AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Dans l'antre de la fleur noire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Favorite
Favorite
avatar


MessageSujet: Dans l'antre de la fleur noire   Dim 25 Nov 2007 - 19:26

Cela faisait presqu’un mois que Mina n’avait pas pointé le bout son nez blafard au dehors de ses appartements. Les rumeurs les plus folles avaient couru jusqu’à elle, énonçant des faits étranges et inexpliqués. Mais Willémina, n’avait pas scié, elle était restée seule dans les sus sols du château travaillant sur de sombres potions qu’elle mettrait un jour, au service de la tribu du Lys noire.
Alicia ne lui avait rendu que peu de visite, ne voulant certainement pas la distraire dans son travail qu’elle voulait acharné. Il n’était pas rare que la sorcière de l’ombre comme elle aimait à se surnommer, ne voit personne pendant un long moment et reste seule avec ses expériences sordides. Mais bientôt elle referait surface, n’en déplaise à certains, elle agirait toujours dans l’ombre mais ses actes ne resteraient pas inconnus.
Pour l’heure Mina rangeait ses instruments, fioles et livres d’incantations, un mois de travail minutieux et complexe n’avait pas été sans bouleverser le décor de sa chambre. Sans prononcer une parole elle attrapa un vieux crâne qui trainait sur son bureau et qui lui servait de presse papier avant de ranger sur une étagère. Un sourire se dessina alors sur ses lèvres. Quel vieux stéréotype que voilà ! Le fameux crane de la vilaine sorcière de conte de fée, vous savez celle là même que la bonne fée trucide à la dernière page, avant le sempiternel « ils vécurent heureux et gnagnagni et gnagnagna ».

Les doigts longs et diaphanes de la jeune femme le caressèrent un moment tandis que les yeux dans le vague, il lui revenait en mémoire, la voix de sa grand mère qui lui racontait ces histoires en veillant à changer la fin, laissant la sorcière en vie et occupé à de grand projet.

Un bruit de pas se fit alors entendre dans le long couloir des sous sols, tirant de son souvenir nébuleux la jeune femme qui tourna alors son visage vers la porte de sa chambre. Quelqu’un venait de se stopper devant elle, venait on taper à sa porte ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/Premieres-Lueurs-c5/Le-Recueil-f
Oblivius
Oblivius



MessageSujet: Re: Dans l'antre de la fleur noire   Sam 12 Jan 2008 - 22:24

Si Edgard pouvait avoir trouvé le temps de l'entretien avec la sorcière relativement cour, mais pourtant si riche en informations, il n'en fut pas autant avec le chemin qu'il dut emprunter pour se rendre à sa destination. Certes le chemin était de très bon état, surtout lorsqu'on connaît la forêt et principalement le trajet précis - il n'en est pas le cas d'Edgard qui n'est jamais passé par là, mais grâce à son consoeur il n'eut pas de difficulté - pour trouver l'entrée secrète menant aux ombres. Cela dit, son impatience à trouver réponse à sa question, et le fait qu'il aille braver l'inconnu, même allié, n'en était pas réjouissant. Certes il trouverait refuge - du moins est-ce ce qu'il pensa - mais peut-être fut-ce un piège. Peut-être la femme appartenait-elle à ceux qui chassent les gens comme lui, ce que l'on appelle ordinairement l'inquisition. Telle fut sa première idée, mais si sa mère avait écrit l'adresse de cette femme sur la lettre, il ne pouvait être autrement que ce fut une alliée, sinon quoi elle ne l'y aurait pas envoyé, car quand bien même elle désirait faire disparaître de la lignée ces connaissances obscures, les mener sous subterfuges vers leur fin ne rimait à rien.

