AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Alexandrine d'Hasbauer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aguerri(e)
Aguerri(e)
avatar


MessageSujet: Alexandrine d'Hasbauer   Lun 13 Sep 2010 - 23:38





Nom : D’Hasbauer

Prénom : Alexandrine Eléonore Béatrice

Surnom : /

Âge : 25 ans

Titre : Noble

Métier : /

Lieu de Résidence : Le Château

Relations particulières : Elisabeth D’Hasbauer, mère et Aguerrie / Europe, Grande Prêtresse de la Tribu / Marina, ex-apprentie de sa mère / Eléonor et Viviane, les deux autres Prêtresses du clan d'Olrun

Sentiments vis-à-vis de l’Inquisition :
Et bien, je ne sais trop quoi penser d’eux. Dans le fond, je plains ces hommes, ils ne sauront jamais ce qu’il en est de la vérité aveuglés qu’ils sont par leur foi. L’esprit humain offre tellement de possibilité, c’est dommage de s’enfermer dans une seule et unique vision du monde. Et puis, moi je ne les empêche de croire en leur Dieu, alors pourquoi eux veulent-ils m’imposer leur vision du monde ?

Sentiments vis-à-vis des Sorcières du Lys Noir :
Même si je ne l’avouerais jamais, parfois j’envie la liberté qu’elle peuvent avoir. De notre côté, toutes ces contraintes sont parfois étouffantes. Naturellement, d’un autre côté, je ne peux cautionner tous les malheurs dont elles sont responsables, parce qu’elles le veuillent ou non, elles sont bien à l’origine de la venue des fantômes et de l’Oracle et par conséquent de la mort de mon père !

Nom de votre Aguerrie : Elisabeth D’Hasbauer

Nom de votre Apprentie : /

Objectif éventuel de développement : Trouver l’amour ?

Signe distinctif : /

Description physique :

Deux iris verts me donnent un regard perçant, les personnes les moins délicates me disent que je les tiens de mon père, mais d’après le portrait de famille qui trône dans le salon, il est clair que mes yeux sont plus foncés que les siens ! Ou alors, le peintre a très mal fait son travail. En tout cas, mes yeux sont ma plus grande faiblesse, en effet, ils permettent de lire en moi comme dans un livre ouvert. Mais après tout est-ce mal ?
Les traits de mon visage restent assez jeunes, ce qui au vu de mon âge suscite parfois quelque jalousie dont je n’ai que faire. Les cheveux ébène qui l’entourent, je les tiens, sans aucun doute possible de ma mère. Parfois, je regrette un peu de ne pas plus lui ressembler physiquement car de temps à autre en posant les yeux sur moi, son regard se fait triste, elle revoit sans un peu mon père lorsqu’elle me fixe ainsi.
Ma grande taille, je la dois aussi à mon père, ce qui fait que je surplombe la plupart de gens, y compris ma mère, d’ailleurs. Cela me permet parfois d’user d’une certaine supériorité, chose dont ma mère ne m’a jamais laissé abuser, aussi, lorsque je le fais, c’est dans la plupart des cas pour défendre un plus faible attaqué par un vaurien qui se croit important !
Parlons maintenant de ma coiffure, chose tellement importante dans le beau monde. Mes cheveux sont le reflet de mon caractère : ils sont indisciplinés et toujours libres, comme moi quoi. Accompagnés du sourire que j’affiche continuellement, enfin, dans la plupart des cas, cela montre bien ma joie de vivre et le plaisir que je prends chaque jour à voir le soleil se lever.

Je me rends compte que par le portrait que je vous fais, l’on pourrait croire que je suis une sauvageonne ! Ne vous méprenez pas, je suis de noble lignée et cela se voit dans mon maintien et dans mes gestes maniérés. Mon éducation m’a appris à me déplacer comme une dame, avec dignité et assurance.

