches. Ils croisèrent même Olivier et Julus, les lanciers, qui montaient la garde à un croisement. Aucuns n’avaient encore prit les couleurs de la région et étaient facilement remarquable. Ils saluèrent le duo de la même façon qu’Icarie avait saluer Elisabeht un peu plus tôt. Puis ils reprirent leurs surveillances.

Icarie se demanda s’ils avaient voulu saluer la Vicomtesse ou bien lui-même. Ils devaient en savoir moins que lui sur les mœurs et résidants du château. Mais après tout qu’importe. Ils avaient salué et c’était tout ce qui comptait. Icarie voulut ouvrir la bouche pour répondre à une question qui risquait de lui être posé par la Vicomtesse, mais préféra garder le silence. Inutile de prendre la parole quand cela ne s’averrait pas nécessaire. Ils continuèrent d’avancer en silence jusqu’à la bibliothèque et Icarie se dit que de dire quelque chose serait bien.


« Lisez vous beaucoup, madame la Vicomtesse? Parce que voyez vous… Je ne lis pas assez aux goûts de mon Mentor… Mais je n’arrive pas à ouvrir un livre sans être rapidement dépassé par la quantité de mots écrient. »

Il pouffa de rire et fit un geste de la main pour négliger ses propos. Il se rendit compte que ses paroles avaient dépassé sa pensée. Mais c’était trop tard, ce qui est dit est dit.

« Que madame la Vicomtesse veuille m’excuser. Mais le pauvre soldat que je suis dois vous ennuyer avec ses histoires stupides. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/Le-Recueil-f3/Icarie-Otaudafe-t1
Prêtresse
Prêtresse
avatar


MessageSujet: Re: Réflexions matinales   Ven 12 Oct 2007 - 0:13

Il s'excusa, prouvant encore une fois qu'il avait du savoir vivre et le reste du trajet se fit en silence. A un moment, ils croisèrent deux hommes, qui devaient sans doute accompagner Icarie au vue de leurs vêtements. Ceux-ci les saluèrent, d'habitude les gardes ne faisaient pas ça, ne sachant si cela s'adressait à monsieur Autodafé ou à elle-même, elle fit un léger salut de la tête, sans toute fois s'arrêter. Une fois la porte de la bibliothèque franchit, la discussion reprit. Elle ne répondit qu'un "Oui" à la première phrase de l'homme, après tout il n'était pas forcément bon que celui-ci sache qu'Elisabeth aimait beaucoup lire. De toute façon celui-ci enchaînait déjà sur autre chose.

Peut-être qu'un "Ne vous excusez pas" ou "Ce n'est pas grave" aurait été bien pour commencer sa phrase et expliquer au nouvel arrivant qu'il ne la dérangeait pas du tout. De même dire qu'il la distrayait aurait été insulter cet homme qui avait toujours été correct avec elle. Heureusement, Elisabeth connaissait les compromis, pour éviter de froisser Icarie.
" Et bien, pour tout vous dire, cette conversation ne me dérange pas. Et puis cela fait du bien de parler avec quelqu'un qui n'est pas d'ici. "
Elle n'oubliait pas qu'elle n'était pas native de cet endroit et que parfois elle avait la nostalgie de son pays, la Bourgogne, mais cela passait bien vite, après de son époux et de ses enfants. D'ailleurs elle pensa à Alexandrine qui devait dormir, elle espérait que sa fille avait enfin trouver le sommeil et se reposait un peu après cette nuit agitée. Quant à son fils, si elle ne se trompait pas, il devait être en leçon avec son maître d'arme. Elle trouvait qu'il était bien jeune pour apprendre à combattre, mais on lui avait assurer que c'était à cet âge qu'on commençait à s'entraîner. Tout de même, il avait fallut qu'Adrien insiste pour qu'elle cède, elle n'appréciait pas plus que cela de voir son fils manier des armes.
Elle remit le livre à sa place sur l'une des étagères. En général, elle ne prenait que ceux qui était à sa portée et pour lesquels elle n'avait pas besoin de monter à l'échelle. Elisabeth, bien que n'étant pas atteinte de vertige, n'aimait pas beaucoup les échelles de la bibliothèque qu'elle trouvait instables et dangereuses. Pourtant celles-ci étaient solidement fixées et c'était sans doute une vaine appréhension que celle qu'avait la Vicomtesse.