Il traversa le tunnel, non sans confusion, car bien que le chemin à suivre fut clair dans sa tête, la hauteur vertigineuse de cet amas de murs, de carrefours et de contours font qu'à plusieurs reprises il manqua de confondre l'une ou l'autre des directions qu'on lui avait clairement ordonné de retenir comme si sa vie en dépendait. Il semblerait que ce fut le cas, sinon quoi il resterait perdu dans ce labyrinthe et peut-être aurait-il finit par véritablement ne pas pouvoir retrouver le chemin de la sortie, tout comme celle de l'entrée. Une telle organisation devait forcément décourager quiconque ne connaît pas le chemin mais souhaite à tout prix savoir ce qu'il y a au bout. Cela cachait certainement quelque chose d'étrange, mais sans aucun doute secret. D'autant plus que son angoisse commençait par monter, il ne savait plus s'il suivait le bon chemin, car bien qu'il tourne aux bons endroits, il avait la crainte d'en avoir oublié une ou raté une autre, ou pire, d'en avoir confondue. Puis même s'il parvenait au bout, il ne savait pas ce qui l'attendait, la sorcière qu'il avait rencontrée devait être membre depuis longtemps pour avoir intégré parfaitement l'issue de ce dédale. Peut-être y aurait-il une quelconque énigme ou tout autre obstacle derrière, afin de dissuader de nouveau les intrus. Quoi qu'il en soit, la réponse à ce problème sera résolue lorsqu'il arrivera dans ladite grande salle.

Soufflant de toutes ces marches passées, exténué par l'effort, plus mental que physique, et rongé par l'inquiétude, il arriva dans une sorte de couloir doté de plusieurs portes. Laquelle serait-celle qui mènerait à la grande salle. De plus, celles qui se trouvaient derrière ces portes seraient-elles toutes aussi grandes afin, encore une fois, de se déjouer des possibles intrus qui auraient bravé le dédale ? Il en choisit une au hasard, car il n'entendait rien de l'autre côté d'aucune. Il hésita à frapper, car qui sait sur quel type de personne il tomberait ? Toutefois, inconsciemment, il frappa à la porte, de deux tout petits coups. Il ne réagit qu'ensuite qu'il avait frappé, comme s'il fut poussé par une force invisble venant du fond de lui-même. Son avenir dépendait peut-être de ce qui se trouverait derrière la porte, ou de ce qui ne s'y trouverait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/sorcieres-du-lys-noir-f49/edgard
Favorite
Favorite
avatar


MessageSujet: Re: Dans l'antre de la fleur noire   Mer 16 Jan 2008 - 23:57

Willémina était fatiguée, elle avait travaillé presque 4 jours et 4 nuits sans prendre la peine de se reposer, mais ses sens bien que plus faibles n’étaient pas totalement endormis. Lorsqu’elle entendit les pas pourtant feutrés de l’individu qui marchait dans le couloir, elle remonta instinctivement sa capuche sur sa chevelure brune, et stoppa tous ses gestes afin de ne pas trop se dévoiler au visiteur.
Les pas stoppèrent devant la porte, elle sentit la légère hésitation dont faisait preuve l’étranger qui se cachait derrière la lourde porte de bois, mais Mina fidèle à ce qu’elle était à savoir une ombre parmi les ombres, ne bougea pas et attendit encore.

Les coups retentirent alors, timide mais distincts, deux coups, chiffre qu’elle n’appréciait pas plus que cela. Le chiffre deux symbolisait le dédoublement, il était le symbole de l’ambivalence par excellence, Il est la première et la plus radicale des divisions (le créateur et la créature, le blanc et le noir, le masculin et le féminin, la matière et l’esprit, etc.), celle dont découlent toutes les autres.
Il pouvait être le germe d’une évolution créatrice aussi bien que d’une involution désastreuse. La sorcière devait donc se méfier, elle attrapa une dague ancienne posée sur la table poussiéreuse prés d’elle et la cacha dans son dos, avant de prononcer d’une voix sourde, une invitation à entrer bien étrange. Les chiffres avaient toujours eu leur importance et ce depuis l’antiquité, une sorcière apprenait à s’en servir dés ses premières années de formation, et Mina avait appris à les connaître toute petite. Sa grand-mère pouvait ainsi lui dire ce qui se passerait dans les jours à venir rien qu’en comptant le nombre d’oiseaux posés sur le toit de leur roulotte. Et autant vous dire qu’elle ne se trompait que très rarement. Aussi, celui ou celle qui se tenait devant elle, séparé par la porte de son antre, était empli de doutes et ne savait pas encore quel chemin prendre pour trouver sa voie. Mais quelle voie, et surtout avec quels réels dessein et intention ?