Je finirais par ce qui est indispensable à toute femme qui se respecte : l’habillage ! Je possède toutes sortes de robes, toutes plus belles les unes que les autres. Mais celles auxquelles je tiens le plus ce sont celles qui me viennent de ma mère. Après la mort de mon père, nous avons obtenu plusieurs rentes de différentes sources, malgré cela, les dépenses devaient être faites avec soin car cela n’avait rien à voir avec l’époque où mon père était là. Cela explique que je ne mette ces belles toilettes que pour des occasions spéciales. Et que pour tous les jours, je me contente de tenues un peu plus simples… mais toujours digne de mon rang !

Description psychologique :

Je suis un esprit libre, comme m’a dit un jour ma mère, faisant fi des règles de bienséance, je dis ce qui dois être dit… enfin la plupart du temps, il est vrai que je me suis assagie avec l’âge. Mais encore aujourd’hui, il m’arrive de prendre la parole sans que j’y ai été invitée, devant alors faire face aux regards courroucés des toutes ces bonnes dames du monde qui me qualifient d’impolie et qui pourtant rêveraient de faire de même.
Il y a également un autre fait qui découle de ce trait de caractère : le fait que je pense que je ne doive rien à personne ! En fait pour être plus précise, si, je dois tout à ma mère !
Pour les autres, de la tribu j’entends, je n’irais nullement mourir pour l’une d’entre elle. Je pense que ma mère trouve navrant que j’ai aussi peu le sens du devoir ou des responsabilités envers "les miens", mais c’est ainsi. Bon, tout de même, je cache ce manque de sensibilité pour mon clan sous un sourire et des discours atténués lorsqu’on demande ma participation et ce dans le seul et unique but de satisfaire ma mère. Le fait d’être sorcière n’est pas vraiment un choix que j’ai fait et je sens parfois que ce n’est peut-être pas vraiment mon univers. Mais nul n’a le droit de quitter le clan, c’est la règle première…alors, je continue non pas par peur des sorcières, mais plutôt parce que je pense que ma mère en mourrait si elle savait cela ! Et plutôt mourir moi que de lui faire de la peine.

En plus d’être impolie, je suis également une forte tête, histoire de déplaire encore un peu plus à ces nobles dames. Je suis une tête de mule, comme s’est exclamé une fois, un paysan de notre clan. Je dois bien avouer qu’il est difficile de me faire changer d’avis dès lors que j’ai quelque chose en tête, d’ailleurs, jusqu’à présent, seule ma mère a réussi en employant une arme redoutable : la patience ! Qualité que je n’ai pas, je suis à l’inverse impulsive et attendre que les choses arrivent m’exaspère.

Le dernier de mes traits de caractère qu’il est important de signaler – je trouve – c’est mon déterminisme. Je sais, dans la majorité des cas, obtenir ce que je souhaite. Mais c’est comme pour tout, il y a le revers de la médaille : savoir ce que l’on veut peut parfois faire en sorte qu’on mette du temps à le trouver. Pour exemple : l’amour ; je le veux inconditionnel et démesuré ! Non, pas je le veux, je l’exige, même ! Rien à voir avec ces gens fades qui n’ont de couples que l’apparence. Je veux quelque chose de fort et de sincère, même au-delà de ce que mes parents avaient, je veux être tellement en accord avec lui que s’il meurt je mourais aussi tant nos âmes seront liées. Ma mère dit que je suis utopiste et que je me fais une fausse représentation de ce qu’est l’amour, en attendant, elle m’a quand même aidé à éconduire tous mes prétendants !

Autre(s) : J’ai été possédée par l’Oracle, certaines personnes m’en tiennent encore rigueur. Aussi parfois hésitent-ils encore aujourd’hui à m’accorder leur confiance.


