AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le Jugement Dernier .:[Scénario-11]:.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Meneuse
Meneuse
avatar


MessageSujet: Le Jugement Dernier .:[Scénario-11]:.   Ven 25 Juin 2010 - 20:41






Confession de Gabriel Touchedieu au Prêtre de Forbach avant son exécution :

    « Moi, Gabriel Touchedieu, admets avoir été un hors-la-loi durant quarante années et avoir frisé l’illégalité dans les vingt années qui restent. Peut être était-ce décidé dès avant ma naissance, lorsque des brigands ont violé la femme qui a accouché de moi.

    On m’a plus souvent appelé par mes surnoms que mon nom, selon mes âges. Dans ma famille d’accueil, on m’a appelé bâtard, fils de pute. Quand je me suis enfui en ville et que je suis entré dans la bande de Silex, on m’a appelé « Petit Démon » et c’est sous ce pseudonyme que j’ai passé toute mon adolescence. Lorsque le bailli a exterminé ma bande, on m’a surnommé « Vermine ». Lorsque j’ai intégré la bande des Ecorcheurs, on m’a fait entrer sous le surnom de « Grande Gueule ». Surnom que j’ai gardé tout au long du temps où elle a existé. Lorsque ma bande a été dissoute et que j’ai pris le commandement de ma propre harde, j’ai tellement pillé tué violé qu’on m’a surnommé « Le Fléau de Lorraine ». Un surnom dont j’étais fier et que j’ai gardé tout au long de ma carrière de bandit. Puis, Dieu m’a brisé, et je suis entré dans l’inquisition. J’étais déjà vieux à l’époque, tanné par la vie au grand air, noueux comme un chêne. J’ai imposé le surnom de « Gourdin » qui me décrivait admirablement. C’est sous ce surnom que vous m’avez connu.

    J’ai autant frappé la société que la société m’a frappé. Cela à commencé par ma génitrice qui n’a pas eu le courage même de me donner un vrai nom. Mon père adoptif a voulu corriger mon ascendance à coup de martinets. Le baillis a voulu me faire passer au fil de l’épée et a tué tous mes amis. Je ne compte pas tous les soldats en arme qui ont ensuite voulu mettre ma tête sur une pique et les lieutenants qui me traquaient comme dans une battue au sanglier. J’ai du subir des dizaines de tentatives de meurtres sur ma personne avant même que je ne devienne un brigand. Je n’ai aucun compte à rendre à la société, elle m’a bien rendu ce que je lui ai donné.

    Maintenant, le monde me pend, on crachera sur mon corps, on me laissera sans sépulture, et on essaiera d’oublier mon nom. Alors pourquoi devrais-je manifester des regrets et dire que je me repens ?

    Vous n’aurez aucun regret à me tuer, je n’en aurai aucun pour ceux que j’ai tués. »


----------------------------


Lettre d’Adieux laissée par Adrien d’Hasbauer à l’attention du peuple de Forbach :

    « Elisabeth, Alexandrine, Léonce, Europe, Alicia, et tous ceux qu'il serait trop long de citer ici,
    Chers Habitants de Forbach,

    Si vous entendez ces quelques mots, c'est que je suis parti de la meilleure manière que l'on pourrait souhaiter : en sauvant la vie d'une personne qui m'était très chère. Ma dernière volonté serait que, surtout, vous ne perdiez pas votre temps à me regretter, car ce n'est pas la peine, je n'en mérite pas tant. Ma vie a déjà été un bonheur presque parfait et j'ai eu l'immense chance de choisir ma manière de mourir.

    J'ai surement fait beaucoup de jaloux en ayant une femme extraordinairement charmante, aimante, compréhensive, courageuse, et beaucoup de mots manqueraient pour compléter ce qu'elle fut vraiment pour moi. Ma femme et mes enfants étaient ma raison d'être, le pilier de mon existence, comme le furent mes proches, quelques soient leurs origines et leurs idéologies, comme vous le fûtes tous lorsque l'administration de ce Comté était encore ma tâche, et bien encore après.

    Je ne peux que vous souhaiter d'avoir une vie aussi heureuse, si ce n'est plus, et c'est pour cela que vous ne devez pas gaspiller votre temps à me pleurer, nous en avons déjà si peu... Si vous voulez me rendre hommage, alors prenez du temps pour vos familles, vos proches, vos amis, et soyez heureux, ne perdez pas une miette d'un bonheur que vous pourriez vivre. Ne laissez surtout aucun différent installer durablement un fossé entre certains proches et vous, car, croyez moi, de ma propre expérience, on finit toujours par le regretter un jour où l'autre.

    Forbach vient surement de tourner une nouvelle page de son histoire, à nouveau, et il ne tient qu'à chacun d'entre vous d'en écrire une ligne pour la rendre meilleure qu'elle ne le fut jamais. N'oubliez jamais que les seules causes à jamais perdues sont celles que tout le monde a abandonnées et que tant qu'il y a quelqu'un pour y croire, l'espoir est toujours présent. Je croyais en un avenir radieux pour Forbach, et maintenant que je ne suis plus de ce monde, j'espère juste que je n'étais pas le seul.

    Adieu. »


----------------------------

Deux célèbres figures de Forbach nous quittent.

Suite à l’effroyable massacre du Champ de Muguets mené par Gabriel Touchedieu malgré sa mise à pied prononcée par l’administrateur de Forbach, Gabriel, dit le Gourdin, a été condamné à mort. Son exécution sera RPée en un tour de jeu dans le topic : La Passion du Gourdin.

Afin de sauver la vie de sa fille possédée par l’Oracle tout en permettant à Lorenzo Maestriani d’éliminer la démone, Adrien d’Hasbauer a accepté la proposition de Lorenzo de se sacrifier en prenant la place de sa fille. Son enterrement est jouable en un tour de jeu dans le topic : L'Assomption d'Adrien.

En tout homme réside une lumière et une ombre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/viewtopic.forum?t=9
 

Le Jugement Dernier .:[Scénario-11]:.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Witch Slay :: Premières Lueurs :: Le Journal :: Journal Scénaristique :: Scénarios-