AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Sögur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ecrivain
Ecrivain
Sögur


Sögur Vide
MessageSujet: Sögur   Sögur Icon_minitimeMar 13 Mar 2012 - 18:34

Sögur Autreh10
Sögur Autres10

Sögur Effigi11


Ainsi va commencer l'oeuvre de ma vie, ainsi va débuter l'écriture de ce premier chapitre. Bien entendu une phrase plus marquante, plus accrocheuse aurait bien sa place mais c'est bien mal me connaître, j'écris ce qui me passe par la tête, c'est ma façon de faire, ma façon d'écrire. Je me rends bien compte que je suis loin de ceux que j'admire : Vrigile et Homère, mais qui peut les égaler ? Ils sont ce que tout écrivain doit être, beaucoup les imite, j'ai moi-même joué à ce jeu durant ma jeunesse, avec plus ou moins de réussite. Puis la poésie c'est imposé à moi, avec plus de succès cette fois-ci. Maintenant j'ai envie de m'essayer à l'art ingrat et méconnu que sont les « saga », magnifiques récit de la culture scandinave.
Avant de commencer je me dois de vous faire une image de ma vie, une image de qui je suis. Le ton sera simple et neutre, je n'y mettrai aucune forme. La raison est simple je veux être jugé sur le style de mes sagas, ma vie et la personne que je suis ne rentre pas en compte, mais est malgré tout important et il faut le dire, il est toujours agréable de parler de soit.


Nom : Cooper

Prénom : Hippolite

Surnom : Sögur

Âge : 42ans

Titre : Noble

Métier : Conteur, écrivain, poète, musicien.

Lieu de Résidence : Depuis mon départ, le monde est ma résidence, les auberges et les tavernes sont mes foyers

Relations particulières : Il est bien difficile de parler de relation, nombres de ces relations sont anglaises et islandaises, que ce soit les lords, ou autres membres de la noblesse, aux cercles d'écrivains auxquels j'appartenais. Dire les noms ici me sont impossible, ou plutôt n'ont pas leur place dans ce livre que j'écris. Pour n'en cité que quelques-uns malgré tout, je ne citerai que mes proches : depuis mon arrivée en France j'ai eu l'honneur de côtoyer certains écrivains connus ou non : Paul Scarron ; qui depuis quelques années a énormément de succès ; un jeune homme fort prometteur au nom inconnu de Jean de la Fontaine, croisé lors de rencontre sur les oeuvres de Rabelais. C'est à peu près tout pour la France, je ne suis ici que depuis peu, je n'ai pas pu rencontrer beaucoup de monde de la noblesse, préférant le bas peuple, j'ai surtout rencontré des aubergistes et des paysans. Pour les écrivains anglais, j'ai eu l'honneur et la chance de côtoyer les meilleurs : John Donne et Benjamin Jonson. J'ai une bonne relation avec Hallgrímur Pétursson, qui est un bien meilleur poète que moi.

Sentiments vis-à-vis de l’Inquisition : L'inquisition n'est que le reflet de la violence du catholicisme, empêchant toute liberté, voulant tout contrôler, faisant régner la peur et la mort ...


Sentiments vis-à-vis des Sorcières :Les pouvoir mystiques ou surnaturels n'existent pas vraiment, ils ne sont liés qu'à la peur que crée la religion catholique. Si on y croit pas ils n'existeront plus. Les sorcières ne sont que création paysanne pour se rapprocher de Dieu ou pour donner toutes explications qu'ils ne peuvent expliquer.

Objectif éventuel de développement : L'objectif de mon œuvre est de parcourir l'Europe à la recherche des légendes connues de tous, de me rendre compte par moi même et d'y donner une interprétation, à la manière des auteurs antiques qui ont depuis tout temps essayé d'expliquer leurs mythes.

Signe distinctif : Aucun de véritablement visible, si ce n'est peut être mon rire.