Elle revint ensuite vers le soldat, celui-ci ne semblait ni pressé ni avoir un quelconque rendez-vous.
" C'est à mon tour de me montrer curieuse monsieur Autodafé. Mais je vous en prie asseyons nous. "
Elle désigna deux fauteuils de lecture et prit place dans l'un d'eux. Il n'y avait personne, c'était encore plus désert que le jardin, alors ils seraient tranquilles. Tout de même, pour la bienséance, la porte de la bibliothèque avait été laisser grande ouverte. Elle était en train de bien placer sa jupe et donc, elle ne vit si Icarie s'était assis ou non, lorsqu'elle reprit la parole.
" Alors d'où nous venez-vous ? " C'était la première question d'une longue liste, la moins correcte, celle qu'elle ne poserait jamais, c'était ce qui avait pouser un homme comme lui à devenir inquisiteur.

_________________
Par delà les ténèbres et la mort,
ta voix me guidera à jamais, parce que l'amour est éternel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/Premieres-Lueurs-c5/Le-Recueil-f
Oblivius
Oblivius



MessageSujet: Re: Réflexions matinales   Ven 12 Oct 2007 - 10:26


Icarie laissa traîner son regard sur les nombreux livres qui étaient sur les lourdes étagères. Il ne dit rien, mais pensée clairement que cet endroit n’était pas celui qu’il préférait.
Elisabeht avoua qu’elle n’était pas dérangée par la conversation et était contente de parler à un étranger. Pour Icarie, cela s’avéra curieux. Une dame comme elle appréciait plus sa compagnie que celle des autres nobles natifs d’ici. Il eut un soupçon, mais se dit qu’elle ne devait pas être d’ici. C’était sans doute pour ça qu’elle n’avait pas le léger accent que les serviteurs avaient ici. Il laissa tomber ses soupçons et préféra apprécier à sa juste valeur cette conversation.

Elle rangea le livre. Lui n’avait rien à faire à part se familiariser avec les lieux. Il resta planté là un moment, histoire de réfléchir un peu. Quand la Vicomtesse revint vers lui en lui disant que c’était à elle d’être curieuse avant qu’elle indique deux fauteuils. La Vicomtesse savait ce qu’elle devait faire en ces circonstances, mais le problème était son armure. Il n’avait pas prit le temps de la retirer depuis son réveille. Il est vrai que le confort de ce fauteuil était alléchant, mais il ne pouvait se permettre d’abîmer cet objet. De plus, cette armure rendrait plus inconfortable que jamais le fauteuil s’il s’asseyait.
Il préféra rester debout, attendant tranquillement que la Vicomtesse arrange sa robe pour être confortablement assisse. La question ne le surpris pas. C’était parfaitement normal de demander une telle chose à un étranger.


« Je suis originaire de la frontière du Royaume Espagnol et de notre Royaume. Je viens d’un simple village de cette région où mon Mentor m’a recueillit et m’apprit bien des choses. Mais ma peau indique que je viens sans doute d’ailleurs. Je ne vous mentirez pas, Vicomtesse, mais j’arrive tout droit de Provence. Et vous, Vicomtesse? Pourrai-je savoir d’où vous venez exactement? Je me permet de faire remarquer à madame la Vicomtesse qu’elle n’a pas l’accent de cette région. »

Il sentit qu’un peu plus de chaleur serait sans doute le bien venu et alla vers une bûche qu’il mit dans la cheminée avec d’attiser les cendres. Il sourit d’excuse pour lui avoir tourné le dos et revint vers le tapis avant d’interpeller un scribe qui passait par là. Ce dernier arriva et demanda ce qu’il y avait.

« Apportez de quoi se rafraîchir et manger un peu, scribe. »

Le scribe resta perplexe face à cet ordre mais le regard menaçant lui fit remettre les priorités en ordre. Il alla rapidement chercher un serviteur et lui transmit les ordres avant de saluer Icarie et repartir rapidement faire son travail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/Le-Recueil-f3/Icarie-Otaudafe-t1
Prêtresse
Prêtresse
avatar