Quoi qu’il en soit, et quel que soit l’individu qui allait se présenter à elle, elle se tenait prête à l’accueillir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/Premieres-Lueurs-c5/Le-Recueil-f
Oblivius
Oblivius



MessageSujet: Re: Dans l'antre de la fleur noire   Jeu 17 Jan 2008 - 1:09

Interminables furent les secondes pendant lesquelles il attendait devant la porte, guettant le moindre bruit au travers. Mais la peur, si génante aux hommes mais qu'ils aiment tant, car elle leur permet d'accroître leur sens, ou plutôt l'impression que les sens se décuplent. Il aurait pu entendre de bruit venant d'un autre lieu plus éloigné qu'il eut cru qu'il venait de derrière la porte. Le moindre bruit auquel il ne s'attendait pas pourrait le faire sursauter car il ne viendrait pas de cette même porte sur laquelle il portait toute son attention. Bien qu'il se dit que la peur n'a pas sa place en lui, à cet endroit car si la sorcière du Lys Noir lui avait dit de passer par cette entrée secrète, ce ne fut certainement pas pour qu'il atterisse chez les sorcières d'Olrun, sinon quoi il aurait pu dénoncé cette femme, ou même s'il atterissait chez un inquisiteur. Or s'il se forçait à ne pas avoir peur, celle-ci était encrée en lui, fixée à son corps. Cette peur de l'inconnu ici, le rendait presque malade, car qui sait ce que peut cacher un groupe de sorcières ?

Mais aucun son, duquel il avait la certitude qu'il provenait de cet obsatcle entre lui et ce qu'il ne savait pas, ne filtrait cette porte. Que l'insonore inconnu. Il leva inconsciemment la main pour frapper deux nouvelles fois, et lorsqu'il se rendit compte qu'il avait frappé encore, la sueur commença à perler un peu plus vite. Il avait le sentiment qu'il n'aurait pas dû frapper à cette porte, mais sa curiosité inconsciente, les forces sur lesquelles sa conscience n'avait pas de pouvoir l'y obligeaient. Il voulut s'enfuir, mais ses jambes ne lui permettait pas, Il ne put que faire quelques pas en arrière, et il regretta amèrement de ne pas avoir embarqué avec lui une arme venant de la forge. Il aurait pu se la passer en travers du corps, le laissant gisant ici-même, or il semblerait que le destin, si tant est qu'il y en a un, n'en a pas voulu ainsi. Il fixait toujours la porte qui ne s'ouvrait pas. Peut-être n'y avait-il rien finalement. S'il y avait eu quelqu'un, cette personne aurait sans doute déjà ouvert. Sa tension baissa légèrement, et il se rendit compte qu'il avait toujours la lettre de sa mère dans la poche intérieure. Serait-il utile ce bout de papier ? Le sauverait-il de ce qui se chache, ou ne se cache pas, derrière les murs, les portes, et l'obscurité même qui avaient la valeur de paysage ?

