AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une triste fin ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vieille peau fripée à pustules
avatar


MessageSujet: Une triste fin ...   Ven 4 Juin 2010 - 23:51

Viviane regarda une fois encore ses linges souillés. Il ne faisait aucun doute qu’elle n’attendait toujours pas d’enfant. Et son mari, Arnaut risque de le prendre mal. Très mal… Ses yeux sont secs. Arnaut et elle ne s’entendent plus depuis qu’il s’est rendu compte qu’il y avait peu de chances qu’elle lui donne un enfant. Cela fait deux ans qu’ils essaient, et rien. Toujours rien. Pourtant, elle avait tout calculé, et son cycle est régulier comme une clepsydre. Son mariage vient de s’effondrer, elle en est convaincue. Elle n’attend pas avec impatience le retour d’Arnaut, leur dispute risque d’être très violente. Parce que Viviane ne se laissera pas traiter pour une moins que rien. Elle entend la porte qui claque. Il est rentré, et sans doute de méchante humeur, comme souvent ces derniers temps.

- Arnaut ? C’est bien toi ?
- Qui tu veux que ce soit d’autre ? Tu attends quelqu’un d’autre peut-être ?


C’était là une de ses ridicules obsessions, il était persuadé qu’elle allait voir ailleurs, et même, qu’elle ramenait des hommes à la maison. Il l’avait traitée un fois de putain. Viviane l’avait vertement remis à sa place, mais régulièrement, il faisait des sous-entendus malsains. La jeune sorcière était convaincue qu’il reposait sa faute sur elle. Depuis longtemps déjà, elle le soupçonnait d’aller voir ailleurs. Il faut reconnaître qu’elle avait de plus en plus de mal à ne pas montrer son dégoût lorsqu’ils étaient au lit. Il ne faisait jamais attention à ses besoins, se contentant de sa besogne de manière bestiale. Si lui prenait son pied comme ça, elle ne pouvait pas. La jeune femme ne prit pas la peine de répondre à son attaque mesquine et poursuivit

- Arnaut… Il faut qu’on parle !

Tout en disant cela, elle s’était levée pour aller le rejoindre dans le séjour.

- Ah ouais ? Tu veux qu’on parle ? Je vais te dire moi ce qu’il faut dire. Tu n’es qu’une salope mal baisée ! Voilà ce qu’il faut dire ! Tu n’es pas enceinte je parie !
- Effectivement, je ne suis pas enceinte. Et je ne te dirai pas que nous allons encore essayer. Je n’ai pas envie.
- T’as jamais envie de toute façon ! C’est ça le problème. Tu n’as JAMAIS envie. Si dès le début tu avais voulu, on n’en serait pas là aujourd’hui.
- Arnaut… Tu sais très bien que tout cela n’est pas uniquement de ma faute. Tu as autant de responsabilité que moi là-dedans.
- Moi ? C’est toi la femme. C’est toi qui devrais me donner ce fils que j’attends depuis deux ans maintenant. Tu es une incapable !


Le ton était en train de monter. Viviane ne supportait pourtant plus les cris. Elle détestait se disputer avec lui, même si elle ne l’aimait plus depuis longtemps. Elle se demandait même où était passé le charmant jeune homme qui lui avait fait la cours quelques années plus tôt. Comment avait-il pu devenir celui qu’il était maintenant ? Elle en avait assez de lutter contre l’inévitable, de se laisser traiter comme un moins que rien, tout ce qu’elle voulait c’était partir d’ici, et au plus vite. Comme s’il avait lu dans ses pensées, Arnaut reprit la parole.

- Tu sais ce qu’il te reste à faire, n’est-ce pas ? Tu vas quitter sans faire de crise cette maison, et nous allons faire annuler ce mariage non consommé, personne ne pourra vérifier si c’est vrai, nous n’avons pas d’enfants.
- Bien… Laisse-moi le temps de préparer quelques affaires et de te dire deux ou trois choses.


Il s’apprêtait à répliquer, mais le regard de sa femme l’en dissuada. Arnaut distingua pour la première fois en elle une part d’ombre dont il ne soupçonnait pas l’existence, un quelque chose qui le réduisit au silence plus que toute remarque qu’elle aurait pu faire.

- Je ne porterai pas seule l’échec de ce mariage, sois-en sûr. Ne t’avises plus jamais de m’approcher, ou crois-moi, tu le regretterais !

Le ton de sa voix était toujours égal, et pourtant, la menace avait terrifié Arnaut. Il prit conscience que celle qu’il avait toujours prise pour une faible était bien plus forte qu’il ne le pensait. Le jeune homme avait perdu toute sa superbe des minutes qui avaient précédés les paroles de sa femme.

- Je vais prendre tout ce qui m’appartient ici, sans que tu ne dises quoi que ce soit. Sois sûr également que tu ne toucheras rien de l’argent de mon père. Enfin, tu t’occuperas toi-même des démarches pour l’annulation du mariage, j’ai d’autres choses à faire de mon côté, bien plus importantes, et je n’ai pas besoin de cette annulation pour continuer à vivre, contrairement à toi si j’en crois ce que les gens disent. Betty la Boulangère est un bon parti, elle est courtisée par beaucoup de monde dépêche-toi si tu la veux. Au revoir Arnaut, je te souhaite une vie de misère.

Et sans un regard en arrière, elle alla prendre quelques affaires dans la chambre avant de quitter la maison. Maison que son père lui avait offerte pour son mariage. Mais Viviane n’en n’avait cure, elle retournerait vivre dans son ancienne maison auprès de son père qui avait besoin d’elle.
Elle s’attend à pleurer une fois chez son père, mais il n’en n’est rien. Elle n’a plus de larmes à verser depuis bien longtemps. Trop de souffrance tue la souffrance. Elle se sent comme une coquille vide. Et seul son père parvient à lui redonner, à force de beaucoup d’amour et de patience l’envie de vivre.

Ce jour-là, une nouvelle Viviane était née. Il n’existait plus aucune illusion pour elle, plus aucune raison d’accorder sa confiance à qui que ce soit. Pour s’occuper, elle se lança dans la recherche désespérée de sa sœur, disparue depuis de longues années, mais toujours aussi présente dans le cœur de Viviane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/fiches-personnages-f3/viviane-va
 

Une triste fin ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Witch Slay :: À travers les Mots - Écrits Intimes :: Réminiscences-