MessageSujet: Re: Réflexions matinales   Dim 14 Oct 2007 - 20:24

Ainsi, Icarie, venait d'encore plus loin qu'elle. Elle était perplexe quand au raisons qui pouvait pousser un homme à faire autant de trajet, tout ça juste dans l'espoir de trouver quelques sorcières... Enfin, l'homme était rempli de peur et était très prompt à se débarrasser de tout ce qu'il ne comprenait pas. Ce soldat était le premier inquisiteur avec qui elle avait une discussion et était agréablement surprise. Après tout, elle devait admettre qu'elle aussi avait des préjugés quant à ces hommes qui venaient la chasser, si seulement elle avait pu leur expliquer que c'était Alicia qui était derrière tout ça ! Mais, non, sa rivale, tout comme elle, était trop proche du pouvoir pour être attaquée de front, tout se ferait dans les méandres d'une diplomatie souterraine, ce que d'autres gens appelaient complots ! Son clan allait bien être obliger de faire cesser cette rébellion d'une façon ou d'une autre.
Après l'avoir intéroger sur sa région d'origine, il commanda à manger, elle n'avait pas faim et elle s'en voulut de pas avoir eu la politesse d'envoyer un de ses gens chercher à manger. Après tout Icarie avait du faire un long voyage. Elle se promit de pas le retenir trop longtemps afin que celui-ci puisse aller se reposer.

Il était rester debout, elle se demanda pourquoi, mais n'avait pas son mot à dire sur le choix du soldat. N'ayant jamais porter d'arumure, elle ne connaissait rien aux désavantages liés au port d'une telle cuirase !

" Et bien, effectivement, je ne suis pas originaire de ce pays, je suis native de Bourgogne. " Elle se retint tout de même de dire que son cousin était le puissant Duc de Bourgogne, après tout elle n'avait nul besoin d'étaler sa puissance devant Icarie. Elle ne le faisait, en général, que devant ceux qui la menaçait aussi rappelait-elle de temps en temps qu'elle appartenait à la famille De Bourgogne lié à la famille royale par elle ne savait quel lien de sang.

" Alors comme cela, vous venez de Provence, on m'a dit que là bas le climat chaud rend la terre aride et que c'était peuplé de Païens. " Enfin, c'était ce don elle se souvenait d'une conversation entre sa mère et une de ses amies. Elle était assez jeune à l'époque et l'amie de sa mère était rentrée la veille d'un voyage ... Elle n'arriva pas se rappeler le nom de la ville, mais cela n'avait que peu d'importance, en fait.
" Enfin, c'est ce qu'une amie de ma mère nous avait racontée, il y a quelque temps déjà. Peut-être les choses ont-elles changées depuis. "

Un serviteur portant de la nourriture arriva et Elisabeth su ! C'était un des gens d'Alicia, elle se leva promptement et alla inspecter le plateau avec plusieurs fruits ainsi que la carafe d'eau. Le serviteur avait à peine eut le temps de franchir la porte par conséquent l'inquisiteur était maintenant dans le dos de Liz.
" C'est ça que vous appelez un plateau pour se rassasier ? Il n'y a rien la dessus et l'eau n'est même pas fraîche ! Cet homme a fait un long voyage et voilà avec quoi vous l'accueillez ! Partez ! Hors de ma vue ! " Elle chassa ainsi le serviteur, sûrement venu espionner ou pire les empoissoner, avant d'en appeler un des siens et de lui passer commande. Puis elle vint se rasseoir. Même si elle n'avait pas hausser le ton face au domestique, le reproche était autant dans les dures paroles qu'elle prononça que dans le ton avec lequel elle les dit.

" Veuillez m'excuser, mais en ces temps troublés, le personnel est quelque peu distrait. " Et voilà, elle avait ouvert la voie au questions sur les événements qui se passaient à Forbach...

_________________
Par delà les ténèbres et la mort,
ta voix me guidera à jamais, parce que l'amour est éternel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/Premieres-Lueurs-c5/Le-Recueil-f
Oblivius
Oblivius



MessageSujet: Re: Réflexions matinales   Lun 15 Oct 2007 - 21:16

Icarie écouta attentivement, hochant la tête en signe de compréhension quand il fallait. Il fut surpris de voir la Vicomtesse s’emporter de cette façon. Le ton n‘avait pas été une seule fois levé, comme on lui avait apprit, mais les paroles étaient dures et lourdes de conséquences. Le plateau repas était fort appétissant et ne voyait pas où était le véritable problème. Une enquête discrète sera menée sur ce serviteur et s’il venait à disparaître on mettrait ça sur le dos des sorcières pour un de leurs sombres rituels hérétiques.
La Vicomtesse appela un autre serviteur et lui passa commande avant de tranquillement venir se rasseoir. Il laissa la Vicomtesse s’installer confortablement avant de prendre la parole.