Puis l'idée d'ouvrir lui-même la porte pour vérifier si oui ou non il y avait quelque chose ou non. Car bien qu'aucun son ne lui parvenait, il ne pourrait être sûr de quoique ce soit tant qu'il n'avait pas vérifié par lui-même. Or la simple idée de l'action le terrorisa de plus belle. Il avança presque jusqu'à toucher la porte du nez, chaque pas montrant des signes de tremblements involontaires. Il posa la main sur la poignée, et il put sentir véritablement à quel point sa sueur perlait au contact humide avec la poignée. De mémoire, jamais rien de tel ne s'était produit en lui. Même lorsqu'on lui a dit qu'il pouvait être brulé à tout moment s'il était accusé de sorcellerie. Deux choix, ou peut-être plus, auraient pu s'offrir à lui. Enfoncer la porte pour prendre ce qui se cachait par surprise, ouvrir lentement la porte pour limiter la sonorité, ou partir en courant. Mais maintenant qu'il était là, pourquoi partir ? D'autant plus que dans l'état où il était, il n'était même pas sûr qu'il aurait pu faire le chemin inverse. Il aspira une grande bouffée d'air, et retint sa respiration alors qu'il poussait délicatement la porte, dans un bruit digne des histoires à vous faire dormir debout, pour se retrouver avec... des yeux verts, provenant d'une silhouette sombre, celle-là même qui lui avait dit d'entrer, bien que Edgard eut pris cette invitation comme pure produit de son imagination. Panique était la sensation que son esprit lui imposait, mais immobilité était l'état dans lequel ses jambes le mettaient. Il ne pouvait cepandant détacher son regard de cette personne, bien que celle-ci lui inspirait la plus grande crainte. Ce qui entourait la femme même n'avait pas heurté ses yeux, juste un visage, duquel il était impossible de s'échapper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/sorcieres-du-lys-noir-f49/edgard
Favorite
Favorite
avatar


MessageSujet: Re: Dans l'antre de la fleur noire   Dim 23 Mar 2008 - 15:37

HJ [ deux mois d'absence et j'en suis désolée, Alicia était au courant et m'a assurée que j'avais toujours le droit de repointer mon nez ici, en espérant que tu ne me tueras pas sur place Edgard Embarassed ...]

Willémina se tenait là, la dague dans le dos, elle attendit patiemment que l’étranger entre, ce qu’il fit au bout de quelques secondes qui lui parurent longues tant et si bien qu’elle vint à se demander s’il avait entendu son étrange invitation. Invitation ? Pas vraiment si on devinait ce qu’elle tenait fermement dans sa main. L’individu se tenait maintenant devant elle, et sans même dévoiler son regard toujours caché par l’épaisse capuche qui lui recouvrait la chevelure, elle l’observa. Observation courte mais néanmoins complète. Le jeune homme qui lui faisait face était jeune, certainement plus qu’elle si on en jugeait par ses traits qui avaient encore un on ne sait quoi de juvénile, plutôt grand, ses cheveux noir de jais était parfaitement coiffés ce qui fit sourire Willémina. Pourquoi ? Peut être parce que cela dénotait chez lui un souci de ne pas déplaire qui était appréciable. Les doigts de la jeune femme relâchèrent un peu leur étreinte autour de manche de la dague. Il n’y avait rien à crainte de cet individu, si tenté qu’il se passe quoi que ce soit, la jeune femme pourrait très vite se défendre. Sans dégager son visage de sa cape de velours, elle s’adressa à lui.

" Que vaut la visite d’un jeune individu dans mon antre ? Vous seriez vous perdu ? "

Diantre que de politesse Willémina ! Ce n’est pourtant dans vos habitudes …Serait il possible que ce jeune homme vous inspire confiance ? Sans nul doute, voilà que vous vous proposait votre aide, cela ne vous ressemble pourtant pas.

En effet, Willémina n’aurait su le dire mais, ce jeune homme ne lui inspirait si ce n’est de la confiance (N’allons pas jusque là) au moins aucune crainte. Perdu avait elle demandé ? En effet c’est visiblement l’air qu’il avait. Sans trahir ses intentions premières qui avaient été les siennes avant qu’il n’entre, elle reposa sans bruit la dague sur le buffet qui se trouvait dans son dos. Ses mains ainsi libérées elle les leva doucement pour se découvrir et ainsi laisser le jeune homme voir son visage au maquillage intense.

Les lèvres noires continuèrent alors.

