AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Nathaniel Ferraut

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mort(e)
Mort(e)



MessageSujet: Nathaniel Ferraut   Mer 18 Mar 2009 - 4:24

Mort tué par le frère Jonas.





Nom : Ferraut

Prénom : Nathaniel

Pseudonyme au sein de la Guilde : L'estropié, ou encore le Maitre du Savoir, des noms que je n'affectionne pas particulièrement.

Âge : 29 ans

Titre : Ecclésiastique

Métier : Exorciste

Lieu de Résidence : Château de Frauenberg

Sentiment vis-à-vis des autres disciples du Père Marcus : Ce sont mes amis, les seuls que j’ai à vrai dire. Je les aime bien, beaucoup même, mais le comportement de certains me fait émettre quelques réserves. Il est des caractères qui ne se marient pas.

Sentiments vis-à-vis de l’Inquisition : Disons que je ne suis pas rassuré par eux. Quand on voit comment ils agissent j’ai plus l’impression qu’il s’agit de fanatiques qu’autre chose. Je n’ose imaginer leur réaction s’ils apprenaient que nous ne sommes pas ce que nous prétendons être.

Sentiments vis-à-vis de l’existence possible de Sorcières : Je suis sceptique, je vous l’avoue. J’ai du mal à croire que la sorcellerie puisse exister. Ce ne sont sans doute que de pauvres femmes païennes, dévouées à un quelconque culte antique. C’est cela qui fâche l’Eglise. On ne doit servir que Dieu seul, et nul autre. Leurs potions ? Des recettes ancestrales, dont je doute de l’effet. A part vous filer la colique, je ne vois pas ce qu’on peut leur attribuer comme autre capacités.

Objectif éventuel de développement : Faire en sorte que les exorcistes réussissent dans leur tâche, et pourquoi pas devenir un véritable exorciste et non pas un charlatan. Et découvrir quel partit il prendra en apprenant la vérité sur les sorcières.

Signe distinctif : Je marche avec une canne, étant donné que je boite à une de mes jambes. Un accident survenu lors d’une de nos fausses séances d’exorcisme.

Description physique : Ce que l’on peut remarquer directement chez moi c’est que je n’ai pas la carrure d’un soldat, voire même d’un combattant. Je ne suis pas chétif, mais pas non plus musclé comme la plupart des hommes. Il faut dire que je n’ai jamais vraiment effectué de travail manuel. Mes mains ne sont pas celles d’hommes, si on excepte les poils sur leur dos. Ce que je veux dire c’est qu’elles ne sont pas calleuses ou burinées par le travail. Comme certains de mes frères disent, je suis un rat de bibliothèque.
Je mesure un mètre soixante-seize, une taille respectable. Comme tout homme j’ai une bonne pilosité, tant sur les bras et les jambes que sur le torse. Je ne suis pas maigre ni gras, je me porte bien dirons-nous. A dire vrai, beaucoup de moines ont la même corpulence que moi. La seule chose qui me distingue c’est la forme bizarre de mon genou sur la jambe droite. Je me suis pris une fourche de plein fouet, je vous raconterais plus tard comment cela m’est arrivé. Tout ce qu’il faut savoir c’est que je boite. Mon genou ne peux plus se plier que légèrement. Plus, cela me fait horriblement mal. Voila pourquoi j’ai besoin d’une canne, afin de soulager ma jambe quand je marche.

Passons à mon visage. Il est tout en long, et malgré quelques signes pouvant paraitre dur, reste doux et avenant. J’ai des sourcils prononcés, un nez volontaire et un menton assez carré. Toutefois, ce dernier ne se voit pas car il est dissimulé derrière une barbichette. Quand à mes sourcils, on les oublie lorsqu’on voit mes yeux bleus ciel et beaucoup trop expressifs aux yeux de certains, et certaines. Mes cheveux sont noirs de jais et longs, noués derrière la nuque par un ruban sombre.

