AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une Arrivé...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oblivius
Oblivius



MessageSujet: Une Arrivé...   Mer 9 Avr 2008 - 1:23

Un bruit de Galops passait dans la forêt, un bruit mate et sourd, un bruissement de cape, un crépitement de bijoux et encore et toujours la respiration de deux êtres malveillant qui mériteraient le titre de Démons.

Calme toi Ydrie, Nous arrivons, Calme toi compagnon...

La voix calme, chaude et suave de Clement venait de raisonner dans le vent solitaire, dans l'aube se levant. La Nuit, douce amie semblait avoir décidé de laissé place au soleil qui enveloppait déjà les champs de ses doux éclat doré. Il avait prit l'habitude de parler à Ydrie qui semblait toujours lui répondre par de léger hennissement ou des mouvement de tête. La bête semblait sentir la ville depuis un moment car elle ne tenait plus en place pourtant lorsque la voix d'Oz retentit elle s'arrêta et cessa de bouger soufflant bruyamment pour reprendre son souffle. Les long cheveux charbon du jeune homme volaient dans l'air tous comme sa cape et les crins du cheval. Le vent semblait souffler de façon à attiré Oz vers cette ville, cette immondice, cette endroit ou bientôt il devrait tuer... Oz tapota l'encolure du cheval gris souris avant de regardé les lumières mourante de la ville. Ainsi c'était cela Forbach. Lui qui s'attendait à une superbe ville venait de se rendre comte qu'il ne s'agissait que d'une bourgade... Il sentait sous ses cuisses les mouvements du cheval qui ne semblait pas fatigué.

Ils avaient prit leur temps pour venir ici déclarer à Louis qu'il était envoyer par les autres pour l'aider dans sa tache. Oui, Clement n'avait aucune envie de qualifier l'Eglise d'autre chose que de "l'autre" ou encore "d'Eux". Jamais de sa bouche on ne l'entendrait dire : l'Église. La raison? Clement ne croyait qu'en lui, qu'en sa nature profonde, qu'en sa force de caractère... Il croyait en la nature aussi, en les forces des éléments, en l'eau, en la Terre, jamais il ne pourrait croire qu'un Homme l'observe du ciel jugeant ses actes alors que personne ne pouvait jugés les actes des autres. Oz estimait que personne ne pouvait jugés de ses actes, il estimait aussi être le seul à jugés ceux si et n'avait donc de comptes à rendre à personne. Enfin, si, peut être à sa mère pour avoir accepté un contrat dans lequel il accepte de tuer les soeurs de celle ci, pour avoir renier ses origines de fils de sorcier, pour n'avoir fait que tuer que faire souffrir sans jamais aimer. Il savait qu'à sa mort il aurait des comptes à rendre à cette femme au yeux vert mais c'était tous.

3 Rebouteuses, 2 druides voila ce que la ville devait compter de sorcière et déjà on hurlait que l'endroit était infesté. C'était ce que pensait Oz deux jours plus tôt avant de passer la nuit dans la ville voisine ou un Homme d'église lui avait raconter qu'il y avait plus de 6 sorcières à Forbach. Oz c'était alors demandé si l'homme disait vrai et il avait finit par écouter tous les gens présent parlé d'elles comme si elles étaient des démones, des folles furieuses, des tueuse assoiffé de sang. Clement avait finit par en rire, un rire froid, glacial qui avait fait reculer les deux hommes face à lui. Il avait finit par exploser de rire. Ainsi deux ou trois sorcières étaient considéré comme des démons... Pauvre paysans croyant tous ce qu'on leur raconte... Si ces pauvres femmes étaient des tueuse sanguinaire lui était le Bras droit de Satan, voir Satan lui même. Il devait avoir sur les mains plus de sang que la totalités de toutes ses filles dans toutes leurs vie. Oz avait finit par quittés l'auberge après avoir payez, il en savait déjà bien assez. Les gens présent avaient dut avoir une peur bleue de lui, habillés comme un noble il avait la démarche fière de ceux si mais la discrétions et le maintiens d'un tueur.
Oz avait parcouru la distance le séparant de cette ville le lendemain après avoir dormit dans une Grande à la sortit du village d'à côté. Pourquoi? Et bien parce qu'il ne quittait jamais Ydrie sauf quand sa mission l'exigeait... La jolie Blonde avait finit par s'endormir auprès d'Oz sans qu'il la touche, il ne l'aurait pas fait, ce n'était pas son genre. Il avait regardé celle si dormir avant de faire de même. Au matin il l'abandonna dans le foin disparaissant dans un galops.
Revenons au moment présent. Clement regarda la ville encore un peut puis remit son compagnon de voyage en marche dans un pas lent. Il remit sur sa tête son capuchon camouflant ainsi entièrement son visage. Il savait ou il devait aller on le lui avait dit mais il préférait qu'on ne sache pas de suite son camps, aussi avait il retirer la croix qu'on l'avait forcé à glisser autour de son cou. Il avait l'oreille attentive à tous mouvement en sachant parfaitement qu'à cette heure si il ne serait déranger que par une sorcière ou un Inquisiteur. Le soleil commençait à réchauffer l'atmosphère et Oz n'allait pas tardé à entendre le coq. Ydrie semblait lui aussi attendre une rencontre et se tenait près à obéir au moindre frémissement de son maître. Depuis des années il obéissait au doigts et à l'oeil sachant parfaitement comment se conduire en cas d'attaque.