" Je n’ai pas pour habitude de recevoir de la visite en ces lieux, à vrai dire je n’aime pas vraiment cela, aussi je vous demanderai quelque soit la raison de votre présence chez moi de faire vite, afin que je puisse continuer ce que j’étais en train de faire. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/Premieres-Lueurs-c5/Le-Recueil-f
Oblivius
Oblivius



MessageSujet: Re: Dans l'antre de la fleur noire   Dim 30 Mar 2008 - 19:52

[HJ] Te tuer ? Pourquoi le ferais-je ? Ce n’est pas comme si tu t’absentais sans raison valable et que tu revenais sans explication de ton absence. [/HJ]

Diable, ou mon Dieu selon les coûtumes, que de noir réuni en une seule et même personne ! On eut dit que les ténèbres avaient pris posséssion de ce corps et que nul autre lumière ne transparaîtrait. Mais l’heure n’était pas à la répulsion, car si cette personne se trouvait là c’était bien parce qu’elle était membre du Lys Noir. Il fallait donc bien sûr qu’il s’accoutume à voir cette personne plusieurs fois au sein même du Lys Noir, bien qu’il ignora le rang de celle-ci. Ceci dit, sa frayeur n’avait pas pour autant diminué, car le Lys Noir était pour lui un nouveau monde, ou plutôt une vision plus large de celui qu’il a toujours eu devant les yeux. Puis s’il avait été plus ou moins rassuré par les questions de la personne qui se trouvait devant lui, la phrase qu’elle ajouta ensuite lui fit froid dans le dos. Car il cherchait du soutien, non un renvoi. Or il dérangeait la dame en noir, et il n’appréciait pas vraimen de gêner les gens qu’il allait fréquenter par la suite, car il préférait satisfaire ceux de son nouvel environnement plutôt que d’être hostile à ceux-là. Alors il répondit à sa supérieure, bien qu’il n’en savait rien pour l’instant :

« Eh bien, dire que je suis perdu serait peut-être un peu fort, étant donné que je ne connais pas encore les lieux. En fait je viens d’arriver ici, guidé par une des nos consoeurs. Elle m’a donné le chemin à suivre pour ne pas se perdre dans ce labyrinthe mais aucune autre information concernant une salle précise à visiter, une personne à voir. Bref j’étais livré à moi-même. Et bien que je sache qu’ici on ne me poursuivra pas pour me tuer, j’espérais que l’on me guiderait. Mais apparemment je vous dérange, aussi vais-je passer mon chemin. Je ne souhaite pas déjà causer des ennuis au Lys Noir et ainsi perturber la tranquilité du clan. »

En fait il n’était pas vraiment emballer par l’idée de devoir refaire du porte à porte pour trouver son chemin. Et comme la dame noire était était sa première rencontre, hormis la sorcière à l’extérieur du château, il voulait d’abord établir des liens amicaux, ou en tout cas non nuisibles, avec celle-ci. Mais il préférait encore pour le moment conserver son attention sur celle-ci, car si elle avait averti Edgard qu’elle n’aimait pas les rencontres ici, c’est sans doute qu’elle avait quelque chose à cacher, ou sans forcément le cacher qu’elle ne veut pas montrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/sorcieres-du-lys-noir-f49/edgard
Favorite
Favorite
avatar


MessageSujet: Re: Dans l'antre de la fleur noire   Dim 30 Mar 2008 - 22:59

Il n’était pas bien difficile de savoir combien le jeune homme avait été déstabilisé par l’accueil que Willémina lui avait fait. Mais fallait il vous préciser combien la sorcière était solitaire et combien elle se plaisait à l’être. La vie ne lui avait pas fait de cadeau et la cicatrice qui décorait son dos en était la preuve la plus brûlante sans faire de mauvais jeu de mots. Ceci dit, le jeune homme qui lui faisait face avait l’air perdu, et les mots qu’il prononça le lui confirmèrent. Un novice, un oiseau tombé du nid voilà ce qu’il était et même si Mina n’avait pas de temps à perdre avec ce genre de damoiseau, il n’aurait pas été judicieux de le renvoyer alors qu’il cherchait visiblement un refuge auprès du Lys noir.

Sans rien dire, elle se retourna et sortit de derrière un gros grimoire une petite bouteille sombre qu’elle s’appliqua à ouvrir pour en verser le contenu dans une petite coupelle d’argent. Puis elle s’avança vers le jeune homme et lui tandis la coupe.