Description physique : C'est très difficile de se décrire soit même, faire jouer l'imagination des gens, savoir vraiment comment les gens nous voient, mais cela reste un jeu très amusant à faire, demander les services d'un peintre pour un livre est impossible.
Tout d'abord, la chose qui choque ou qui dérange en me voyant est ma taille, beaucoup me considère comme un monstre voir dans le pire des cas un sorcier, en effet je mesure près d'un mètre quatre-vingt-dix, c'est souvent dérangeant, je ne peux pas passer inaperçu, les lits des auberges sont toujours trop petits ce qui m'oblige à dormir par terre, les portes, les tables sont toujours trop basses, ce qui me donne un mal de dos exécrable. Heureusement pour moi j'ai eu de la chance à ma naissance, je suis né dans une famille noble, j'ai pu avoir des habits à ma taille, du mobilier à ma taille. Je n'ose imaginer un paysan faisait plus de 15cm que la moyenne, il doit avoir une espérance de vie très basse.
Pour le reste, j'ai un physique moyen, je n'ai pas la force des gens qui passent leur vie dans les champs, mais je n'ai pas non plus la mollesse de ceux qui passent leur journée à manger de la viande. Mon éducation m'a forgé aux armes, ma gaillardise m'a permis d'échapper à la garde de mes percepteurs pour participer à certains matchs de soule. Malgré tout le sport est pour moi une perte de temps, j'y préfère largement une bonne lecture.
Pour le reste, je vais devoir me baser sur les « j'ai entendu que ». On dit de moi que j'ai le regard sévère, sans doute accentuer par mes yeux noirs, les cheveux longs légèrement bouclés et grisonnant qui me donne la maturité pour être écouté, une belle barbe dont je suis fière, pas taillé afin de ne pas trop rappelé mes côtés nobles. Un torse lui aussi bien capillaire, que j'aime montrer pour je ne sais quelle raison.
Mes habits sont simples, mon éducation protestante y est pour beaucoup, mais solides et de bonnes qualités.

Description psychologique : Je pense pouvoir y répondre de moi-même, bien entendu il faut être clair enter nous, je ne saurais être vraiment critique envers moi, à vous de vous faire une image.
Dérangeant, étrange, incompréhensible, voici quelques doux adjectifs que l'on m'a attribué au cours des années, je n'en ai que faire, l'avis des autres ne m'importe peux. Il est vrai que je le suis, je n'aime pas la normalité, je pense que c'est une des nombreuses raisons qui feront que mes oeuvres ne seront pas reconnus dans les siècles à venir, mais au diable la prospérité, je fais ce qu'il me plait et c'est ce qui est le plus important.
J'aime les arts, la beauté des choses, ma double culture islandaise et anglaise m'apporte une ouverture d'esprit importante, le peu de place de la religion me permet un esprit critique, la littérature une langue affutée, mon éducation : un cynisme envers le monde, mes passions une maîtrise de langue et de la musique au-dessus de la moyenne et aussi une image de moi-même souvent présomptueuse.
La solitude ne me dérange pas, bien au contraire, mais la chaleur d'une femme pour une nuit est une chose à laquelle je ne pourrais me passer. J'aime la présence des gens malgré tout, leur conter des légendes, leur jouer de la musique, débattre, mais je n'aime pas l'amitié trop personnel, je n'aime pas l'amitié tout court. Je déteste dépendre de quelqu'un d'autre, ce qui ne m'empêche pas d'avoir des contacts dans plusieurs villes où je suis passé. En écrivant ces lignes je remarque que j'ai une personnalité contrastée, je suis aux deux côtés des extrêmes, c'est un jeu très drôle à faire, essayer de se définir.



Autre(s) : J'aime les langues, la complexité du langage, la beauté des expressions. J'en parle plusieurs, que se soit des langues encore parlées comme l'anglais, l'islandais, le français, le danois. Mais aussi quelques langues écrites, le latin, le grecs anciens et le vieux norrois.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://witchslay.forumactif.com/t1417-sogur#58428
Ecrivain
Ecrivain
Sögur


Sögur Vide
MessageSujet: Re: Sögur   Sögur Icon_minitimeMar 13 Mar 2012 - 19:00

Sögur Vita_a11


Depuis le début de mon récit, j'essaye de prendre au maximum un ton neutre, je trouve que pour une description personnelle c'est le meilleur ton possible. Rassurez-vous, la suite de mon histoire et le récit des légendes d'Europe seront beaucoup plus personnalisées. Je ne vois pas pour le moment une raison justifiable pour faire un récit prenant et intéressant, il ne s'agit que de ma vie qui n'a rien à voir avec une saga islandaise.