L'un avançait sur le sentier vers la ville tandis que l'autre repensait à tous ce temps qu'il avaient mit pour venir. Oz avait fait quelques détours et donc voila plusieurs jours qu'ils auraient dut être là... Il ignorait avoir manqué un moment important dans la vie de la communauté, celui d'un bûché sur le Pavis... La chose avait dut se dérouler un ou deux jours plus tôt, trois tous au plus. Y voir un geste de dieu serait stupide puisque ce n'était qu'Oz qui parvenait enfin auprès de ceux ayant apparemment besoin de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/le-recueil-f3/clement-d-oz-t312.
Oblivius
Oblivius



MessageSujet: Re: Une Arrivé...   Dim 13 Avr 2008 - 16:50

The first time



Les odeurs que dégageaient les fleurs et les feuillages de la forêt procurait toujours un bien-être immense à la jeune Lys. Une liberté sourde, où seul le rythme de son coeur battait à ses oreilles, sans que les bruits trop familliers de Forbach ne puisse l'atteindre. Les bruissements de l'étoffe qui la recouvrait se faisait toujours régulier au pas cadencé qu'elle arborait, posant ses pieds çà et là sur les brindilles qui recouvraient le sol, dans un léger craquement sous son faible poids. Arpentant les bois, comme toujours elle le faisait, ses yeux aux couleurs nuageuses braqués sur tout et rien, alors qu'un mince sourire pouvait être lisible sur ses lèvres, en proie à un plaisir sans nom. Ce plaisir, c'était la Liberté. Cette liberté soudaine, loin de toute entrave de la vie rurale, loin de la pâte qu'elle moulait sans cesse dans sa petite maisonnette. C'était peut-être par égoïsme qu'elle n'avait jamais prit quelqu'un pour époux : Par peur de ne plus être en mesure de sautiller dans les herbes hautes et lugubres. La solitude était son amant et l'air frais son Dieu. Elle observait, encore et toujours, gardant pour elle les mystères qui semblaient l'envelopper. Qui savait réellement qui Lys Gehenne était? Âme errante autour de Fobach, qui se promenait souvent dans les alentours de la vie, silencieux témoin de la vie et des secrets que certains disaient de voix basses, espérant que personne ne les entendent. Personne sauf elle, cachée, loin de tout regard. Certains s'étaient même avancés à ce qu'elle soit muette, voire déficiente. C'était dans les mêmes circonstances que sa démarche solitaire qu'elle avait entendue quelques mots échangés entre un cavalier et un homme d'église.

Homme d'église
« Pour monseigneur l'Abbé... N'oubliez pas ce que je vous aie dit à ce sujet. »

Cavalier
« Non, bien sur. La discrétion avant tout. »

Homme d'église
« Personne ne doit savoir que vous êtes parti de Forbah pour cette missive. »

Cavalier
« Aucun doute ne plannera, ne vous inquiétez pas... Le coup est planifié»

Homme d'église
« Je l'espère pour votre santé. »


Puis, ils étaient partis. Lys s'était approchée de là où ils se tenaient plus tôt, et avait fait finalement quelques recherches au sein de ses quelques connaissances sur ce qui se tramait. Les seuls véritables moments où la jeune Gehenne était présente dans le village de Forbach, c'était lorsqu'elle avait des curiosités à répondre...

Un bruit.


D'un brusque mouvement de la tête, le regard grisâtre de Lys se retourna vers ce bruit de craquement, au travers des feuillages à sa droite. La première chose qu'elle vit, ce fut les deux yeux jaunes qui la fixaient, si intensément qu'un instant durant, elle cessa de respirer. De ses oreilles vers l'arrière, et de ses dents aiguisées, Lys tenta un pas vers l'arrière, silencieusement, doucement, toujours en braquant son regard dans celui de la bête qui la regardait. L'atmosphère plus tôt légère semblait s'être alourdie si rapidement que la respiration du loup était sifflante. Un grognement d'une part, et de l'autre un léger sourire au coin des lèvres. Tous les bruits de la forêt n'étaient plus, les bruissements de sa robe non plus. Il n'y avait que l'étrangeté des deux regards qui se fondaient l'un dans l'autre, sans remord, sans broncher. Elle dévia son regard vers le sol. Une branche innerte de bois. Quelques mètres, juste assez pour pouvoir lui assener quelques coups. En courant elle n'y arriverait pas, c'était une certitude. Il allait bondir. Elle le savait. Pourquoi n'était-il pas en meute? Les autres étaient-ils tout près? Elle se baissa brusquement et prit entre ses doigts fins le rugueux bout de bois.

Il bondit.


Lys eut le premier réflexe de lever son bras devant elle pour se protéger, geste que la bête eut la bonté de prendre entre ses crocs, arrachant un certain cris à la demoiselle. Comble de malheur, elle avait échappé son lourd bâton par-terre. Essayant de se défaire de cette prise soudaine, elle finit par tomber à la renverse, dans un bruissement sourd sur le sol. Se débattant toujours comme elle le pouvais avec sa main valide et à renfort de pied, elle apperçue du coin de l'oeil son arme contre ce loup avide. arrêtant de se débattre, elle s'étira vers l'objet de sa convoitise et assena un premier coup plus ou moins douloureux pour lui. Le deuxième le fit lâcher prise. Repoussé, le loup resta quelques secondes sans réaction. Quelques secondes nécessaire à Lys pour se remettre sur ses pieds et brandir de nouveau son solide bâton de bois. Dans l'adrénaline du moment, elle ne sentait plus la blessure béante de son bras, et ne faisait que repousser la bête du mieux qu'elle le pouvait. Par contre, ce dernier coup fut fatal : en pleine mâchoir, il glapit d'une façon plutôt étrange, et, déséquilibré, s'affaissa sur le sol. La jeune femme s'approcha de nouveau vers lui, et finit le travail. 1 coup. 2 coups. 3 coups. Trois coups supplémentaires pour l'achever. À bout, elle laissa tomber le bois et, essoufflée, s'effondra elle aussi au sol, sentant que ses jambes ne la supporteraient plus bien longtemps.

