AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une nuit violette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oblivius
Oblivius



MessageSujet: Une nuit violette   Lun 26 Oct 2009 - 12:03

Au sortir de l'église, une silhouette féminine se découpait dans les faibles lumières de la grande rue.
Une canne gainée de cuir frappait les pavés lisses à un rythme lent, frôlant à peine le velours de la robe prune. Une longue cape dans le dos flottait au grès de la brise nocturne, au rythme des pas.

Quelle étrange nuit solitaire, pleine d'ombres et de spectres. La nuit est un royaume dont les humains se gardent. Seules les sorcières sont dignes de figurer au bal.
En cachant bien des secrets, la lune révèle toutes les vérités.

"Principesă albă..."

Le doux murmure s'éleva vers le ciel indigo. Deux iris céladon étaient posés sur l'astre blafard. Et la main libre baissa le large capuchon, libérant de brillants cheveux blonds.

Lasse de sa promenade, la jeune fille avisa un banc à quelques pas. Elle s'y assit, bras droit tendu, paume au pommeau, et canne perpendiculaire au sol.

Quel rencontre ferait-elle ce soir ? Dans cette grande rue, éclairée par quelques feu-follets...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/le-recueil-f3/ecaterina-gavril-t
Mort(e)
Mort(e)



MessageSujet: Re: Une nuit violette   Lun 26 Oct 2009 - 18:29

Gabriel Touchedieu sortit d’un bordel en se remontant le pantalon. Ivre, mais toujours lucide, il entama une marche hasardeuse vers la Collégiale, où il espérait bien ne pas être pincé. Les inquisiteurs étaient parfois si coincés, plus encore que le petit Philip. Il avait passé une excellente soirée, commencée dans une taverne où il avait fait un concours du plus gros buveur et avait fait roulé sous la table un petit jeune de vingt ans, puis avait fait une déclaration enflammée en vers et en rôts, avant de se défouler dans une partie de pattes en l’air payante avec une fille de joie qui avait demandé à voir son « gourdin ». Par bonté d’âme, il avait joué avec, et une fois de plus il s’était montré à lui-même qu’il tenait encore autant la route que les petits jeunes. Quoi qu’on en dise, le Gourdin de l’Inquisition n’était pas encore rouillé, quant bien même il serait deux fois plus âgé que la plupart des ses collègues. Il tituba un petit peu, puis beugla un air qui ne convenait pas aux oreilles saintes :

«On fait l'amouuur sans préliminaiiiires
Et on ne laisse plus la Nature faiiiiire

C'est pourquoi je demande que la Nature faaaase
Ce qu'il faut faire quand je suis avec une p...aaasse!

Youpii ! Hé hé hé ! »


La poésie d’un tel texte était plus que discutable, et le raffinement d’un tel personnage était assurément inexistant. Mais que pouvait on demander de la part de Gabriel Touchedieu ? Sobre, il n’était déjà pas à sa place dans une société civilisée. Ivre, il ne fallait plus rien lui demander. Il continua de tituber, de tourner, puis de jurer, pester avant de se rendre compte… qu’il était perdu ! C’était très désagréable.

Il était dans une grande rue, avec pas un chat, mais des commères qui le regardaient derrière les volets. A la recherche d’aides plus actives, il regarda autour de lui. La seule chose visible, c’était une jeune fille dans la grande rue. S’il l’accostait comme ca, il était clair qu’elle allait s’enfuir sans même demander son reste. Gabriel Touchedieu fit l’effort de se reprendre et de dompter son ivresse. Grâce à de longues années de pratique, il put reprendre un certain ascendant sur lui-même, et aller quasiment droit jusqu’à elle. Il s’immobilisa à deux mètres. Puis il se mit à balbutier :


« Bonjour Mademoiselle, Gabriel Touchedieu, Inquisiteur pour la très Sainte Inquisition (de quoi pouvait on être inquisiteur sinon ?). Je cherche à regagner la Collégiale, mais… ma tête ne sait plus vraiment où elle en est. Pourriez vous je vous prie me guider jusque là ? »

Pour une fois, il n’y avait aucune intention coquine derrière la phrase. Le brigand inquisiteur était réellement ivre et ne songeait plus à autre chose qu’à se rentrer. La partie amusante de la soirée était terminée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/inquisiteurs-f50/gabriel-touched
Oblivius
Oblivius



MessageSujet: Re: Une nuit violette   Lun 26 Oct 2009 - 18:53

En entendant le soulard à plusieurs mètres, le sourire flou s'était esquissé sur les lèvres d'Ecaterina. Elle avait levé le menton vers le phénomène et admiré la façon qu'il avait de rater le caniveau.