« En effet, madame la Vicomtesse. Les caves de notre belle Provence avaient beaucoup de sorcières en leurs seins, mais notre travail fut efficace et la région est pratiquement pacifié. Il ne reste que quelques folles mais rien de grave, nos Saints Frères font le nécessaire Mais en ce qui concerne les Païens je n’en ai rencontré que très peu. Je ne dis pas que madame la Vicomtesse dit des choses fausses. Je lui porte simplement la vérité sur une erreur de nouvelle. »

Il regarda Elisabeht et eut l’idée de faire jouer son influence de soldat de l’inquisition pour qu’elle révéle son véritable noblesse en Bourgogne. Mais abandonna bien vite cete idée et détourna le regard pour voir si le serviteur arrivait.

« Vous dites que des événements se passent ici, Vicomtesse? Je ne vous ferez pas … »

Il s’arrêta en entendant un bruit de porte qui s’ouvre. Icarie vit approcher un serviteur avec un plateau repas. Il s’inclina puis posa le plateau sur la table avant de s’incliner devant eux et se retira. Icarie tourna la tête sur le côté avec un air soupçonneux.

« Vos serviteurs n’aiment pas les étrangers, madame la Vicomtesse? Parce que si c’est le cas il risquerait d’avoir un léger problème avec mon Mentor. Personnellement je m’en fiche que l’on me salut pas, mais mon Mentor pourrait le passer au fouet rien que pour lui apprendre le respect. Excusez moi. J’ai tendance à me laisser emporter par mon travail, madame la Vicomtesse. »

Icarie appréciait la discutions avec Elisabeht. Il aimerait laisser tomber ce titre de noble qu’elle porte pour simplement l’appeler par son prénom, mais c’était impossible hélas. Les Nobles étaient tous très attaché à tout ce genre de courbettes et de titre. Sur un champ de bataille ou dans les bas fond, ce genre de titre ne protége pas d’une mauvaise rencontre ou d’une flèche.

« Avant que je ne sois coupé, je voulais vous dire de ne pas me parler des problèmes qui se passent ici. Vous devez avoir mieux à faire. Je serai mit au courant par mes supérieurs. Si vous le permettez, madame la Vicomtesse, je voudrais votre avis sur la région, sa beauté, les endroits les plus visités, le climat et certaines personnes qui ont retenu votre attention de par leurs talents. Serai-ce possible? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/Le-Recueil-f3/Icarie-Otaudafe-t1
Prêtresse
Prêtresse
avatar


MessageSujet: Re: Réflexions matinales   Mar 16 Oct 2007 - 16:44

Elle ne fut nullement offusquée par la réponse d'Icarie, elle se contenta de sourire avant de le lui signaler.
" Il n'y a aucun mal, ce n'était que des ouï-dires et cela m'a été rapporté il a quelques années déjà, aussi je ne suis pas très surprise que ce ne soit plus d'actualité. "

Lorsque son serviteur arriva, il posa la plateau puis remplit les deux verres d'eau bien fraîche. Elisabeth ne prit pas garde au fait qu'il ne salua pas l'inquisiteur, cela lui était quelque peu égale en fait. Mais puisque Icarie l'avait souligné, elle en prenait bonne note.
" Et bien, les serviteurs sont assignés à leur famille, pour la plupart. Aussi, il est mal venu de demander quelque chose au serviteur d'une autre famille. Votre Mentor, tout comme vous si vous loger au château, aurez vos propres gens. " Elisabeth ne savait pas trop pourquoi elle racontait tout cela, mais bon, au moins ce soldat serait-il au courant du fonctionnement de ce château.
" Quand à ce qui est du salut, et bien je pense plutôt que c'était un oubli, cela rend nerveux de voir tant d'inquisiteurs au château. Enfin, non pas que cet homme avait quelque chose à se reprocher, mais des rumeurs circulent. "
Elle n'en dit pas plus, s'il voulait connaître les rumeurs elle lui dirait de toutes façons, elle voulait en parler à Loui Institoris. Et puis lui cela ne devait pas le concerner puisqu'il venait d'arriver.