À quelques mètres seulement du loup inerte, la jeune Gehenne osa regarder enfin la blessure qu'elle avait maintenant au bras. Émettant un léger couinnement, elle leva les yeux vers le ciel tout en sentant la douleur se répendre dans tout son corps. Incapable pour l'instant de bouger, le visage de porcelaine de la belle Lys semblait figé dans une expression de perplexité mèlée à une douleur certaine. Et si le reste des loups venaient? Se relevant avec toutes les peines du monde, elle se retrouva debout contre un arbre, à quelques pas d'où elle était, alors qu'elle se demandait si il n'y aurait pas quelqu'un qui eusse la brillante idée de passer dans le coin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/autres-habitants-f51/lys-gehenne
Oblivius
Oblivius



MessageSujet: Re: Une Arrivé...   Lun 14 Avr 2008 - 16:30

Un sifflement parcouru l'air, un sifflement de douleurs, de haine, de danger... L'air sembla se faire plus frais tandis que l'oreille attentive d'Oz entendait le glapissement du loups et son gémissement de douleur après un bruit sourd d'os briser. Ydrie avait aussi entendu ce bruit mais il semblait sentir autre chose, une odeur de sang. Le sang, pourpre, substance gluante qui pulse dans chaque être vivant. Sang qu'Oz connaissait parfaitement et qui avait coulé sur ses mains des milliers de fois...

Oz entr'aperçut soudain une masse noir effondrer au sol et une marre de sang au pieds de cette chose. Oz stoppa son ami qui Hennit soudain n'appréciant pas les loups qui une fois lui avaient sauter sur les flancs l'attaquant avec force et rage. Oz l'avait se jour là sauver d'une mort certaine, c'était ainsi qu'ils c'étaient connut... Ydrie n'était qu'un jeune poulain et dans la nuit il avait briser sa corde et c'était sauver, quelques jours plus tard perdue il c'était fait attaquer par les loups et c'était ses hennissements qui avait attirer Oz. Ydrie se souvenait parfaitement des coups de griffes et de crocs mais aussi de cette lueur qui avait briller dans les yeux de Clément lorsqu'il l'avait sauver...

Clement justement mit pied à terre et flatta l'encolure de son cheval. Les loups attaquant en meute il voulait vérifier que la personne qui avait tuer celui là n'était plus là ou que les autres loups n'étaient pas là et qu'il ne s'agissait que d'un jeune mâle sans meute. Le tueur s'enfonça de quelques mètres dans la forêt et sortit d'un geste l'épée qu'il avait à son côté. Le morceau de fer était aussi brillant que ses yeux et semblait aussi tranchant. Ciselé parfaitement l'arme était très légère et ne semblait nullement être un poids, d'ailleurs les gestes qu'il effectuait avec était souple. Il s'approcha du loup et le toucha du bout de sa botte pour vérifier qu'il était bel et bien mort. En relevant la tête il vit soudain les yeux claire de la demoiselle et sut que c'était elle la tueuse du loup. Il rejeta sa longue tignasse noir en arrière et siffla tous en rangeant son arme après avoir vérifier qu'il n'y avait pas de loups pour l'instant.

Oz s'approcha de la jeune fille la dominant de toute sa hauteur. IL vit tous de suite qu'elle saignait. En tend que tueur ou voyageur il aurait fait demi tour s'en s'occuper plus de la paysanne mais il se doutait qu'elle était de Forbach et donc il se devait de lui porter secours en tend que Noble comme en tend qu'Oz. Il savait en effet que pour exécuter sa mission il devrait se rapprocher de toutes les classes sociales pour en savoir plus à tous les niveau. Il sentit alors Ydrie derrière lui, le cheval était venu sans même cherché à vérifier qu'il n'y avait pas de danger. Il se racla la gorge, et fixa la jeune fille de ses beau yeux gris acier.


Tuer un Loup n'est pas donnez à tous le monde....

Sa voix grave et suave était douce mais son visage était toujours aussi neutre, aussi froid, aussi imposant tandis que ses yeux était toujours particulier. Il la regardait avec le bras en sang en se souvenant de toute les fois ou il avait été obliger de se soigner seul... Il ne savait guère quoi dire, ce n'était pas dans son habitude d'aider les autres au contraire. Ce jour là cependant il se devait de l'aider et donc acheva de s'approcher d'elle. Oz n'aimait pas cela mais il fallait aujourd'hui qu'il apporte son aide sans rien réclamer en échange, juste par bonté d'âme... Bonté d'âme non mais il n'allait pas bien... IL la regarda encore un peu puis sans un bruit alla ouvrir la sacoche qu'Ydrie avait sur lui pour récupérer de l'eau clair, un alcool fort et une longue bande de tissus afin de lui faire un bandage propre. IL avait tend nettoyer ses propre blessure qu'il savait quoi faire.

Me permettriez vous de m'occuper de cela?

Il montra la blessure du regard. Oz était un tueur né, il n'était donc pas douer avec les autres gens, c'était donc pour cela qu'il ne savait guère quoi dire. il se rapprocha de nouveau d'elle. IL portait sa cape de voyage sur le dos et avait tous d'un innocent voyageur armé pour survivre, étrange mais pas dangereux. C'était ça l'art de la guerre, ne pas paraître ce que l'on est réellement...