*Pathétique vieillard...* avait-elle pensé, quoiqu'amusée par le spectacle grotesque.
Si Andrei avait été là, il aurait sans aucun doute mis ses mains sur les chastes oreilles de sa protégée pour qu'elles ne perçoivent point cette grossière chansonnette.

Et le voilà qui marchait pratiquement en ligne droite jusqu'à elle, lui déclamer fièrement son appartenance à cette engeance !

"Perdu ?" comprit-elle sincèrement surprise, en papillonnant des yeux innocents.

C'était l'occasion où jamais !
Non, trop tôt.

Mais peut-être lui jouer un petit tour ?
Ou alors...

Elle sourit avec bienveillance à l'Inquisiteur en se levant, aidée de sa canne.

"Mais bien sûr, monseigneur Touchedieu, répondit-elle en baissant humblement la tête. Votre désaccord entêté ainsi vous cause souvent du tort ?" plaisanta-t-elle en se tenant debout face à lui.

Souriante, elle remonta son capuchon de sa main libre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/le-recueil-f3/ecaterina-gavril-t
Mort(e)
Mort(e)



MessageSujet: Re: Une nuit violette   Jeu 29 Oct 2009 - 0:29

Gabriel Touchedieu était à mi-chemin entre la lucidité et le comas total. Les vapeurs avaient jusqu’ici été très agréable, lui permettant de flotter et d’oublier pour une fois ces histoires de sorcières à chasser. Mais avec le froid, elles devenaient au contraire désagréable au possible.

En même temps, il ne pouvait raisonnablement songer à se passer de ce genre des soirées illégales. Depuis qu’il était ici, l’ambiance avait été particulièrement pesante. Tout au long de sa vie, Gabriel Touchedieu avait combattu des ennemis clairement identifiés : bandes rivales, police, armée, puis protestants, sectes diverses. Mais les sorcières de Forbach elles étaient nettement plus secrètes. Déjà elles étaient fondues dans la population, et la population était muette. Pour l’homme de terrain et d’action qu’était Gabriel Touchedieu, c’était franchement déroutant. S’il n’avait tenu qu’à lui, il aurait pris les torches et aurait incendié le village et tué les rescapés.

Seulement voilà : son chef, Louis Institutoris n’était pas d’accord. Il y avait d’autres moyens. Plus subtils. Plus retors.


*Plus subtils mon … !*

Et maintenant, on devait gérer non seulement la traque de sorcières invisibles mais aussi la présence d’exorcistes saltimbanques qui ramenaient directement leur arrogance de Rome la Sainte. La vie était compliquée, affreusement compliquée pour les inquisiteurs en ce moment. On ne pouvait pas foncer dans le tas, on ne pouvait pas frapper jusqu’au moment où l’on trouvait ce qu’on cherchait, et Louis se révélait être un homme timoré.

Il avait plus que besoin d’être saoul pour supporter tout ca. Dieu, si une sorcière lui tombait sous la main à l’instant même, il lui éclaterait la tête contre la muraille. Pour de bon. En attendant, sans réfléchir davantage à pourquoi une jeune fille se promenait sans peur la nuit, ce qui en temps normal l’aurait alerté, il se contenta de lui dire :


« Ouais… Enfin, je finis pas trop souvent dans cet état tout de même… Sinon je ne resterais pas longtemps sous les ordres de Monseigneur Louis… »


C’est fou ce qu’il pouvait être poli quand il était ivre. Il se répugnait lui-même.

« Enfin, si je finis pas la nuit dans mon lit, je sens que je vais en prendre pour mon grade… Bon… Vous me montrez le chemin oui ? Je tiens pas à passer la fin de cette nuit ailleurs qu’entre quatres murs. »

Il fit un pas très hésitant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/inquisiteurs-f50/gabriel-touched
Oblivius
Oblivius



MessageSujet: Re: Une nuit violette   Jeu 29 Oct 2009 - 10:20

La prise d'Ecaterina se resserra légèrement sur le pommeau de sa canne, pourtant, son sourire s'élargit en douceur.

A quelques pas devant lui, elle s'arrêta.

"Il se fait tard, je dois rentrer avant que mes parents ne s'inquiètent, marmonna-t-elle à moitié pour elle-même. Je vais vous indiquer le chemin, essayez de faire fonctionner votre mémoire, messire ?"

Sa tête tourna de gauche à droite, puis se leva vers le ciel tandis qu'après un bref instant d'hésitation, ses lèvres répétaient les indications du chemin à suivre.