Ma tenue se compose de chaussures noires, de bas blancs, d’un haut-de-chausse de bonne facture bleu, d’une chemise à jabot blanche avec des dentelles aux poignets, ainsi qu’une veste bleu assortie au pantalon, avec des boutons argentées. Une cape noire à capuche vient prendre place sur mes épaules pour quand je sors dans la rue.

Description psychologique : Que dire de moi ? Je ne suis pas un mauvais bougre. Je n’ai jamais fait de mal à qui que ce soit, n’ai tué personne. Tout ce que j’ai fait c’est abuser de la crédulité de certaines personnes. Il faut bien survivre non ? Avec les disciples du Père Marcus nous avons décidé de monter ce canular pour survivre en tout premier lieu. Il nous fallait manger, et pour manger il fallait de l’argent. Voila en partie pourquoi nous avons commencé notre manège.

Pour ma part, je suis un perfectionniste. Il ne fallait pas qu’on puisse découvrir la supercherie alors j’ai commencé à écrire des formules d’exorcismes plus vrais que nature. J’ai aussi créé les rituels pour mes amis, donnant à nos prestations un tel semblant de vérité que tous étaient obligés d’y croire. Je me suis lancé là-dedans comme une revanche. Je voulais croire à notre mission, vraiment. Mais la dure réalité nous a rattrapée. Il n’y avait pas de démons, ni de fantôme. Ce n’étaient que des mensonges. Mais je n’allais pas baisser les bras. Nous allions créer nos démons, et moi les moyens de les chasser.

Hormis ce coté peu glorieux de ma personne, je suis quelqu’un de bien. J’apporte mon aide aux gens, bien que ma jambe ne me permette pas de grands exploits. Après tout, nous ne sommes méchants. Je suis plutôt du genre discret et effacé, n’étant pas aussi exubérant que certains de mes compagnons. Le fait de créer ces formules est aussi un moyen de me distinguer, de m’affirmer et de me démarquer. Sinon je passe pas mal de temps à lire, un travers que j’ai toujours eu. On apprend tant de choses dans les livres, comment s’en lasser ? Et puis cela me permet de rêver à des choses que je ne pourrais sans doute jamais faire à cause de ma jambe.

D’ailleurs, cela me fait penser, j’ai remarqué une chose. Le fait de boiter à tendance à me faire paraitre fragile auprès des gens, surtout des femmes. Pour tout vous dire, en un sens j’aime ça, mais ce que je n’aime pas c’est paraitre impotent. Je suis blessé, pas incapable. J’ai une main de libre, et sait l’exploiter, alors ne me prenez pas pour un faible.

Autre(s) : Je suis un expert dans l’utilisation de ma canne en tant qu’arme de défense (quand je ne tombe pas par terre).




7 novembre de l’an de grâce 1599, dans le village de Rouffach en Alsace.

La famille Ferraut met au monde un petit garçon qu’ils prénommeront Nathaniel. Ce garçon c’est moi. Je n’étais pas le premier enfant, mais le second, ayant un frère de trois ans mon ainé. Ma famille était modeste, appartenant au tiers état. Mon père était tailleur, mais le fait de vivre dans cette région a fait qu’il ne s’est pas fait énormément connaitre. Voila pourquoi nous avions de quoi vivre, mais pas assez pour nous permettre une vie oisive. Beaucoup de tailleurs sont des bourgeois, mais pas nous. Ma mère voulait que nous tentions d’aller à la capitale pour vendre nos étoffes, mais père refusait. Il craignait la concurrence et la ville en elle-même. Trop dangereuse disait-il. Voila pourquoi nous sommes toujours restés cloitrés dans notre village natal.