Je naquis en l'an 1602 en Islande, plus précisément dans l'archipel des Vestmann, d'un père anglais et d'une mère islandaise. Une petite notion d'histoire est important pour comprendre ce cas étrange. L'histoire de l'Islande est particulière, sa position géographique et son climat la rend peu désirable et pourtant elle connue de nombreux changements politique. Appartenant aux Norvégiens, puis aux Danois durant le XVIe elle garda un statut d'autonomie pendant une longue période. Mais en l'année 1572 tout changea et elle devint vassale du Royaume du Danemark, plongeant le pays dans une misère totale. C'est pourtant durant cette période que mes parents se sont rencontrés. Mon père était un noble anglais venus sur l'archipel pour renouer avec son passé, en effet l'archipel avait été occupé par les Anglais durant un temps avant d'être bouté hors lors de l'année 1559 et son père (mon grand-père en sommes) qui était gouverneur de l'île y avait trouvé la mort. C'est là qu'il rencontra ma mère, jeune demoiselle de la première dame de l'archipel. Nous sommes vers 1585, l'île est touchée par la famine, mon père venait de s'installer pour y continuer ces recherches, sa richesse et son statut lui permit de côtoyer les familles importantes de l'archipel et de l'Islande. Il rencontra ma mère ; qui appartenait à une famille influente ; qui servait la famille la plus importante. Il lui fit la cour et obtint sa main dix ans après son arrivée. Mon père était un bon père, peu présent dans mon éducation, mais sévère quand il fallait et il prenait soin pécuniairement de ma mère, il avait beaucoup d'obligation envers Londres, si bien qu'il n'était peu présent durant mes premières jeunesses. C'est ma mère qui m'éduqua durant mes premières années, avec l'aide de précepteurs anglais envoyé par mon père. Dana, ma mère, avait insisté pour rester auprès de son père malade, promettant de rejoindre de mon père à Londres plus tard. C'est ainsi que tout petit je fus baigné dans les légendes scandinaves, dans la puissance des vikings, dans les sagas islandaises où de grands héros combattaient de légendaires et monstrueux dragons. C'est là aussi que j'appris la musique et de jouer de différents instruments. L'Islande et ses légendes m'ont appris la beauté de la poésie, de la musique et de prendre le temps de sa vie. L'Angleterre m'a appris d'autre chose, beaucoup plus pragmatique.

Je vécus en Islande jusqu'à l'âge de 15ans, à ce moment mon père estima qu'il était grand temps pour lui de prendre en charge mon éducation. Il me fit venir avec ma mère en l'année 1617, le choc quand je découvris Londres pour la première fois fut énorme, jamais je n'avais vu ça, il s'agissait véritablement d'une ville, pas d'un village comme j'en avais l'habitude, mais une véritable ville, où la nature avait perdu ses droits au détriment de l'inconscience humaine.