"Ah, oui, je connais un raccourci à partir d'ici, vous remontez la rue, commença-t-elle en accompagnant ses dires d'une direction pointée de sa canne, au cinquième lampadaire, vous prenez la petite rue sur la droite, vous la suivez... Et vous arriverez à la Collégiale en temps et en heure."

Elle se tourna vers lui en dissimulant un bâillement de sa main libre. Quelques secondes plus tôt, elle avait songé à lui indiquer un chemin erroné, histoire de le perdre un peu plus... Mais la jeune fille était lasse de fatigue et aussi capricieuse qu'une fée. Pour cette fois, pas de mauvais tour. Finalement, avoir passé la journée à arpenter les rues de Forbach pour les mémoriser se révélait ludique.

"Vous vous souviendrez ?" demanda-t-elle d'un ton affable. Les traits de son visage exprimaient de la bienveillance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/le-recueil-f3/ecaterina-gavril-t
Mort(e)
Mort(e)



MessageSujet: Re: Une nuit violette   Sam 7 Nov 2009 - 18:51

Mine de rien, l'air frais commençait à organiser un tout petit peu les idées de Touchedieu. Maintenant il savait où il allait aller. Il ne savait pas vraiment où il était, mais il savait comment se rendre depuis où il était. C'était déjà pas mal.

Alors il suffisait de remonter la rue, ca c'était faisable. Puis au... c'était le quatrième ou le cinquième lampadaire? Il fit un effort démesuré pour se concentrer. Il eut une idée de génie.


"Pardon, jeune fille."

Il l'interrompit, alla à la fontaine, prit une grande inspiration et se plongea la tête dans l'eau froide. Il en émergea très vite en crachant et s'ébrouant comme un chien. D'ailleurs, son odeur elle même en était assez proche. Pour se débarasser de l'odeur de l'alcool, des prostituées, il faudrait qu'il se plonge entièrement dans la fontaine, et il y a des sacrifices que Gabriel Touchedieu n'était pas prêt à faire. Il avait déjà risqué la mort en plongeant sa tête dans de l'eau, ce n'était pas très sain.

Il revint vers la jeune fille
*Au fait elle s'appelle comment?* Il chassa cette pensée d'un geste de main rageur. Il y avait plus important que de connaître le nom de toutes les femelle qu'il croisait.

"Bon vous disiez donc le cinquième lampadaire? Ouais... la petite rue à droite ouais... A la collégiale, ouais..."


Il se donna deux claques, histoire de rétablir la circulation dans le cerveau puis partit d'un pas tout de même plus assuré qu'avant de se plonger la tête dans la fontaine. Par dessus son épaule, il dit simplement:

"Un jour jeune fille, je te remercierais comme il faut hé hé hé!"

Sans même se rendre compte jusqu'à quel point il pouvait être grossier, Gabriel Touchedieu compta les lampadaires sur ses doigts.

*Euh... un... après un, c'est deux... après deux c'est trois... après trois, c'est quatre ou c'est cinq?*


Il en avait oublié jusqu'à l'enseignement qu'il avait reçu au Collège Jésuite. Peu importait, il arrivait à la Collégiale. La seule chose qui comptait à présent c'était retrouver son lit le plus vite possible et sans gêneur.

S'il avait su qu'il était passé à côté d'une sorcière, il se serait maudit et aurait rameuté ses hommes sans même la permission d'Institutoris. Mais là, à ce moment précis, Gabriel Touchedieu n'était rien d'autre qu'un vieux brigand bourré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/inquisiteurs-f50/gabriel-touched
Oblivius
Oblivius



MessageSujet: Re: Une nuit violette   Mar 10 Nov 2009 - 12:53

Ecaterina sourit poliment au grossier personnage avant de lui souhaiter la bonne nuit. Elle le suivit ensuite des yeux, son amusement étant retombé, son regard céladon fixe n'était plus qu'un poison suintant sur le dos du vieillard.

Quand il fut hors portée d'ouïe, elle marmonna avec un autre sourire qui s'étira... lentement, laissant apparaître une à une sa dentition nacrée comme autant de crocs aiguisés.

"Plus tard, tu te mordras les doigts de m'avoir croisée," promit-elle.

Elle n'imaginait pas voir aussi juste.

A son tour, elle reprit le chemin vers ce qui s'approchait le plus du terme "chez soi". Un chez soi aussi temporaire que tous les autres, mais, ayant la particularité d'être plus froid et vide que les précédents.

Appuyant sur sa canne, la douleur revenant, plus lancinante que jamais, elle se dirigea vers le petit manoir au bord de la montagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/le-recueil-f3/ecaterina-gavril-t
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une nuit violette   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une nuit violette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Witch Slay :: Sur les Pavés - Ville :: La Place du Marché :: La Grande Rue-