"Le château est un véritable labyrinthe pour celui qui n’en connaît pas les secrets, si la providence vous a amené dans ce que je qualifie de mon antre c’est qu’il doit y avoir une raison a cela. Buvez donc ceci cela vous réchauffera les entrailles avant que je ne vous conduise là où l’on vous attend sûrement. "

Un être normalement constitué aurait hésité à boire le liquide foncé que la sorcière avait présenté. En effet, poison, élixir de vérité ou autre nectar suspect se trouvaient bel et bien en ces lieux, mais ce n’était que du vin, et un très grand vin de surcroît.

" Je ne crois pas au hasard, jeune homme et vous apprendrez qu’il y a peu de place pour celui dans notre monde. On ne vous aura certainement pas parlé de moi, rassurez vous, peu de personnes connaissent mon existence. Aussi, si comme vous venez de le précisez vous ne voulez pas perturber la tranquillité de notre clan, il vous faudra taire votre visite et encore moins ma présence."

Cela ne ressemblait pas vraiment à un conseil, ni même à un ordre mais bel et bien à une menace déguisée, car si Mina comptait très prochainement faire état de son existence, l’heure n’était pas encore arrivée pour cela. Sans lâcher de son regard émeraude le jeune homme qui lui faisait face, elle s’approcha de lui et le contourna pour bloquer de sa silhouette noire la porte, seule issue probable pour celui qui ne connaissait pas la pièce où il se trouvait.

" Avant que je ne vous dirige vers un endroit où je crois vous savoir attendu , puis je m'assurer de votre nom ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/Premieres-Lueurs-c5/Le-Recueil-f
Oblivius
Oblivius



MessageSujet: Re: Dans l'antre de la fleur noire   Sam 5 Avr 2008 - 16:19

Un antre ? Pour dire vrai, Edgard n’avait pas encore observé la salle dans laquelle il se trouvait, aussi s’empressa-t-il de le faire pendant que son hôtesse fut retournée. Sombre c’était sûr, peut-être même mystérieux. Non ce qui était mystérieux était la dame elle-même, la sombre pièce avait l’air plus claire à côté. Lorsque la dame, jeune ou âgée il ne pouvait pas affirmer son âge étant donné sa faible fréquentation des femmes, lui servit une coupe d’un liquide étrangement rougeâtre, il fut d’abord incertain de pouvoir boire ce genre de mixture à l’allure peu ragoûtante. Qui plus est il se trouvait dans un antre appartenant à une sorcière, donc qui sait ce qu’on peut y trouver à part les sorcières elles-mêmes qui sont expertes ? Sa sœur aurait sans doute pu deviner ce que c’est, peut-être pas à vue d’œil mais elle aurait su distinguer les attributs de cette substance. Mais Edgard ne pouvait pas refuser l’offre, c’eut été irrespectueux. D’autant plus que c’était une sorcière du Lys Noir, enfin en principe car elle n’a pourtant toujours pas révélé qu’elle en était membre, donc normalement on évite d’essayer de tuer le petit nouveau. Il rapprocha la coupe de son nez, bien qu’il n’eut pas pu même là deviner si le liquide contenait un autre élément hostile à son organisme. Puis l’odeur qui s’en dégageait lui rappelait quelque chose mais il ne put se souvenir de ce que ce fut. Cela lui rappelait sa famille mais il ne savait pas réellement pourquoi. Ses parents ne buvaient pourtant pas. Il chercha encore et encore, puis se rendit à l’évidence. Cette boisson n’était pas quotidienne, elle était simplement consommée chez lui pendant les grandes fêtes. Il but alors une gorgée de cette offrande, laissant le liquide déambuler dans son appareil digestif, enfin pas trop non plus. Puis il la finit délicatement, quelque chose d’aussi bon ne pouvait ou ne devait pas plutôt être bu à la hâte. Lorsqu’il eut finit, il reposa la coupe sur la table voisine, ayant bu chacune des paroles de la sorcière. Puis une affirmation sur le hasard, Edgard n’avait jamais réellement songé à ça, donc il ne pourrait pas répondre intelligeamment, ou plutôt avec le pouvoir de faire un long discours dessus. Puis la menace vint peser sur lui, quelle étrange femme à vociférer ainsi des menaces au premier venu ! Edgard se demandait comment cette femme pouvait vivre en communauté, difficile certes de nos jours avec ces idiots de l’Inquisition. Edgard restait silencieux lorsqu’elle passa à côté de lui, de toute façon il eut une étrange impression à ce moment précis. Comme si cette personne représentait le danger personnifié. Lorsqu’il se retourna pous suivre la dame des yeux, elle s’arrêta soudain, pour lui demander son nom. Edgard se demandait pourquoi, car si peu de gens connaissait son existence, il est évident qu’elle ne doit pas sortir beaucoup, donc pourquoi s’enquérait-elle de son prénom ? Cela n’avait aucun sens. Enfin Edgard se contenta de répondre simplement comme si c’était une coutume :