Ce qui m’a le plus marqué dans mon enfance ? C’est facile, sans la moindre hésitation, mon père ! Probablement parce qu’il est disparu aujourd’hui. Je me rappelle pourtant comme si c’était hier de ses bras qui me soulevaient du sol sans le moindre effort, c’était comme s’il soulevait une plume. Lorsque je lui demandais pourquoi il faisait ça, il me répondait inexorablement que c’était pour entendre mon si joli rire. Voilà ce qu’a été mon enfance : innocence et joie de vivre. Mes parents, même s’ils n’étaient pas toujours là, étaient suffisamment présents pour je garde des souvenirs durables des moments que nous avons passé ensemble. Encore aujourd’hui, ma mère marche dans ses pas et je la suis les yeux fermés. Il n’y a pas grand-chose à dire de plus sur mon enfance, même si cela parait bizarre, j’imagine que du point de vue adulte, j’aurais employé d’autres termes pour décrire cette période. Mais pour une enfant, c’était simplement des jours heureux. Jusqu’à la libération des fantômes, due sans le moindre doute à l’irresponsabilité des sorcières du Lys Noir.

L’Oracle, je n’ai aucun souvenir de cette chose et pourtant, elle m’a pris une année de ma vie, mon père et pour un temps la confiance que les gens avaient en moi. Sans pouvoir mettre les mots dessus, je savais lorsque je m’étais réveillée dans ma chambre, dans les bras de ma mère, que quelque chose avait changé. Ce sentiment de terreur que je portais et la douleur que j’avais aux poignets et aux chevilles, me confortaient d’ailleurs dans cette idée. Ne sachant quoi dire je me tus, et cela me permis d’écouter durant les jours qui suivirent. Aussi j’appris ce qui s’était passé au travers des différents bruits de couloirs, mais la vérité, je l’obtins de ma mère, après que ma grand-mère et mon frère soient repartis.
J’eu du mal à croire ce que j’entendis, sur l’instant, je refusais d’ailleurs de croire une telle chose possible. Mes parents, des sorciers ? Impossible ! Mais je dus me rendre à l’évidence et ma mère commença à m’emmener aux leçons qu’elle donnait à son apprentie du moment qui portait le joli prénom de Marina.
Finalement, la sorcellerie n’était pas du tout comme le décrivait l’Eglise, ce n’était pas des filles de Satan dansant à moitié nues devant un feu. Mais plutôt des personnes ayant d’autres croyances, ce qui était naturellement le plus grand des crimes pour le Clergé !
Je continuais mon mutisme, de peur de faire un geste, de dire un mot qui fasse revenir le monstre qui m’avait pris pour hôte. Et si je devenais sorcière, n’y avait-il pas également un risque pour qu’il revienne ? Telles étaient entre autres les questions qui résonnèrent dans ma tête, pendant un long moment.

Heureusement, ma mère fut très présente pour moi, elle ne me quittait plus. Là où d’autres auraient sans doute vu une contrainte, pour ma part, je n’y voyais que preuve d’un amour infini.
Ce que je suis aujourd’hui, je le dois à cette femme formidable qu’est ma mère ! C’est grâce à sa patience et ses gestes emplis de douceur que je suis peu à peu sortie de ma torpeur. Alors que je recommençais timidement à sourire et à parler, Léonce me fit reprendre goût à la vie. Alors que c’était pourtant son mariage, il m’offrit le plus précieux des présents : la lettre que mon père avait écrite pour les habitants de Forbach et qu’il avait conservé toutes ces années. Il me dit qu’à présent, il n’en avait plus besoin et qu’il souhaitait que je veille sur ce bout de papier plus précieux que n’importe quel trésor pour nous deux !
Je me rappelais un peu du petit garçon qui avait lu cette lettre face à tous ceux venu rendre un dernier hommage à notre père. Mais j’avais du mal à poser des mots sur ces souvenirs. Revenant dans notre chère cité, je relu le texte écrit de la main de mon fantôme préféré. Cela me fit réaliser que je ne devais pas avoir peur de vivre et que quoi qu’il arrive, je devais garder une foi sans faille dans l’avenir !