Comme mon frère, j’ai appris à faire les vêtements, coudre réparer les accrocs comme tout bon tailleur. Après je fus le seul à m’en occuper avec père, mon frère s’occupant des finances. Il était très doué pour ça il faut reconnaitre. Grâce à lui nous savions où nous en étions, quelles périodes seraient rudes ou non, combien il nous fallait gagner pour pouvoir passer une saison confortable…

Germain, c’était son nom, hériterait de l’affaire familiale. Quant à moi, à moins que je ne trouve mieux comme situation, je travaillerais pour lui. Ma vie était toute tracée. Ou du moins je le croyais. En l’an de grâce 1618, ma vie a basculée. J’étais partie à Mulhouse pour aller chercher des étoffes afin de travailler sur de nouveaux habits, quand j’aperçus de la fumée au loin. Il venait de mon village. Pressant mon cheval je suis revenu pour constater alors l’impossible. Notre maison était en flammes, tout comme les masures avoisinantes. Avec d’autres villageois nous avons éteint le feu, et découvrîmes dans les décombres les cadavres de ma famille. Que s’était-il passé ? Une bougie était tombée sur les tissus qui avaient tout enflammé ? Je ne sais pas. Toujours est-il que j’étais seul et sans foyer. Qu’ai-je fait alors ? Je suis partit. Je n’avais plus rien à faire ici. Et surtout je n’avais pas de quoi me payer une nouvelle maison. J’ai revendu les tissus achetés et suis partit.

Confus et perdu, j’ai erré un moment avant de tomber sur une délégation se rendant au monastère de Weisdena. J’avais faim, ne parvenant pas à survivre par mes propres moyens. Qu’ai-je fait ? Je leur ais dit que je me rendais moi-même là-bas afin de devenir moine. Mon premier mensonge. Je ne souhaitais nullement rejoindre cette voie, mais au moins je serais au nourrit et logé. Une fois au monastère, on me nomma novice et je commençais ma nouvelle vie. Une vie morne mais dans laquelle je me découvrais un intérêt pour la littérature. Cette dernière était essentiellement liturgique, mais elle m’intéressait. J’appris aussi à parler, lire et écrire plusieurs langues, en premier le suédois, ensuite le latin, le grec et le germain. Je devins traducteur, recopiant les textes en latin pour la plupart. Cela m’occupait, mais ce n’était pas la vie que je voulais. Seulement je n’avais pas le choix, alors je faisais avec.

Mon salut vint quelques années plus tard, en la personne du père Marcus. Il m’offrait le moyen de quitter cette vie morne et ennuyeuse. Avec d’autres j’ai fait ma demande au père abbé, lui faisant comprendre que c’était mon destin d’aider ce saint homme à chasser le mal, à purifier notre monde des forces démoniaques qui le peuplaient. Il accepta, et c’est ainsi que nous sommes partis sur les routes pour exorciser le mal. J’aimais cette idée. Pouvoir chasser les démons et autres esprits, délivrer les villages de l’influence démoniaque… Nous allions faire quelque chose de bien.

Seulement voila, ce n’était pas la vie à laquelle que je pensais. De démons ou de fantômes, nous n’en avons même pas vu la moindre présence. Le père Marcus nous enseigna la différence entre les différents esprits et démons, l’importance des formules etc. Mais comment exorciser quelqu’un, un objet ou renvoyer un esprit dans l’Au-delà, ça non. Aussi lorsqu’il mourut nous nous sommes retrouvés comme des idiots, à ne pas savoir quoi faire. Nous avions poursuivit une chimère. Fantômes, sorcières et autres démons n’existaient pas. Tout cela n’était qu’affabulations. Qu’allions nous faire ? Retourner au monastère ? Dire que nous nous sommes trompés ? Non, je ne pouvais pas l’accepter.

C’est alors que Jonas émit l’idée de créer nos démons. Le nom du père Marcus était connu et respecté, nous pourrions l’user pour faire croire aux esprits et venir en sauveurs. Qui disait que le père Marcus ne l’avait pas fait avant nous ? Avant de l’enterrer j’ai pu récupérer sur lui deux ouvrages, des livres d’exorcisme. Je doutais de leur utilité, mais bon qui savait, ils pouvaient servir.

Et ils ont servis. En effet grâce à eux j’ai pu inventer des fausses formules, afin de rendre nos exorcismes plus réels. J’ai repris certains rituels des ouvrages de père Marcus avant de les modifier pour en faire quelque chose de plus impressionnant. J’ai même poussé le vice jusqu’à écrire un livre avec toutes ces formules et rituels, créant ainsi le livre sacré des Disciples de Père Marcus, celui qui nous aide dans notre chasse aux fantômes.