Il se tut la regardant, attendent une réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/le-recueil-f3/clement-d-oz-t312.
Oblivius
Oblivius



MessageSujet: Re: Une Arrivé...   Mar 15 Avr 2008 - 2:37

Des pas sourds, lourds. Un martellement commun à ces douces bêtes ferrées qu'étaient les chevaux. Évitant soigneusement la blessure du regard, Lys leva la tête vers ce bruit qui se rapprochait toujours plus d'elle. D'elle et du loup, qui était -l'espérait-elle après tous ces coups- mort. Un léger coup de vent se manifesta, juste avant que le calme plat ne revienne au galop. Les bruits stoppèrent quelques instants. La demoiselle entendait son souffle légèrement sifflant et son coeur battait à ses oreilles comme le tambour de la guerre. Puis elle vit une silhouette masculine, bien découpée malgré une lourde cape qui l'entourait. Mais il n'y avait pas de doute que derrière cette couverture il y avait un homme au corps bien travaillé. Une épée aussi. Une lame scintillante à l'allure si bien entretenue qu'elle ne pouvait pas appartenir à une personne pauvre. Sourire. Subtil. Tout juste assez pour le qualifié de sourire. Sans plus s'accrocher à ces détails furtifs, son regard aux couleurs des cieux orageux se posa sur le loup, sans un mot, sans un mouvement, en longeant ses formes et son poil légèrement moins brillant que lorsqu'il était là, plus tôt, devant elle. L'argent et le brun se mêlaient bien ensemble, créant une certaine beauté irréelle. La sang qui parsemait maintenant sa fourure le rendait digne de sa beauté qui n'était, en fait, que dérisoire. Était-ce un mâle ou une femelle donc? Peut importait, cette bête était bel et bien gracieuse, mais malgré tout elle venait de payer le prix qui lui incombait après lui avoir amoché à ce point le bras. Il était certain qu'elle resterait marquée. Après un dernier regard chargé d'une certaine haine, mais aussi d'une éteincelle assez étrange à son regard vers la victime de son morceau de bois, la voix de l'homme qu'elle venait de délaissé pour le loup résonna, dans un semblant de douceur confondue dans une enveloppe de froideur assez singulière :

Tuer un Loup n'est pas donnez à tous le monde....


Son regard. Profond et harmonieux avec le timbre de voix qu'il arborait. N'ayant toujours pas remonté ses pupilles claires vers lui, elle releva la tête pour voir la silhouette dressée devant elle, à une certaine distance encore. Plissant les yeux et esquissant un faible sourire ironique, la jeune Gehenne souffla du bout des lèvres, un certain amusement dans la voix :

« Ne sait-on jamais quand la force se manifeste »


Une chevelure brune en bataille et d'une odeur qui inspirait le bois et le sang, des vêtements qui étaient à racommoder, un bras en lambeaux. Son allure avait ce charmant style de femme des bois incapable de se tirer du pétrin seule. Peut-être était-ce le cas, mais Lys était quelqu'un de fier. La fierté devait être la seule qualité qu'elle avait qui puisse être qualifiée comme « Normale à la population actuelle ». Pourtant, dernière à se soucier de l'apparence, c'est d'un léger sourire en coin, simple parcelle d'ironie qui la traversa, qu'elle s'imagina l'opinion de celui qui était face à elle. Relégant ses pensées pour l'heure, elle suivit cet homme mystérieusement arrivé du regard, qui s'était retourné vers sa monture docilement venue, gracieux animal, et il revint avec diverses choses qui ne lui inspira pas à la douceur. De sa deuxième phrase, il lui demanda, en revenant vers elle, de ce même ton que plus tôt :

Me permettriez vous de m'occuper de cela?


Voyant son regard se dérober vers sa blessure qu'elle n'osait pas encore faire bouger plus que nécessaire étant donné les lourds élancements qui y étaient bien persistants, elle serra légèrement les dents tout en essayant de se relever. Autant se défiler immédiatement au lieu d'attendre d'être soignée nécessairement sur le champs par un inconnu. Faisant un léger signe négatif de la tête, la flamboyante demoiselle avait d'autres plans en tête. Bien que ce fut une idée plutôt logique que de rester au sol, seule stabilité dont elle soit capable pour le moment, la jeune Lys préféra s'étirer contre l'arbre auquel elle avait le dos posé, tout en tentant de se pas bouger le haut de son corps, la douleur se répendant à une allure folle, de la racine de ses cheveux jusqu'au bout de ses pieds. Appuyée avec sa main valide, une fois sur ses deux jambes toujours aussi molles, elle prit une longue respiration tout en sentant des sueurs froides l'envahir. Dans un semblant d'équilibre, précaire, elle finit par dire, entre ses dents, avec une pointe d'impatience teintée d'ironie :

« Tout compte fait... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/autres-habitants-f51/lys-gehenne
Oblivius
Oblivius



MessageSujet: Re: Une Arrivé...   Mar 15 Avr 2008 - 3:19

Un sourire, un Soupire, le souffle de trois êtres qui semblaient être désormait seuls dans la grande forêt. Pour une arrivé c'était une arrivé, il sauvait une vie alors que plus tard il les perdraient exprès... Oz aimait sentir la vie des autres glisser entre ses doigts diaphragme, c'était pour lui jouissant. Plus jouissant encore était le fait qu'il dessine sur certains de ses contrats, arabesque compliquer ou simple dessin étrange... Il était certains que la lame fine qu'il utilisait alors était son meilleur et plus beau pinceau... Lorsque d'autre grave la pierre ou le bois lui grave les corps et peint de sang... Drôle d'artiste?! Drôle de tueur oui qui a fais de son métier une passion ou d'une passion son métier... Il faut croire que la mort de sa douce et tendre mère avait fait de lui un psychopathe sans coeur avec tous de même une âme d'artiste, d'enfant de la nature...

Oz n'avait guère fait attention à l'apparence de Lys. IL avait lui même passé une partie de sa vie en guenilles avant que celle si ne change radicalement lorsque l'argent c'était mise à couler entre ses doigts comme les rivières dans leurs lits. Clement se savait être un miraculé, un Moïse comme le dit si bien la Bible. Enfant de paysanne il avait tous de même eu une éducation et cela avait du grandement participer à son niveau à présent. Noble, grâce à l'Eglise pour tuer trois pauvres femmes coupables... Il faudrait en effet pour Oz qu'elles soient réellement coupable et qu'il les aient vue, il n'avait guère envie d'obéir les yeux fermé tuant sans preuve...