Puis virent une liste de questions, après tout c'était dans la nature des inquisiteurs que d'interroger les gens, non ? Elisabeth sourit légèrement, sans toute fois laisser paraître le fait qu'elle était quelque peu amusée par cette situation. Avant l'interlude avec son serviteur, allait-il réellement lui demander tout ça ? En tout cas elle répondit calmement, de toute façon, elle n'avait rien à cacher ou presque...
" Pour ce qui est de mon avis sur la région et bien je la trouve magnifique. Ici, chaque saison est très marquée et la nature se pare des couleurs de chacune, si bien que le contraste est très joli. C'est à chaque fois un magnifique spectacle... Enfin, jusqu'à cette année, le climat est "changé" et on a l'impression que c'est ... enfin, ce n'est plus ... naturel. " Voilà Elle l'avait dit, ou plutôt insinuer. De toute façon, il ne fallait pas être très intelligent pour s'apercevoir que le temps s'était détraqué !

" Quant à ce qui est des endroits les plus visités et des gens différents, j'ai bien peur ne pas pouvoir vous aider beaucoup. La plupart du temps, je reste au château, où je ne rencontre que des nobles. Du côté, des serviteurs, et bien, certains commencent à fatiguer avec l'arrivée de tant de nouvelles personnes, ils ont le double de travail ! Je ne sors d'ici que pour me rendre à l'église, et lors du trajet, ma garde ne laisse que rarement les gens du peuple m'approcher. "
Pendant ses explications, Icarie avait commencé à se rassasier. Elle réfléchit un peu, pour voir s'il y avait d'autre chose, mais il n'y avait guère que ses trajets avec ses enfants, mais la encore la plupart du temps c'était pour les emmenés au parc qui jouxtait l'église.

" Sinon, il y a aussi la forêt, j'y emmène de temps à autre les enfants, sous bonnes gardes évidemment. Et on ne s'y enfonce jamais très profondément. Après tout nous ne sommes pas à l'abri d'une attaque de brigands. " C'était tout, elle aurait bien finit par "fin du rapport d'Elisabeth d'Hasbauer", mais bien sûr la bienséance l'en empêchait.

Lorsqu'elle eut finit, elle se leva, se dirigeant vers la fenêtre en vue de l'ouvrir, le soleil montait doucement dans le ciel et elle avait envie d'un peu d'air. Elle ouvrit l'un des battants qui donnait sur la cour d'arrivée du château. Elle resta un instant plongée dans ses pensées, oubliant presque le nouvel arrivant, et puis le martelement de sabots vinrent rompre le calme. Un sourire enchanté se dessina sur son visage, c'était son mari qui rentrait, elle le vit descendre de cheval alors que Jeremy prenait les rênes pour emené les montures prendre un repos sûrement mérité ! Elle n'avait pas vraiment eu le temps de le voir ce matin, il était parti tellement tôt.

Elle se retourna vers Icarie et lui adressa un sourire, qui était devenu moins enchanté et plus poli.
" Veuillez m'excuser de m'imposer ainsi à vous, vous avez sûrement fait un long voyage et je vais vous laisser vous reposer. D'autres obligations m'appellent, mais j'espère avoir de nouveaux le plaisir de vous croisez en ces lieux. Et puis si vous avez besoin de quoi que ce soit, n'hésiter pas. "

Sur ce elle fit une légère révérence, et se dirigea vers la porte. Elle n'avait pas juger utile de préciser qu'une de ses servantes viendrait nettoyer l'endroit une fois que le soldat aurait fini de se restaurer.

Elle poussa la porte, qu'elle ne referma pas complétement, et s'engagea dans le couloir en direction du hall d'entrée. Elle marchait d'un pas assez vif, elle avait hâte d'être aux côtés de son mari, et ce même si ce n'était que le temps de l'accompagner à son bureau pour que le travail l'éloigne encore d'elle. Chaque minute en sa compagnie était précieuse et Elisabeth profitait du moindre moment.


[ Edit suite à l'absence du joueur. Suite : Le Hall d'Entrée, Qu'ils sont pauvres ces nobles ! ]

_________________
Par delà les ténèbres et la mort,
ta voix me guidera à jamais, parce que l'amour est éternel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/Premieres-Lueurs-c5/Le-Recueil-f
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Réflexions matinales   

Revenir en haut Aller en bas
 

Réflexions matinales

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Witch Slay :: Entre les Pierres - Château de Frauenberg :: Les Sompteux Jardins-