Les cinq années qui suivirent, furent les plus durs pour moi, j'eus le droit à la discipline protestante dont mon père était un fervent adepte, je vécus dans la solitude et l'austérité, loin de mère. Selon mon père c'était le meilleur moyen d'apprendre à devenir un homme, j'appris les classiques anglais, la philosophie des anciens. Mon père, grand passionné de l'histoire antique ; d'où mon prénom ; m'obligea à apprendre les langues anciennes et les grands auteurs. Je passais mes journées à étudier, à maîtriser les armes, à devenir un noble anglais. Je le réussis, je devins ce que mon père voulut que je sois, ma mère était aussi ce que mon père voulait qu'elle soit, nous étions une famille tout à fait normal et heureuse, heureuse pour une famille noble. Je ne cracherais pas sur mon enfance, je suis un privilégié, j'ai de l'argent, j'ai acquis une grande connaissance, je suis au-dessus de beaucoup de monde et je le sais, on me déteste, mais tous aimeraient être à ma place. J'ai eu les plus grands percepteurs du monde britannique, des philosophes : Francis Bacon, des écrivains : William Shakespeare, oui mon père était une personne influente, cela m'a servis, je ne le nierai jamais. Puis lors de mes 25ans, le mal de Naples emporta mon père, je crois que c'est le grand tournant de ma vie, après 10ans en Angleterre, après avoir connu l'argent et la noblesse, je retournai en Islande avec ma mère, de mon père je ne gardai que son nom et son titre : Lord Cooper, mais pas d'argent, il m'en resta suffisant pour vivre bien entendu et mes poèmes commençaient à être connus, mais jamais je pourrais vivre comme lui le faisait, mon service militaire m'avait dégoûté de l'armée, entré dans les ordres de m'intéressais pas. Je me consacrai donc à l'écriture, à différentes formes d'écritures, la sélection se fit naturellement, le théâtre n'était pas fait pour moi, mes humeurs fluctuants n'allaient pas de paire avec la poésie, poésie que j'abandonnai quelques mois après mon arrivée en Islande.Ce fut donc le roman, l'épopée, les saga qui eurent toute mon attention, les voyages, les découvertes, les légendes, comment refuser une telle vie ? J'abandonnais tout, mère, proche, conquêtes, pour me consacrer qu'à l'écriture, et comme dans toute bonne saga qui se respecte, la musique l'accompagne. Mon luth sur les épaules, mon matériel d'écriture, une carte de l'Europe, je pris le risque fou de découvrir le monde et ces légendes, je n'avais alors que 30ans. Je pris comme un nom un mot islandais : "Sögur" qui signifie les contes, les mythes, les légendes, je devenais moi-même qu'une histoire parmi tant d'autre, n'appartenant plus à ce monde, faisant partis d'un tout.

J'en ai maintenant 40ans quand j'entreprends la fin de mon voyage et que j'écris ces quelques lignes, j'ai fait le tour de l'Islande, de l'Irlande, Écosse, Angleterre, les pays Scandinave, la Russie, des contrées de l'Est, la Prusse. Oui j'ai voyagé, beaucoup voyagé, je suis maintenant dans un grand pays, un pays de grands penseurs tel Rabelais ou Montaigne, je suis en France, mes récits se trouveront à la suite de cette préface, mais je me dois de parler de la France. Ce pays à la tradition catholique profonde, où règne en ce moment même une chose peu connu de ma part : l'inquisition, cela m'intrigue, donner à des personnes un pouvoir mystique est quelque chose de fascinant. On parle d'un village, d'un nid du mal. Je m'y rends en ce moment même, il me reste encore de l'argent, je vis maintenant d'auberges en tavernes, louant mes services de conteur et de musicien contre chambre et repas, je suis toujours un Lord, mais je m'en moque, les gens s'en moquent. Je vais voir ces soit disant sorcières, peut-être me changeront-elles en crapaud comme dans les histoires que je raconte ? Car il est important de dire une chose, j'ai réussis à démontrer que tous mythes, légendes, ont une origine humaine : la peur ou l'ignorance. J'aime ces récits, je ne m'en lasserais jamais, mais je dois la vérité aux gens.

Non ma fille les sorcières n'existent pas ...



Dernière édition par Sögur le Mar 13 Mar 2012 - 23:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://witchslay.forumactif.com/t1417-sogur#58428
Ecrivain
Ecrivain
Sögur


Sögur Vide
MessageSujet: Re: Sögur   Sögur Icon_minitimeMar 13 Mar 2012 - 19:01

Sögur Lusor310

Comment avez-vous entendu parler de The Witch Slay ? Je ne sais plus vraiment, de forum en forum, de lien partenaire en lien partenaire. Je crois que l'ordre était : tour de jeu : les tables d'Olaria et vous via le partenariat.

Qu'est ce qui vous à le plus plu sur ce forum ? Je cherchais un forum à l'air mature, qui sortait de l'ordinaire médiéval fantasy. Ne connaissant pas trop cette époque je me suis dit que cela pourrait me donner une base de culture générale sur le XVIIe, et me permettre de connaître le côté obscure de mon âme (c'est bien connu, on a tous une sorcière qui sommeil en nous). De plus les membres ont l'air chaleureux, l'entraide y est de mise, l'histoire bien ficellée, que demander de plus ?