L'Homme ne reprit pas sa phrase lorsqu'elle lui dit que la force se manifeste lorsque l'on ne si attend pas. IL le savait cela que parfois, lorsque l'adrénaline monte vite et bien on se retrouve par peur, angoisse ou joie avec une force énorme le temps que le corps réagisse à tous se stresse... IL ne fit aucun commentaire ni sur sa phrase ni sur ses vêtements ou ses cheveux emmêle. IL y avait une chose qu'avait apprit Oz : Une femme même paysanne reste une femme et pour obtenir ses faveurs il faut savoir flatté avec aisance... Si Oz voulait obtenir des informations de la par de Lys il lui faudrait se montrer flatteurs mais pas trop, franc comme d'habitude et pas trop froid, ce qui serait le plus dur...

L'Homme la vit faire non de la tête et il en conclu qu'elle n'avait guère besoin d'aide. Il proposait elle refusait, voila, il avait fait son devoir il ne lui restait plus qu'à ranger et tourné les talons emmenant l'étalon qui de toute manière ne semblait pas rassurer. Ydrie devait sans doute sentir les autres loups non loin de là ou avoir la désagréable impression que l'animal n'était pas mort... Clement savait que son cheval n'était pas rassurer, il savait aussi que l'animal ne bougerait pas même si ils se faisaient attaquer, c'était comme un code entre eux : l'un ne meurt pas sans l'autre... L'assassin avait plusieurs fois obliger l'animal à fuir en se croyant perdu mais à chaque fois il était parvenu à s'enfuir et à chaque fois Ydrie refusait de partir en l'abandonnant... Il faut croire que lorsqu'on vit seul avec un animal la plupart du temps des liens forts et particulier naissent brisant toute idée de maître devenant compagnons...

Oz allait tourné les talons et la salué quand il la vit trembler comme une feuille. Ah, la force des jeunes femmes sauvage, toujours froide lorsqu'il s'agit de douleur n'acceptant pas qu'on voit qu'elles souffrent... Il la regarda et leva les yeux au ciel ne pouvant s'empêcher de lâché un :


Ah... Les Femmes....

Très significatif de ce qu'il pensait : Lui dire qu'elle avait mal serait plus simple que de gardé toute sa fierté. Oz ne la jugeait pas, non il lui proposait son aide sans rien demandé en échange, même pas de la reconnaissance. Il s'approcha d'elle et lui prit doucement le bras sans lui demandé plus son avis. Lorsque ses doigts se refermèrent sur le bras de la jeune fille au dessus de la blessure elle put sentir la force qu'il avait. Là il pouvait lui briser le bras, la bloquer contre lui ou tous simplement la laissé filer, on sentait toute la force qu'il possédait malgré ses fausses apparences de Nobles fragiles... Enfin... De loin un oeil fermé en plein brouillard car on ne peut pas dire qu'Oz ait l'air innocent et doux puis qu'ayant de la carrure....

Il ouvrit sa gourde d'eau habilement et laissa de l'eau couler sur la blessure de la jeune fille pour nettoyer. Lorsque cela fut fait il regarda la blessure avant d'ouvrir la seconde fiole. Une odeur sucré mais puissante s'en échappait. Il la passa sous ses narines humectant le parfums doux et puissant de l'alcool. Il but une gorgés du liquide qui en coulant dans sa gorge lui donna l'impression d'avoir chaud, le liquide était fort, 40° au minimum...


Boit...

Ce n'était pas un ordre mais un conseil si elle voulait pouvoir supporter la douleur le plus longtemps possible et reprendre un peu de force. Et puis, Oz se disait qu'une jeune fille comme cela ne doit pas tenir l'alcool, avec un peut de chance elle serait pompette et cela lui redonnerait de l'énergie. Et puis, si il voulait faire un travail propre il devrait la recoudre et ça c'était douloureux... l'alcool permettait de tenir... Oui oui, Oz savait coudre ! Il n'avait pas eut le choix mais avait apprit cela des arabes créateurs de ses lames mais aussi de son don pour la couture des gens... XD Ou alors, la blessure ne semblant pas si mauvaise que sa un simple bandage après avoir arrosé le bras de la jeune fille d'alcool suffirait... mais l'alcool allait la brûlé et elle ne manquerait sûrement pas de hurler ou, si elle se retenait de se mordre violemment...

Oz avait finit par devenir calé en matière de médecine même rustique... L'homme ne fit plus rien se contentant de la tenir. Elle lui avait dit implicitement qu'elle acceptait, plus question de filer maintenant. IL attendait cependant qu'elle boive pour continuer tous en la regardant de la tête au pieds. Ses longues mèches rouges sang semblait luire dans la lumière du soleil levant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/le-recueil-f3/clement-d-oz-t312.
Oblivius
Oblivius



MessageSujet: Re: Une Arrivé...   Mar 15 Avr 2008 - 15:08

HJ La couture des gens XD

C'est d'une main solide qu'il lui prit le bras, et l'examina d'un oeil qui se voulait expert. Sa poigne était solide, mais non menaçante. Un contact chaud sur sa peau satinée et froide, sous le tissus qui la recouvrait. Durant un instant, elle se demanda si elle ne ferait pas mieux de filer. Mais après mûre réflexion, elle était toujours mieux de rester ainsi. Curieuse sur l'inconnu, comme impatiente de voir cette blessure enterrée sous un bandage, elle ne serait sans doute pas dans son meilleur état pour retrouver sa demeure, juste à l'extrémité de la bourgade. Elle essaya de ne pas bouger, se maintenant droite, question de faciliter le travail que l'inconnu avait l'intention de faire sur son bras. Néanmoins, lorsqu'une fiole d'eau vint se déverser sur la blessure, Lys ferma les yeux quelques instants tout en respirant l'air déjà emplie de cet substance âpre qu'était le sang. Le sien et celui de la bête.