Les mois passèrent, et notre renommé grandit. Nos prestations devinrent même plus impressionnantes au fil du temps. C’est d’ailleurs cela qui causa mon accident. Nous étions dans une grange à faire notre numéro, l’un de mes camarades jouant un paysan hardi devait lancer une fourche sur un mannequin habillé d’un tissu grotesque. Il devait montrer que les armes conventionnelles ne marchaient pas sur eux. Seulement la poudre servant aux effets pyrotechnique a explosé trop tôt, sa vision s’est vue faussée. La fourche manqua le mannequin et me transperça la jambe.

Esculape devait veiller sur moi, car je n’attrapais pas la gangrène. Par contre mon genou était détruit. Depuis je ne peux plus le plier et je suis obligé d’user d’une canne pour marcher. Je n’en veux pas à mon camarade, mais disons que cela nous incite à être plus prudent depuis. En plus, cet accident nous a permis de montrer les risques de notre métier, arguant que cette blessure était due à un combat contre les forces du mal.

Nous jouissions d’une belle vie, faite des plaisirs les plus simples : nourriture, boisson, femmes, lorsqu’une lettre du pape nous ordonnait de nous rendre à Forbach pour exorciser la ville. Nous étions piégés. Il nous fallait nous rendre là-bas et libérer la ville. Seulement la libérer de quoi ? Nous étions bien placés pour savoir que fantômes et sorcières n’existaient pas.

C’est ainsi que nous sommes arrivés dans la région. Il ne nous reste plus qu’à découvrir ce qui terrifie les habitants et monter un canular assez crédible pour leur faire croire qu’ils sont libérés du mal. Comme d’habitude en sommes, non ?


Comment avez-vous entendu parler de The Witch Slay ?Par une amie, il y a longtemps. Depuis quelques mois j’hésite à m’inscrire jusqu’à ce que je me décide enfin en voyant la pub faite par Eleonor.

Qu'est ce qui vous à le plus plu sur ce forum ? Le contexte me plait beaucoup, ainsi que le design.

Disponibilité : Je suis disponible toute la semaine, pouvant passer pratiquement à n’importe quelle heure dans la journée. Il n’y a que les week-ends ou je suis rarement présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/le-recueil-f3/nathaniel-ferraut-
Oblivius
Oblivius



MessageSujet: Re: Nathaniel Ferraut   Mer 18 Mar 2009 - 17:08

Ouh mon Nathan I love you
Bienvenue!
Personnellement, je n'ai rien à redire, tout me semble bon et en adéquation avec ce qu'on sait des Exorcistes et les fiches de tes petits camarades Wink
Je laisse donc un admin rajouter quelque chose ou te valider et te mettre ton rang et tes couleurs huhu

(Ouf une fiche qui fait pas trois posts Laughing )

witch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/Premieres-Lueurs-c5/Le-Recueil-f
Meneuse
Meneuse
avatar


MessageSujet: Re: Nathaniel Ferraut   Mer 18 Mar 2009 - 21:25

Très bien ! Ely a tout dit !

Fiche Validée !


Bienvenue à Forbach ! (Pour le RP d'entrée des exorcistes j'ai une porposition à vous faire via MP d'ici peu) Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/viewtopic.forum?t=9
Mort(e)
Mort(e)



MessageSujet: Re: Nathaniel Ferraut   Mer 18 Mar 2009 - 22:05

Merci beaucoup Alicia ^^

Eleonor > Oui j'ai fait gaffe à pas en faire de trop. Je voulais pas effrayer tout le monde avec une de mes habituelles grandes fiches XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/le-recueil-f3/nathaniel-ferraut-
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nathaniel Ferraut   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nathaniel Ferraut

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Witch Slay :: Premières Lueurs :: Le Recueil :: Fiches Personnages :: Le Mausolée-