« Je me nomme Edgard. Edgard Vanouard made… madame. Je n‘ose pas demander le vôtre, car si vous tenez tant que ça à ce que personne ne sache que l’on s’est rencontré, j’en déduis qu’il est inutile de vous le demander. Puisque vous savez où je dois aller, je m’en remets à vous alors. »

Il n'osait pas ajouter plus de mots que nécessaire, et de toute façon il n'avait jamais réellement parlé à une femme. Mais il se rassurait quand même un peu, car si elle devait le tuer, elle l’aurait déjà fait sans doute. A moins qu’elle ne veuille d’abord « jouer » avec lui dans le sens où c’est elle qui s’amuse et Edgard qui panique. Mais il chassa ces idées, préférant espérer de meilleurs situations, bien qu’il soit dangereux de toujours espérer mieux que ce qui pourrait être pire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/sorcieres-du-lys-noir-f49/edgard
Favorite
Favorite
avatar


MessageSujet: Re: Dans l'antre de la fleur noire   Sam 5 Avr 2008 - 19:13

Un sourire aurait pu se dessiner sur les lèvres de la sorcière lorsqu’elle décela chez le jeune homme une légère panique la concernant, mais il n’en fut rien. Mina n’agissait pas pour apeurer ses interlocuteur mais plutôt pour se défendre contre un éventuel ennemi. L’enfance de la jeune femme n’avait été que blessures et attaques, la carapace qu’elle s’était forgée était depuis toutes ces années devenue la plus sure des défenses. La noirceur qu’elle dégageait n’était pas feinte dans ces cas là, seule Alicia arrivait par moment à laisser Willémina sans ce masque sombre qu’elle revêtait jour après jour. Elle vit le jeune homme hésiter devant la coupe qu’elle lui avait offert, signe qu’il n’était pas sot, et signe qu’il avait lui aussi certainement eu affaire à quelques gens malintentionnés à son égard. Lorsqu’il eut bu le liquide, il se montra moins hésitant et lui révéla son nom. Nom qu’elle connaissait déjà, car il n’y avait peu de chose que Mina ignorait concernant le Lys noir, et ce malgré son exil dans les sous sols du château. Mina libéra la porte qu’elle avait rendue moins accessible et revint sur ses pas.

"Et bien Edgard, il semblerait que ta venue était attendue, mais Satine ton aguerrie n’est plus au château depuis quelques heures. Tu la trouveras à l’étang de Diefanbach à l’est de la montagne de la fraternité. "

Sans attendre une réponse de sa part elle reprit la coupe laissée vide par Edgard sur une table poussiéreuse et la garda dans sa main pâle avant de la reposer là où elle l’avait prise.

" Mon nom ne t’avanceras pas à grand-chose pour le moment, en effet, tu l’apprendras très vite, peut être plus tôt que tu ne le penses. Saches seulement que je suis la main qui distille le poison du Lys noir quand le besoin se fait entendre et qu’il vaut mieux m’avoir de son côté en de pareil moment "

Grand diable que de mystère, n’est il pas ? Pourtant il ne pouvait en être autrement, il était trop tôt, le moment viendrait bientôt où la fleur noire ferait de nouveau surface en ce monde chaotique, et Mina ne pouvait prendre le risque qu’un jouvenceau ne trahisse son existence. Elle le fixa quelques instants avant de venir poser son index sur les lèvres d’Egard avec une douceur presque étrange pour un personnage aussi sombre.