Curieusement, le sang n'avait pas cet impact voulue de la peur sucitée chez la majorité des gens. Non, ça ne la dérangeait pas le moins du monde. Allait savoir... Pour elle, c'était tuer ou mourir. Une loi incontournable. Une chaîne inbrisable. Peut-importe la situation voulue, elle savait. Dans cet univers où la sureté n'était pas, et en plus de cet époque qui voulait que les sorcière soient plus souvent qu'autrement des sorcières... C'était elle ou les autres, car elle entendait bien vivre pleinement, en abolissant les règles établies par une société défaillante et en errant librement entre les cimes des arbres, entre les chaumières, à la recherche de sa propre vérité. Sa vérité vallait bien celle des autres...

Les pensées de la jeune femme se bousculaient entre elles, alors qu'elle jetait un nouveau regard autour d'eux. Les oiseaux semblaient s'être tut, les bruissements des feuillages semblaient irréels, alors que, à quelques mètres d'un loup inerte, elle se trouvait avec cet personne, qui, curieusement, l'aidait et la soignait. Cette rencontre dans cette forêt était bien particulière... Que faisait cet homme ici, qui, de plus, elle n'avait jamais vue auparavant? La curiosité commençait à ronger ses entrailles comme à toutes les fois qu'elle partait à la recherche d'informations, en quête de sa propre vérité sur l'identité des gens environs.


Boit...


Sortant de ses pensées diverses, Lys regarda d'un oeil observateur l'objet qu'il lui tendait, d'où un parfum plutôt fort s'en échappait. Prenant cette fiole tendue entre ses doigts fins, elle l'huma quelques secondes avant de ne s'humecter les lèvres légèrement. Lançant un regard à l'inconnu, elle haussa un sourcil et un fin sourire vint se graver sur ses traits de porcelaine avant qu'elle ne se décide à prendre une longue gorgée de la boisson forte. Le liquide se répendit le long de sa gorge, dégageant une certaine chaleur bienfaitrice, alors qu'elle en prenait déjà une gorgée supplémentaire. Elle se doutait bien que ce n'était pas pour la forme qu'il lui proposait ceci. Son petit doigt lui murmurait à l'oeille que ce ne serait pas de tout repos. Esquissant une petite grimace, elle tendit le contenant à son propriétaire tout en le dévisageant légèrement : Juste assez pour que sa curiosité se voit, et pas assez pour qu'il ne se sente agressé du regard.

Avant que tout commence, Lys rechercha le regard de celui qui se proposait pour la soigner, et persa le silence environnant d'une voix cristaline qu'était la sienne, où un certain mystère semblait incrusté à chaque mot prononcé du bout de ses lèvres :


« Puis-je savoir le nom de l'inconnu qui est face à moi? »


Le visage de la jeune demoiselle reprirent leurs traits particuliers de statue de marbre, comme si elle était éternellement figée dans un expression sereine et légèrement froide et loingtaine, alors qu'elle attendait une réponse, ou alors qu'il exécute ce qu'il avait à faire sur cette satanée blessure. Elle n'avait surtout pas besoin d'une blessure à ce jour, mais, comme elle se le disait si bien : « Rien n'arrive pour rien ». Laissant balader ses doigts sur le tronc de l'arbre, elle attendit, silencieuse. Un silence. Simple mais toujours efficace. Un ange aurait put passé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/autres-habitants-f51/lys-gehenne
Oblivius
Oblivius



MessageSujet: Re: Une Arrivé...   Mar 15 Avr 2008 - 19:02

L'odeur du sang ne faisait plus rien à Oz qui la sentait pourtant mais pas comme une odeur forte, puissante, écoeurante, non, comme une odeur naturel. Les fleurs sentent bon le sang sang une odeur particulière. La première fois qu'il avait tuer l'odeur du sang avait envahit ses narines tandis qu'il tuait se retrouvant couvert de sang d'ailleurs... après avoir fait et vue tend d'horreur il se souvient avoir vomit mais par la suite plus rien, l'odeur ne lui fit plus rien et sa vue le réjouissait presque... Oz trouvait jouissant de sentir quelqu'un souffrir sou sa lame comme il trouvait jouissant de tuer ou de voir du sang couler d'une ouverture béante dans la peau d'autrui...

Son Nom? Elle désirait savoir son nom, son prénom plutôt... Oz ne savait pas si il devait le lui dire, en temps normal il se présentait volontiers mais il tiquait à lui donner son prénom... Il ne savait guère pourquoi d'ailleurs, peut être parce qu'il se présentait rarement comme Clement, voyageurs ou comme Oz mais il n'avait encore jamais mit les deux ensemble. Clement d'Oz, qu'elle idée stupide que d'utiliser son véritable prénom et de l'associer à son nom d'artiste, son nom de tueur... Ah! Vivement que cette mission soit finit qu'il puisse redevenir Oz, simplement Oz... Clement préférait se présenter comme Oz ainsi il marquait plus l'esprit, même si il avait beaucoup de respect pour son prénom choisit par sa mère il ne pouvait pas trop le dire! Son prénom étant parfaitement ironique à présent, comment pouvait il dire s'appeler Clément alors qu'il ne l'était pas du tous de clément... Hz avait toujours trouvez son prénom amusant de par l'ironie qu'il y avait toujours eut pour lui dans ce mot. IL savait ou il pensait que sa mère l'avait choisit en espérant que cela le ferais réfléchir ou que tous le croirait Clément mais rien n'y avait fait il était tous de même cruel et sans remords aucun....