Dès lors, je fus difficile à canaliser, courant à droite, à gauche. Mon endroit d’évasion favori était sans nul doute la forêt, explorer, monter aux arbres, j’avais de l’énergie à revendre pendant que ma mère donnait ses dernières leçons à Marina. Malgré mon comportement franchement déplacé par moment, ma mère continua de veiller sur moi, avec toute la patience et l’amour dont elle était capable.
Et puis le temps passa entre mon insolence et mon apprentissage de la magie. Je passais Initiée juste avant qu’Europe, notre Grande Prêtresse ne décide de durcir les règles. Je dois dire qu’heureusement, parce que je ne sais pas si j’aurais résisté à un face à face avec elle, pour lui exposer mes motivations pour rentrer dans le clan. En fait je le faisais pour ma mère, car même si tout le monde s’accordait à dire que j’étais très douée en tant que sorcière et que pratiquer la sorcellerie me plaisait, je n’avais pas tellement d’affinités avec les autres sorcières. Elles pouvaient parfois se montrer aussi fermées d’esprit que le Inquisiteurs !

Bref, j’eu vent de toutes ces tentatives pour récupérer le livre, je trouvais toujours une raison pour ne pas y prendre part. Cela dans le seul but d’éviter de prendre part à cette guerre que je trouvais inutile, mais qui était pourtant entretenue avec vigueur par les deux parties !

Et puis vint le temps où ma grand-mère crut bon de m’envoyer des prétendants, probablement parce que mon frère venait d’avoir son premier enfant. D’autres jeunes gens se présentèrent spontanément, pourtant, aucun ne sut toucher mon cœur. Même si elle ne fut pas toujours d’accord, ma mère chassa ceux que je n’avais pas réussi à éconduire.

Et puis vint le baptême du deuxième fils de mon frère. Il n’y eut aucun problème ! La cérémonie et la fête qui suivit furent magnifiques ! Mais lorsque nous rentrâmes à Forbach, nous eûmes la désagréable surprise d’apprendre que certaines des nôtres étaient mortes, soit disant pour essayer de reprendre ce livre à la noix !
Cela fit un choc à ma mère, je me tins à ses côtés, pour la réconforter, de par ma présence et mon sourire. Tout en essayant de faire taire ma colère envers ceux qui avaient profité que l’on s’éloigne pour lancer cette opération. Il était tout à fait clair pour moi que ma mère n’aurait jamais cautionné une telle chose ! Pour la première fois, je réalisais que la voie dans laquelle s’était engagé le clan n’était pas la bonne.
Aussi, j’accueilli avec soulagement, l’annonce de renoncer pour l’instant à récupérer le livre et de simplement en faire un nouveau.

Comment avez-vous entendu parler de The Witch Slay ? Par Eli

Qu'est ce qui vous à le plus plu sur ce forum ? Tout en fait ^^

Disponibilité : Autant que je le peux, j’ai certaines semaines qui sont plus chargées que d’autres, mais je serais là régulièrement Wink

PS : Correction by Adal, merci tu as marqué des points en faisant ça !!! Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/fiches-personnages-f3/alexandrin
Meneuse
Meneuse
avatar


MessageSujet: Re: Alexandrine d'Hasbauer   Mar 14 Sep 2010 - 13:33

Fiche Validée !

J'ai relevé de jolis passages, belle fiche Wink Je suis ravi de voir Alexandrine interprétée. Very Happy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/viewtopic.forum?t=9
Aguerri(e)
Aguerri(e)
avatar


MessageSujet: Re: Alexandrine d'Hasbauer   Mar 14 Sep 2010 - 19:22

Merci ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://witchslay.forumactif.com/fiches-personnages-f3/alexandrin
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alexandrine d'Hasbauer   

Revenir en haut Aller en bas
 

Alexandrine d'Hasbauer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Witch Slay :: Premières Lueurs :: Le Recueil :: Fiches Personnages :: Sorcières d'Olrun-