Disponibilité : Tous les jours normalement, un peu moins le week-end où je suis peu sur mon ordinateurs. Si cas contraire je préviendrais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://witchslay.forumactif.com/t1417-sogur#58428
Fugitive
Fugitive
Europe


Sögur Vide
MessageSujet: Re: Sögur   Sögur Icon_minitimeMer 14 Mar 2012 - 0:37

Re-bienvenue (officielle cette fois-ci) sur le forum Soso! Very Happy

Belle fiche et personnage intéressant, je n'ai rien à y redire. Ah il cherche des mythes et des légendes? Il va être servi à Forbach, ici c'est la guerre!! XD

Tu es dès a présent VALIDÉ !! Je ne suis pas sur mon pc, donc je te mettrai ton rang et tout ce qui va avec plus tard, mais considère que tu fais bel et bien parti de the witch slay^^
Edit: ah ben finalement c'est fait lol

petite précision: nous calquons la chronologie des évènements rp sur l'écoulement du temps dans la vie réelle, afin que un an irl = un an in rp = un chapitre. Donc depuis le premier janvier nous sommes en 1645 Smile

_________________
.
Ces figures, ces êtres humains
absorbent pareillement la lumière cosmique, l'air ou l'eau salée -
et chacun réfléchit à une nouvelle ontologie
Mais ces dessins eux-mêmes, sont paysages de l'esprit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://witchslay.forumactif.com/Premieres-Lueurs-c5/Le-Recueil-f
Ecrivain
Ecrivain
Sögur


Sögur Vide
MessageSujet: Re: Sögur   Sögur Icon_minitimeMer 14 Mar 2012 - 0:52

Whaou, et bien que dire à part merci What a Face . Content de faire partie de votre aventure.
J'ai passé l'étape de la fiche, vivement les Rp maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://witchslay.forumactif.com/t1417-sogur#58428
Apprenti(e)
Apprenti(e)
Narcissa de Saint-Loup


Sögur Vide
MessageSujet: Re: Sögur   Sögur Icon_minitimeMer 14 Mar 2012 - 12:20

Désolée, mais dans le jeu, nous sommes en fait en 1646. Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://witchslay.forumactif.com/sorcieres-d-olrun-f48/narcissa-d
Fugitive
Fugitive
Europe


Sögur Vide
MessageSujet: Re: Sögur   Sögur Icon_minitimeMer 14 Mar 2012 - 23:32

MDR! exact 1645 c'était l'année dernière XD C'est l'habitude lol

_________________
.
Ces figures, ces êtres humains
absorbent pareillement la lumière cosmique, l'air ou l'eau salée -
et chacun réfléchit à une nouvelle ontologie
Mais ces dessins eux-mêmes, sont paysages de l'esprit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://witchslay.forumactif.com/Premieres-Lueurs-c5/Le-Recueil-f
Ecrivain
Ecrivain
Sögur


Sögur Vide
MessageSujet: Re: Sögur   Sögur Icon_minitimeMer 14 Mar 2012 - 23:55

Bande de floodeur de fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://witchslay.forumactif.com/t1417-sogur#58428
Baron(ne)
 Baron(ne)
Louisa Zimmerman


Sögur Vide
MessageSujet: Re: Sögur   Sögur Icon_minitimeJeu 15 Mar 2012 - 14:29

Bienvenue à Forbach monsieur Cooper !
Vous arrivez avec les beaux jours ...
Je crois que mon fils serait heureux d'entendre une de vos histoires.

[ Bon jeu o/]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://witchslay.forumactif.com/fiches-personnages-f3/mademoisel
Ecrivain
Ecrivain
Sögur


Sögur Vide
MessageSujet: Re: Sögur   Sögur Icon_minitimeJeu 15 Mar 2012 - 16:45

Avec plaisir noble baronne ! Je me rendrai chez vous pour vous faire profiter de mes talents, contre rémunération bien entendu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://witchslay.forumactif.com/t1417-sogur#58428
Contenu sponsorisé




Sögur Vide
MessageSujet: Re: Sögur   Sögur Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Sögur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Witch Slay :: Premières Lueurs :: Le Recueil :: Fiches Personnages :: Autres Habitants-