Oz ne dit rien récupérant sa fiole puis il la regarda. Son regard gris acier était tranchant, froid, il aurait put paraître cruel mais il savait contenir cette éclat de cruauté et donc on ne pouvait pas le lire dans ses yeux ouragan. Il avait un regard puissant mais aux couleurs pareils à celles d'une pluies d'étoiles... Son regard était identique à celui de Lys en couleur mais pas en forme ni en force... Le jeune homme avait des mèches de cheveux devant les yeux et pour cause même dans la forêt il y avait une légère brise...


Clement...

Doit-il Enfin en dégageant le bras de la jeune fille. IL vit que sa allait, elle n'était pas trop amoché... Elle l'aurait été réellement le loup serait en train de se régalé de son cadavre... Il regarda son visage de poupée de Porcelaine puis reporta son attention sur la blessure. IL fit alors couler de l'alcool sur la blessure pour la soigner. C'était ce moment là qu'il trouvait particulier, il souffrait mais jouissait aussi de sa propre souffrance appréciant de se sentir vivant, appréciant de se sentir vivre. Il ne savait cependant pas ce que la jeune femme allait ressentir à part une douleur intense à cause de l'alcool. Il regarda la blessure en versant s'appliquant à désinfecter partout. Il arrêta et reboucha la fiole d'une main avant de prendre la bande de tissus qu'il trimbalait toujours sur lui. Il en posa un bout sur le bras de la jeune fille et l'entoura formant un bandage serrer mais pas trop qui faisait pression pour arrêter le sang mais aussi pour permettre une cicatrisation plus rapide. Il lui offrait volontiers ce bandage en ayant deux ou trois autres.

Oz... Clement d'Oz

il avait décider de dire son nom en deux fois puis totalement ainsi il n'avait pas trop l'impression de se présenter deux fois. Lorsqu'il eut finit de s'occuper de la jeune fille il retourna à son cheval ranger la gourde d'eau et celle d'alcool qui d'ailleurs était presque vide. IL faudra qu'il trouve un bon vendeur de vin, et un vendeur de liqueur, miam de la liqueur... Oz la regarda de nouveau lui proposant silencieusement de venir avec lui jusqu'à forbach... Elle avait beau être sale il n'avait pas le coeur à la laissé là maintenant qu'il savait que derrière des cheveux mal peignés il y avait un visage et une voix d'Ange.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/le-recueil-f3/clement-d-oz-t312.
Oblivius
Oblivius



MessageSujet: Re: Une Arrivé...   Mer 16 Avr 2008 - 14:59

Clement. Un prénom singulier. Ainsi, après hésitation elle avait un nom à se mettre sous la dent. Un imperçeptible sourire se glissa sur les lèvres de la demoiselle, restant silencieuse, toujours plus silencieuse. Le sourire ne se prêterait pas dans dans la suite logique des évènements, ç'en était une certitude pour Lys. Il y eu un regard, où les deux silhouettes se dévisagèrent quelques instants, avant que, sans passer par quelque détour que ce soit, il lâcha son bras, reportant son regard et toute son attention sur la blessure. Une fois de plus, la curiosité revint au galop. Aussi se demanda-t-elle ce qu'il pouvait bien penser à ce moment précis.

Il laissa finalement le contenu de la fiole d'alcool se répendre sur la plaie, laissant le corps de la jeune femme crispée, alors que certains gémissement sortait de sa bouche. Avec sa main valide, elle vint mettre son poing dans sa bouche, question de savoir mordre quelque chose. Une fois ses dents bien incrustées dans la chair de sa main, Lys n'émit plus aucun bruit, laissant son regard se lever vers le ciel, à chaque goûte versée sur la blessure. Bien que douloureux et étrange comme sensation, il n'en restait pas moins qu'elle était capable d'endurer. Elle n'était pas à l'article de la mort, et elle le savait plus que bien. C'était même euphorique. Puis le liquide arrêta de se répendre, au bout de quelques secondes seulement. Une vingtaine de seconde était devenue une vingtaine de minute, si elle ne se fiait qu'à sa perçeption du moment.

Après une bonne rasade sur son bras, ce fut le moment de l'application d'un bandage. Décidément, l'inconnu aux yeux froids et distants savait bien emmener les utilités de la là où il allait, peut-importe ce qu'il faisait ici, à ce moment. Ce n'était qu'une bénédiction supplémentaire pour elle. Peut-être devrait-elle, à l'avenir, se procurer certaines choses en vue de ses balades matinales dans les bois environants... Laissant sa main là où elle était -confortablement instalée dans sa bouche, entre ses canines-, elle laissa vagabonder son regard sur les mains de Clement qui s'affairait à serrer le bandage autour de son bras, d'une poigne habille et forte, laissant témoigner qu'il n'en était certes pas à sa première intervention du genre. Serait-il un honnête voyageur parcourant en toute gentillesse les campagnes et les bourgades? Sourire. Elle en doutait. Nouveau sourire malgré la douleur qui persistait.


Oz... Clement d'Oz


Ainsi, il lui dévoilait volontiers son nom complet, alors qu'il finissait son travail sur son bras. Sur cette note, la demoiselle finit par lâcher son prénom, peut lui importait si cela tomberait dans l'oeille d'un sourd ou non :

« Lys »


Il retourna près de son cheval, la majestueuse bête attendant toujours docilement les instructions de son maître pour partir. Il rangea ses outils, les deux fioles, alors que la jeune Gehenne essayait de soulever son bras, observant le bandage sous tous ses angles. La douleur était toujours persistance, mais bien moins violente que plus tôt, elle devait en convenir. Il se retourna soudain, lui lançant un regard, incitant Lys à le suivre. Haussant un sourcil interrogateur, elle lança un regard en direction du cheval, pour ensuite s'avancer lentement, d'un pas feutré, calculé. Rendue à quelques pas de la bête, elle leva une main, lentement, en laissant l'animal la sentir, espérant être capable de lui toucher. Jamais elle n'avait touché un cheval, et encore moins être montée sur l'un d'entre eux. Attendant de voir si il aimait mieux rester fièrement droit sans se faire cajôler, ou si il accepterait de se faire toucher, la demoiselle, dont le regard était encré dans celui de l'animal comme si elle et lui ne faisait plus qu'un, dans une harmonie étrange, sa voix s'éleva de nouveau, brisant le silence, si doux, si pur, qui les entouraient :