" Silentium…Je compte sur toi "

Le doigt glissa doucement sur le menton du jeune homme avant de le quitter rapidement, puis sans attendre une minute de plus elle se retourna et ouvrit un livre ancien qu’elle se remit à étudier comme si le jeune apprenti avait déjà quitté la pièce. La discussion était close, et la porte grande ouverte, il était temps pour lui de rejoindre celle qui ferait son éducation spirituelle, mais la porte de l’antre n’était plus un secret pour Edgard et puisque Mina ne lui avait pas dit d’en oublier le chemin, il y avait fort à parier qu’il pouvait y revenir lorsqu’il le souhaiterait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/Premieres-Lueurs-c5/Le-Recueil-f
Oblivius
Oblivius



MessageSujet: Re: Dans l'antre de la fleur noire   Mar 8 Avr 2008 - 21:49

La main qui distille le poison ? C’est quoi cette énigme ? Edgard n’y comprenait rien, sans doute que son éducation familiale ne le permettait pas. De toute façon il ne savait même pas si ces mots signifiaient quelque chose en soi. Cela dit il était attendu, et si son Aguerrie avait quitté le château depuis quelques heures déjà, nul doute que cela lui vaudrait des reproches, à moins que son Aguerrie ne soit dans le fond très sympathique. Mais quoiqu’il en soit il ne savait pas vraiment comment s’y prendre avec les femmes, et son expérience avec cette sombre sorcière n’avait en rien améliorer cette impression, elle l’aurait même accrue. Alors qu’il réfléchissait à cette mystérieuse prophétie, bien qu’il douta que l’on puisse appeler cela ainsi, il prit l’initiative de parler, mais la sorcière au nom inconnu posa son doigt sur sa bouche, signe qu’il doit se taire. Signe confirmé par les deux phrases qui suivirent. Le glissement de doigt de la sorcière aurait paru sensuel si Egdard n’était pas plongé dans une angoisse permanente causée par le Mystère qu’était cette femme, effet accentué par l’endroit sombre et très certainement hostile aux visites inopportunes comme celle qu’Edgard avait faîte malgré lui. Il se rendit compte subitement qu’il craignait cette femme malgré son appartenance au Lys Noir. Puis une interprétation, peut-être trop hâtive de la révélation de la sorcière fit irruption dans son esprit. Et si le poison du Lys Noir était le pouvoir offensif du clan et que cette sorcière voulait se l’accaparer ? Edgard se faisait peur lui-même à avoir de telles idées. Ceci dit il faut dire aussi que l’idée de la personnalité que l’on se fait, vraie ou fausse soit-elle, de son interlocutrice permettait de telles craintes. Lorsqu’il se retourna pour observer les agissements de la sorcière, il la vit plongée dans un livre, autant dire qu’il ne fallait pas la déranger. Il se plaça dans l’encadrement de la porte, se retrourna pour regarder de nouveau l’hôtesse. Il ouvrit la bouche pour dire au revoir, mais elle semblait concentrée dans son activité, aussi Edgard se refusa de répondre. D’autant plus qu’il ne savait pas s’il devait dire au revoir, car de ça il n’en était pas sûr, ou adieu. Mais le dilemme s’estompa, il referma la porte dans le moins de bruit possible pour ne pas perturber la sorcière. Puis il repartit par où il était arrivé, afin de rejoindre le lieu de son apprentissage futur, soit l’étang de Diefenbach. Puis il se promit à l’avenir d’éviter de revenir dans cet endroit, car qui sait ce qu’il peut renfermer au plus profond de lui-même ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/sorcieres-du-lys-noir-f49/edgard
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dans l'antre de la fleur noire   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dans l'antre de la fleur noire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Witch Slay :: Entre les Pierres - Château de Frauenberg :: Les Sous-sol-