« Je n'ai jamais eu la chance de voir l'un de ces admirables animaux de si près... »


Elle ne bougeait pas, le bras toujours tendue vers le cheval, alors que celui qui était entouré de bandages était posé le long de son corps. Comment les gens montaient à cheval? Un mince sourire vint flotter sur ses lèvres, alors qu'elle attendait un signe quelconque de son nouveau partenaire du silence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/autres-habitants-f51/lys-gehenne
Oblivius
Oblivius



MessageSujet: Re: Une Arrivé...   Mer 16 Avr 2008 - 17:04

Malgré les apparences Clement avait parfaitement entendu le prénom de la jeune fille. Il avait une fâcheuse tendance à cela, ne pas paraître ce qu'il était, d'ailleurs c'est ce qui lui permettait de survivre... Les apparences, c'était l'un des terrains de chasse préféré d'Oz qui se jouait de tous en permanence, paraître doux ici froid là, intelligent face à elle idiot face à lui.... Tous n'était que Ruse, mesquinerie, Fourberies... D'ailleurs l'homme n'était pour lui qu'une vaste apparences, en dessous des jupons dorée de ces dames ou des chapeaux de ces messieurs il n'y avait que des bêtes luttant pour survivre et pour grimper la hiérarchie par n'importe quel moyens...

Apparence, c'est bien cela... De l'extérieur Oz n'était qu'un voyageur faussement innocent et solitaire alors qu'à l'intérieur... Oz, Oz, doux Oz, il faudra un jour que tu cesse de mentir, de jouer la comédie. Oui, jouer sur les apparences c'est jouer la comédie, Clement avait bien comprit cela quelques années au paravent et depuis il jouait une pièce de théâtre interprétant de nombreux rôles mais restant celui dont on ne se souvient jamais, l'ombre qu'on oublie une fois qu'elle à accomplis son oeuvre... Clement était devenu sans même s'en rendre comte le bras droit de la mort, son compagnon et il la côtoyait depuis des lustres... Des légendes donneraient peut être plus tard un autre prénom à sa personne mais le décrirait toujours pareillement : un cavalier solitaire au cheveux méchés de rouge galopants dans la nuit pour offrir de nombreuses âmes à sa compagne, la mort.

Lys, dans son esprit Oz analysait le prénom Lys. Une fleur tous d'abord, une belle fleur aux pétales d'un blanc laiteux tous comme le teint de la paysanne. Une fleur signe d'un puissant Monarque, alors qu'elle n'était qu'une paysanne, c'était ironique là... Dire ouvertement que la fleur d'un Monarque c'est une paysanne signifiait clairement pour Oz qu'un Monarque n'est rien sans sa fleur, sans ses sujets... Douce Lys, tu as le prénom de toute une idée... Oz sourit en se souvenant de quelques fleurs, très rare, noir et se dit que cela allait aussi bien à cause de la couleur des cheveux de la fameuse pucelle. Oz resta d'ailleurs quelques instant à l'observer, la détaillant du regard l'imaginant lavé, coiffé et habiller autrement. Elle aurait du chien et du charme et pourrait même en devenir Désirable.

Oz une main toujours sur la scelle la regarda s'approcher à pas de chat comme si au moindre mouvement Ydrie allait fuir. Il observa son manège avant de comprendre que dans cette bourgade le peuple ne possède guère de chevaux, Oz avait passé tend de temps avec des gens en ayant qu'il finissait par oublier le prix d'un de c'est formidable animaux... Il ne bougea pas du tous la regardant approcher sa main pour caresser Ydrie, curieux de voir ce qu'elle allait faire après. Elle lui dit d'ailleurs ce qu'il venait de deviner et acciesta ensuite silencieusement.

Ydrie lui ne bougeait pas, il avait sentit son ami revenir pour redisposer les fioles dans la sacoche et n'en avait pas tenu compte. Ydrie c'était contenter de tourner légèrement la tête pour voir Oz faire. Il tourna ensuite ses oreilles et son regard vers la jeune fille qui s'approchait en croyant ne pas faire de bruit. L'étalon la regarda sans bouger. Si elle croyait qu'il avait peur d'elle elle se fichait le doigt dans l'oeil, il pouvait la piétiner comme il voulait! L'animal ne bougeait pas du tous, enfin, il souffla bruyamment mais pas pour lui faire peur, non, il soufflait bruyamment de temps en temps, ce n'avait rien de méchant c'était un peu comme si il disait : "Bon, tu te décide ou tu reste la main comme ça jusqu'à la Sain Glinglin".


Il y a une première fois à tout... Allez y Lys, n'ayez pas peur, il n'est pas méchant.

Oz ne pouvait rien faire, c'était à elle de faire le premier pas vers Ydrie pour voir si l'animal bougerait. Il avait entièrement confiance en l'animal à la robe souris et donc savait qu'il ne dirait rien. Oz savait que la bienséance voulait qu'il la raccompagne chez elle après l'avoir aider et donc il savait qu'il allait la raccompagne, elle allait donc soit être sur le cheval soit il finirait son voyage à pied avec elle si elle avait peur du cheval. Il lui sourit, un sourire doux et tendre qui n'était qu'une face car en réalité il ne pensait rien d'elle à part qu'elle aimait le silence et que c'était plus agréable que les pipelettes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/le-recueil-f3/clement-d-oz-t312.
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une Arrivé...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une Arrivé...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Witch Slay :: Parmi les Sylves - Alentours :: La Montagne de la Fraternité :: Le Sentier-